Extension Factory Builder
15/10/2012 à 18:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Au siège de Jeune Afrique, le 26 septembre. Au siège de Jeune Afrique, le 26 septembre. © Vincent Fournier/J.A

C'est à Denis Sassou Nguesso qu'il doit sa nomination, en juillet 2011. Depuis, il travaille à la modernisation de la formation présidentielle.

À 58 ans, Pierre Ngolo, qui a rendu visite à Jeune Afrique le 26 septembre, a encore les allures d'un jeune homme combatif. Quand il parle, on sent ce qu'il a gardé de ses longues années de militantisme au sein du Parti congolais du travail (PCT) du temps du marxisme-léninisme et du socialisme scientifique : le sens de la dialectique. Il a aussi conservé ce qu'il doit à sa formation (il a étudié la philosophie à l'université Marien-Ngouabi, à Brazzaville, puis à celle de Reims, en France, avant d'enseigner cette matière dans le secondaire).

Quand il évoque son parcours, Pierre Ngolo se souvient de son adolescence. En 1975, il fait partie de la première promotion sortie du lycée Salvador-Allende de Makoua (Cuvette). « À l'époque, j'étais déjà premier secrétaire de l'Union de la jeunesse socialiste congolaise [UJSC, l'organisation des jeunes du PCT, NDLR] au niveau du lycée », se souvient-il. En 2002, il est élu député dans la circonscription d'Ongogni (Plateaux) et devient premier secrétaire à l'Assemblée nationale, fonction qu'il occupera durant dix ans. En 2004, Pierre Ngolo dirige le groupe congolais à l'Union parlementaire africaine. Député de Ouenzé, un arrondissement de Brazzaville, depuis 2007, il a été porté en 2010 à la tête de la Commission interparlementaire de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac). En juillet 2011, à la surprise générale, il devient secrétaire général du PCT lors du sixième congrès extraordinaire de l'ex-parti unique. Un choix personnel du président Denis Sassou Nguesso, pensent alors les observateurs.

Changement

Lorsqu'on lui demande pourquoi il est entré en politique, l'ancien professeur de philosophie répond sans hésiter : « C'est par conviction, parce que j'avais quelque chose à apporter. » Pour Ngolo, le PCT a complètement changé depuis le congrès de 2011. « Avant, le parti ne fonctionnait pas, les règles n'étaient pas observées. Il fallait sortir de cette léthargie », dit-il. Résultat : le parti, à l'en croire, a enregistré 127 000 nouveaux adhérents. Pourtant, la participation aux élections législatives des 15 juillet et 5 août derniers a été faible, même si le PCT a obtenu la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Désaffection des citoyens ? Ngolo a une explication : « Nous sommes en train d'examiner les vraies raisons de cet absentéisme. On a encore un problème de listes électorales. » En même temps, les partis politiques qui s'étaient fondus dans le PCT l'année dernière reprochent au Comité national d'investiture d'avoir favorisé les anciens membres à l'heure du choix. « C'est un faux procès ! Ceux qui ont été investis le méritaient bien. Il n'y a pas eu de discrimination », rétorque Pierre Ngolo.

Nous cherchons à comprendre la faible participation aux législatives.

Les résultats des élections ont été dénoncés par l'opposition, qui accuse le parti au pouvoir de fraude. Le numéro un du PCT ne cache pas son indignation. Il rappelle que des candidats du PCT, y compris des ministres, ont été battus. Et explique le succès de son parti par « le travail de terrain entrepris depuis un an ». Et d'insister : « Le PCT s'attelle à la construction d'une démocratie pluraliste. C'est lui qui a conduit le pays vers la démocratie. En 1992, le président Sassou Nguesso a été battu à la présidentielle. Il était général d'armée et avait les moyens pour s'accrocher au pouvoir, il ne l'a pas fait. Ce n'est pas lui qui a déclenché la guerre de 1997. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka. U[...]

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) va lever 1,5 milliard de dollars. L'opération, un préfinancement pétrolier piloté par Ecobank Capital, devrait permettre à[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Congo : le procès Ntsourou s'ouvre à Brazzaville

Plus de six mois après son arrestation, Marcel Ntsourou a été présenté mercredi matin devant la chambre criminelle de la Cour d'appel de Brazzaville. L'ancien chef adjoint des services de[...]

Bassin du Congo : le Mokélé-Mbembé, cousin africain du monstre du loch Ness ?

L'explorateur Michel Ballot est parti à la recherche du mystérieux Mokélé-Mbembé, en Afrique centrale. Il livre aujourd'hui le récit de sa longue et obsédante quête.[...]

Congo-Brazzaville : à Paris, l'opposition en exil veut forcer Sassou Nguesso au départ

Alors que le camp présidentiel évoque une modification de la Constitution pour permettre à Denis Sassou Nguesso de se représenter, l’opposition congolaise en exil a organisé un[...]

Daniel Biyaoula, écrivain iconoclaste

En 1997, un nouveau nom apparut dans le paysage littéraire africain : Daniel Biyaoula, natif du Congo-Brazzaville. Auteur alors d'un premier roman, L'Impasse, ambitieux aussi bien dans la forme que dans le ton[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance et de l'impunité

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers