Extension Factory Builder
10/10/2012 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la soirée de lancement de la Black Fashion Week, le 4 octobre. Lors de la soirée de lancement de la Black Fashion Week, le 4 octobre. © Camille Millerand pour J.A.

Prolongeant la Fashion Week de Paris, un événement organisé par la styliste sénégalaise Adama Ndiaye a mis en avant les créateurs d'Afrique et des Antilles. Une première dans la capitale française.

Ponctuée d'exclamations enjouées et d'embrassades, la soirée de lancement a des allures de retrouvailles. Pour les personnalités présentes, la Black Fashion Week Paris (du 4 au 6 octobre) est avant tout le prolongement de la semaine de la mode « classique », achevée la veille. Designers, mannequins, photographes et acheteurs sont là pour célébrer la mode « black »... avec parfois quelques réticences. « J'ai peur que ce genre d'événements ne nous mette dans une case », glisse un créateur brésilien.

Organisée par la styliste sénégalaise Adama Ndiaye (plus connue sous le nom de sa marque, Adama Paris, et à qui l'on doit la Dakar Fashion Week), c'est la première initiative du genre dans la capitale française. Pour elle, aucun communautarisme là-dedans. « La Black fashion, c'est plus une question d'attitude que de couleur. C'est une mode libre, qui casse les codes ! » argumente-t-elle, avant d'ajouter : « Les créateurs d'Afrique subsaharienne, du Maghreb ou des Antilles ont énormément de talent. Ce qui leur manque, ce sont les occasions de se développer. »

Réunir talents et acheteurs

Il est vrai que peu de créateurs, qu'ils soient Africains ou même Américains, arrivent à se faire une place dans les traditionnelles semaines de la mode. Pour la plupart jeunes, travaillant en indépendants, ils peinent à trouver des investisseurs. Conséquence : difficile de remplir les critères pour participer aux fashion weeks de Londres, Paris, Milan ou Tokyo. Critères qui vont de la capacité de production au nombre d'employés en passant par la domiciliation de la société dans une capitale de la mode.

Pour Adama Ndiaye, le but est de réunir talents et acheteurs, « pour qu'ils échangent ». « C'est de là que naissent les collaborations », assure-t-elle. Et son objectif semble atteint. Entre deux coupes de champagne, des cartes de visite sont échangées. Mais Adama Paris a déjà les yeux ailleurs. La Black Fashion Week de Montréal, c'est à la mi-novembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Le vol AH5017 de la compagnie Air Algérie, disparu dans la nuit du mercredi à jeudi alors qu'il faisait route vers Alger, a été victime d'un crash. Il transportait au moins 116 personnes. Retour sur une[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielles tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes - [...]

Nigeria : une femme décapitée et huit blessés dans un attentat à Kano

Selon des sources locales, au moins une personne a été tuée jeudi dans un attentat à la bombe contre une gare routière de la ville de Kano, dans le nord du Nigeria. Le bilan provisoire fait &eacu[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais a[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Espagne : Pedro Sánchez, ou comment faire oublier Zapatero...

Le nouveau patron de l'opposition est jeune, beau et intelligent. Mais avant "d'y penser en se rasant", Pedro Sánchez va devoir rafraîchir l'image du Parti socialiste. Bon courage ![...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

"Menace existentielle"

Ici même, la semaine dernière, j'ai soutenu que, malgré les apparences, notre monde était plus pacifique qu'il ne l'a jamais été. Sauf ce malheureux Moyen-Orient, terre d'instabili[...]

Textile togolais : Nini ou les froufrous du business

Son École des arts de la mode a déjà formé 800 étudiants et elle publie un cahier de tendances destiné aux tailleurs et couturiers présentant, entre autres, ses cr&eacu[...]

Irak : Fouad Massoum remplace Jalal Talabani à la présidence

Le Parlement irakien a élu jeudi le politicien kurde Fouad Massoum à la tête de l'État fédéral. Un premier pas qui laisse augurer la formation d'un nouveau gouvernement dans le pays assi&[...]

Mode - Alphadi : "Donnons une chance à nos artisans"

Des entreprises de textile et des enseignes africaines ? Oui, c'est possible, explique Alphadi, le célèbre styliste nigérien. Qui plaide pour une plus grande implication de l'État togolais.[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers