Extension Factory Builder
10/10/2012 à 13:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Echange d’amabilités à l’issue du premier débat présidentiel, le 3 octobre. Echange d’amabilités à l’issue du premier débat présidentiel, le 3 octobre. © Pablo Martinez Monsivais/AP/SIPA

Mitt Romney était en bien mauvaise posture avant son premier duel télévisé avec Barack Obama. Mais celui-ci a clairement tourné à son avantage. Un come-back est-il encore possible ?

Bien sûr, la prudence reste de mise. Les débats télévisés qui, d'ici à l'élection présidentielle du 6 novembre, opposeront Barack Obama à Mitt Romney peuvent encore changer la donne. Consacré à l'économie, le premier d'entre eux, le 3 octobre à Denver, a d'ailleurs clairement tourné à l'avantage du second. Il en reste deux à Obama pour rectifier le tir. Mais les démocrates ont quand même de bonnes raisons de se montrer optimistes.

Au niveau national, le démocrate et le républicain sont encore au coude à coude dans les sondages. La dernière enquête CNN (réalisée avant le duel de Denver) crédite le premier de 49 % des intentions de vote, et le second de 47 %. Mais Obama s'envole dans les États clés, les fameux swing states.

Deux cent trente-sept grands électeurs sont d'ores et déjà acquis à Obama (États de la côte ouest, New York, etc.) et 191 à Romney (Texas, États du Sud, etc.). Restent neuf États qui votent tantôt républicain tantôt démocrate. Sans eux, impossible d'atteindre le nombre fatidique de 270 grands électeurs requis pour être élu président des États-Unis. Il s'agit de la Floride, de l'Ohio, du Colorado, du Nevada, du New Hampshire, du Wisconsin, de l'Iowa, de la Caroline du Nord et de la Virginie. En raison de l'importance de leur population, les plus importants sont la Floride et l'Ohio, qui élisent respectivement 29 et 18 grands électeurs. Et dans ces deux États, selon les sondages, Obama vire largement en tête.

La Floride et l’Ohio, Etats-clés

En Floride, il recueillerait 53 % des intentions de vote, contre 44 % pour Romney. Une avance qui s'explique d'abord par le projet républicain de démanteler Medicare, l'assurance santé dont bénéficient les Américains les plus âgés. La Floride est en effet l'État où la proportion de retraités est le plus importante... Dans l'Ohio, l'avance d'Obama a augmenté de 3 points en un mois : 53 %, contre 43 % pour son adversaire. Dans le passé, jamais un républicain n'a été élu président en étant devancé dans cet État. Le démocrate gagne même du terrain dans certains bastions républicains, comme l'électorat ouvrier blanc. Les blue collars n'ont manifestement pas oublié qu'en 2009, c'est Obama qui a sorti du gouffre l'industrie automobile, très importante dans l'Ohio. En ultralibéral qu'il est, Romney s'était pour sa part opposé à tout plan de sauvetage.

Presque tous les autres signaux sont au vert. Obama recueille ainsi 50 % d'opinions favorables, son taux le plus haut depuis deux ans. Selon un tout récent sondage du Washington Post, 45 % des Américains jugent qu'il ferait un meilleur commandant en chef des forces armées que Romney (35 %). Et 43 % lui font davantage confiance qu'à son adversaire (27 %) pour garantir la pérennité de Medicare - un enjeu crucial de l'élection. Plus préoccupant encore pour le républicain, les Américains sont désormais 46 % (contre 45 %) à estimer qu'Obama est le candidat le plus à même de créer des emplois. Le taux de chômage est pourtant censé être son talon d'Achille... Romney n'est plébiscité que pour la réduction du déficit budgétaire. Résultat, la plupart des commentateurs voient Obama s'imposer sans coup férir le 6 novembre. Nate Silver, l'analyste vedette du New York Times, évalue même ses chances à 81 %. Tous insistent sur la calamiteuse campagne menée par le candidat républicain.

Cafouillages

Depuis la convention de Tampa, Romney a en effet multiplié cafouillages (comme lors de l'attaque du consulat américain de Benghazi) et bévues. Enregistrée à son insu, sa sortie sur les 47 % d'Américains qui ne paient pas d'impôt et vivent aux crochets de l'État a énormément choqué. Désavouée jusque dans son propre camp, elle n'a pas manqué d'être exploitée par le camp Obama. Dans un spot publicitaire massivement diffusé dans les swing states, on entend ainsi les mots de Romney accompagnant des images de nécessiteux, de retraités et de vétérans...

Tout est donc perdu pour le candidat du Grand Old Party ? Non, il conserve des atouts dans sa manche. Romney n'a pour l'instant dépensé que 534 des 784 millions de dollars (415 millions d'euros sur 610), super PAC compris, qui constituent son trésor de guerre. Obama a lui dépensé 612 des 779 millions collectés par ses partisans. D'autre part, il n'est pas certain que les jeunes et les minorités votent aussi massivement pour Obama qu'en 2008. D'autant que les mesures adoptées par certains États républicains (production d'une pièce d'identité, etc.) pour, sous le couvert de la lutte contre la fraude électorale, les empêcher de prendre part au vote auront certainement un impact. Depuis que Romney a publié sa feuille d'impôt pour 2010 et 2011, le malaise autour du montant de sa fortune (entre 175 millions et 250 millions de dollars) se dissipe peu à peu. Une majorité d'Américains y voit même désormais un élément positif, même si près de 60 % d'entre eux continuent de penser que, s'il venait à être élu, Romney serait d'abord le président des (très) riches.

Compassion

Surtout, le républicain a assoupli son discours sur l'immigration et celui sur Medicare afin de marquer quelques points dans certains segments clés de l'électorat, comme les Latinos ou les retraités. Et il n'hésite plus à fendre l'armure. La semaine dernière, dans l'Ohio, il a ainsi manifesté un semblant de compassion pour les victimes de la crise qu'il venait de rencontrer. Son coeur, paraît-il, « souffrait »... S'il a fini par se décider à attaquer le président sur ses points forts, comme son bilan de commander in chief, Romney compte surtout, pour inverser la tendance, sur les deux derniers débats qui vont l'opposer à Obama. Il s'entraîne dans cette perspective depuis de longues semaines. Avec un certain succès comme on l'a vu le 3 octobre. S'il parvenait à s'imposer le 6 novembre, ce serait quand même un sacré come-back.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

François Hollande : 'Bachar Al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme'

François Hollande : "Bachar Al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar Al-Assad pour lutter con[...]

Irak : la politique de la terre brûlée selon l'État islamique

Des jihadistes ont mis le feu jeudi à un champ pétrolier qu'ils contrôlaient dans le Nord de l'Irak, avant de battre en retraite alors que les forces kurdes les attaquaient dans le même secteur.[...]

Migrants : l'UE lance l'opération "Frontex Plus" pour aider l'Italie à protéger ses frontières

La Commission européenne a décidé de lancer une nouvelle opération en Méditerranée pour aider l'Italie à faire face à l'afflux de migrants. Elle appelle les États[...]

Ebola : suspension des vols vers les pays touchés, une réponse "dangereusement inadaptée"

Les dernières compagnies aériennes qui assuraient encore la desserte des trois pays d'Afrique de l'Ouest touchés par Ebola ont presque toutes suspendu leurs vols mercredi. Une décision [...]

Turquie : Erdogan, du Coran au sérail

Pour l'enfant du quartier populaire de Kasimpasa, c'est la consécration. Élu président le 10 août, le Premier ministre sortant Recep Tayyip Erdogan compte renforcer encore son emprise sur le[...]

États-Unis : retour sur les destins brisés de neuf citoyens africains-américains

Depuis le meurtre de Michael Brown, le 9 août dernier à Ferguson, les États-Unis vivent une nouvelle fois au rythme des tensions communautaires. Une situation que le pays a connue à de multiples[...]

Isis, la lingerie britannique du même nom que l'État islamique

La chaîne britannique de dessous érotiques Ann Summers vient de lancer une collection de lingerie fine nommée Isis, l’acronyme en anglais de l’État islamique. La porte-parole de la marque a[...]

France : premier Conseil des ministres pour le gouvernement "Valls II"

Le gouvernement "Valls II" se réunit ce mercredi pour son premier Conseil des ministres, purgé de l'aile gauche du PS pour assumer la "ligne" sociale-libérale voulue par un[...]

Ebola : British Airways suspend ses vols vers le Liberia et la Sierra Leone jusqu'en décembre

British Airways a annoncé mardi maintenir la suspension de ses vols à destination et depuis le Liberia et la Sierra Leone jusqu'à la fin de 2014. La compagnie aérienne a pris cette décision en[...]

Barack Obama souhaite intensifier la lutte contre le jihadisme en Syrie

Les États-Unis ont décidé d’intensifier leur lutte contre les islamistes ultraradicaux en Syrie. Si le président américain Barack Obama n’a pas encore pris de décision[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex