Extension Factory Builder
04/10/2012 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Dans mon pays, il y a quelque chose de brisé dans les relations entre l'homme et la femme.' "Dans mon pays, il y a quelque chose de brisé dans les relations entre l'homme et la femme." © DR

Dans son dernier roman, "Le Bonheur conjugual", Tahar Ben Jelloun met en lumière l'incompréhension dans le couple. Un sujet universel qui est, selon l'auteur, d'une actualité particulière dans la société marocaine.

Casablanca. Un peintre célèbre est au sommet de son art lorsqu'il est brutalement victime d'un accident vasculaire cérébral. Cloué dans un fauteuil roulant, il rumine sa carrière ruinée et sa vie brisée. À ses yeux, une seule responsable : son épouse, Amina, jeune femme berbère aux origines modestes. Pour occuper ses journées de convalescence, il se met à l'écriture de ses Mémoires, présentant son épouse sous les traits d'une femme mauvaise et médisante, superstitieuse, jalouse de son succès. En découvrant le manuscrit, Amina revient sur les faits, éclairant d'un jour nouveau le récit du père de ses enfants. « Je sais que c'est sa version que vous croirez, pas la mienne, car c'est son oeuvre qui survivra, et pas notre misérable histoire d'amour », prévient-elle.

Tahar Ben Jelloun ne maîtrise pas toujours ce double procédé narratif. Le roman pèche parfois par la longueur et l'aspect répétitif de certains passages. Mais l'écriture, somme toute assez classique, est riche et soignée. En nous présentant les deux points de vue diamétralement opposés d'une même histoire conjugale, l'écrivain marocain installé à Paris oblige son lecteur à remettre en question quelques-unes de ses certitudes.

Avenir commun

Dans un pays construit sur un système de classes, deux individus issus de milieux différents peuvent-ils rêver d'un avenir commun ? Dans une société où le mariage reste une institution sacrée, où les apparences et le qu'en-dira-t-on priment sur le bien-être personnel, comment se construit le bonheur conjugal ? Autant de questions sans réponse que l'auteur prolifique explore dans ce dernier roman. Et qu'il avait déjà abordées par le passé. « Dans mon pays, il y a quelque chose de brisé dans les relations entre l'homme et la femme. Au sein du couple, il n'y a point d'harmonie », écrivait-il dans un recueil de nouvelles intitulé Le premier amour est toujours le dernier (Seuil, 1995).

Avec ce nouveau livre, Ben Jelloun nous invite plus généralement à réfléchir sur la notion de divergence, nous amenant par la même occasion à nous interroger sur celle de l'acceptation de l'autre dans sa différence. Un sujet qui reste d'actualité, aujourd'hui plus que jamais. 

Le Bonheur conjugual, de Tahar Ben Jelloun, Gallimard, 368 pages, 21 euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Rabat rêve de lumières

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par[...]

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays[...]

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex