Extension Factory Builder
15/10/2012 à 19:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Park Jae-sang, alias PSY : 'Je voulais juste écrire un truc marrant pour mes potes'. Park Jae-sang, alias PSY : "Je voulais juste écrire un truc marrant pour mes potes". © Jason Decrow/AP/SIPA

Avec "Gangnam Style", son clip déjanté, le rappeur de Séoul PSY balaie tout sur son passage : plus de 350 millions de visionnages sur YouTube. Le phénomène prend même une dimension politique !

« Je suis petit, gros et moche ! Et me voilà invité sur tous les plateaux de télé du monde ! » Le rappeur coréen PSY - Park Jae-sang, de son vrai nom - n'en revient toujours pas du succès planétaire de Gangnam Style, son clip (voir la vidéo ci-dessous). En deux mois et demi, la vidéo a été visionnée plus de 326 millions de fois. C'est le titre le plus « aimé » de l'histoire de YouTube !

Gangnam Style ? Quatre minutes douze d'une chorégraphie loufoque, de « déhanchés galopants » exécutés par un play-boy gominé, boudiné dans son smoking mais entouré d'une armada de jolies filles. En se hissant à la première place du hit-parade au Royaume-Uni, il a réussi là où les artistes lisses et branchés de la K-Pop (la pop coréenne) ont échoué : conquérir l'Europe. « Je voulais juste écrire un truc marrant pour mes potes », explique ce gosse de la bonne société de Séoul, un peu rebelle, très gâté et issu de l'univers superficiel et bling-bling des quartiers sud de la capitale. C'est justement ce milieu de nouveaux riches qu'il connaît si bien que PSY raille dans son tube.

Satire des quartiers aisés de Séoul

Il y a trente ans, dans le quartier de Gangnam, il n'y avait que des rizières à perte de vue. Aujourd'hui, avec ses gratte-ciel et ses boutiques de luxe, il est le symbole de tous les maux de la société contemporaine, ultracompétitive, superficielle et obsédée par les apparences.

Cette critique des dérives d'une certaine jeunesse échappe aux fans occidentaux. Mais la Corée du Nord ne s'y est pas trompée. Sur Uriminzokkiri, son site internet officiel, elle a aussitôt parodié le fameux clip pour ridiculiser Ahn Cheol-soo, le candidat indépendant à la prochaine présidentielle sud-coréenne. Richissime entrepreneur, celui-ci est partisan d'une plus grande fermeté à l'égard du régime de Pyongyang. « Yushin », son slogan de campagne, désigne cet ordre nouveau et autoritaire instauré autrefois (1971-1979) par le dictateur Park Chung-hee. Quand on sait que Park Geun-hye, la fille de ce dernier, est elle aussi candidate, on ne peut que sourire de l'humour des responsables nord-coréens !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces