Extension Factory Builder
10/10/2012 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la soirée de lancement de la Black Fashion Week, le 4 octobre. Lors de la soirée de lancement de la Black Fashion Week, le 4 octobre. © Camille Millerand pour J.A.

Prolongeant la Fashion Week de Paris, un événement organisé par la styliste sénégalaise Adama Ndiaye a mis en avant les créateurs d'Afrique et des Antilles. Une première dans la capitale française.

Ponctuée d'exclamations enjouées et d'embrassades, la soirée de lancement a des allures de retrouvailles. Pour les personnalités présentes, la Black Fashion Week Paris (du 4 au 6 octobre) est avant tout le prolongement de la semaine de la mode « classique », achevée la veille. Designers, mannequins, photographes et acheteurs sont là pour célébrer la mode « black »... avec parfois quelques réticences. « J'ai peur que ce genre d'événements ne nous mette dans une case », glisse un créateur brésilien.

Organisée par la styliste sénégalaise Adama Ndiaye (plus connue sous le nom de sa marque, Adama Paris, et à qui l'on doit la Dakar Fashion Week), c'est la première initiative du genre dans la capitale française. Pour elle, aucun communautarisme là-dedans. « La Black fashion, c'est plus une question d'attitude que de couleur. C'est une mode libre, qui casse les codes ! » argumente-t-elle, avant d'ajouter : « Les créateurs d'Afrique subsaharienne, du Maghreb ou des Antilles ont énormément de talent. Ce qui leur manque, ce sont les occasions de se développer. »

Réunir talents et acheteurs

Il est vrai que peu de créateurs, qu'ils soient Africains ou même Américains, arrivent à se faire une place dans les traditionnelles semaines de la mode. Pour la plupart jeunes, travaillant en indépendants, ils peinent à trouver des investisseurs. Conséquence : difficile de remplir les critères pour participer aux fashion weeks de Londres, Paris, Milan ou Tokyo. Critères qui vont de la capacité de production au nombre d'employés en passant par la domiciliation de la société dans une capitale de la mode.

Pour Adama Ndiaye, le but est de réunir talents et acheteurs, « pour qu'ils échangent ». « C'est de là que naissent les collaborations », assure-t-elle. Et son objectif semble atteint. Entre deux coupes de champagne, des cartes de visite sont échangées. Mais Adama Paris a déjà les yeux ailleurs. La Black Fashion Week de Montréal, c'est à la mi-novembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Ebola : en Afrique de l'Ouest, l'OMS appelle à la mobilisation internationale

Ebola : en Afrique de l'Ouest, l'OMS appelle à la mobilisation internationale

L'Organisation mondiale de la Santé a exhorté vendredi à une mobilisation internationale contre le virus Ebola, qui "avance plus vite" que les efforts pour l'endiguer, lors d'un sommet à[...]

Gaza : la trêve vole en éclats, bain de sang à Rafah

La guerre dans la bande de Gaza, où les hostilités étaient censées s'arrêter à la faveur d'une trêve, est repartie de plus belle depuis vendredi avec un nouveau bain de sang pour le[...]

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

RDC - Congo : Birori ou Etekiama ? Un footballeur rwandais soupçonné de double identité

Le Congo a posé une réclamation auprès de la CAF après sa victoire face au Rwanda (2-0, le 20 juillet) à propos du Rwandais Dady Birori. Lequel possèderait une autre identité en R[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que l[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Michelle Obama : "Le sang de l'Afrique coule dans mes veines"

La First Lady américaine Michelle Obama a fièrement rappelé mercredi ses "racines africaines" dans un discours devant les futurs leaders du continent, réunis dans le cadre d'une bourse d'&eacu[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

Gaza : "La guerre de vingt jours"

Nous avons senti, en juin dernier, que le Hamas, qui règne sur Gaza depuis 2007, et l'Israël de Benyamin Netanyahou - premier ministre depuis mars 2009 -, voulaient en découdre. Les décl[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire nig&eacut[...]

Sommet États-Unis-Afrique : guest-stars et liste noire

À quelques jours du sommet, les délégations du sommet États-Unis-Afrique, qui se tient à Washington du 4 au 6 août, peaufinent leurs dossiers. Surtout celles des invités de derni[...]

Gaza : Égypte, Qatar, Iran, Turquie... un trafic d'influence meurtrier

Qui tire les ficelles du théâtre de la guerre ? Ultranationalistes israéliens, islamistes palestiniens, mais aussi Égypte, Qatar, Iran et même Turquie... Autant d'acteurs qui poussent leurs[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers