Extension Factory Builder
04/10/2012 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Dans mon pays, il y a quelque chose de brisé dans les relations entre l'homme et la femme.' "Dans mon pays, il y a quelque chose de brisé dans les relations entre l'homme et la femme." © DR

Dans son dernier roman, "Le Bonheur conjugual", Tahar Ben Jelloun met en lumière l'incompréhension dans le couple. Un sujet universel qui est, selon l'auteur, d'une actualité particulière dans la société marocaine.

Casablanca. Un peintre célèbre est au sommet de son art lorsqu'il est brutalement victime d'un accident vasculaire cérébral. Cloué dans un fauteuil roulant, il rumine sa carrière ruinée et sa vie brisée. À ses yeux, une seule responsable : son épouse, Amina, jeune femme berbère aux origines modestes. Pour occuper ses journées de convalescence, il se met à l'écriture de ses Mémoires, présentant son épouse sous les traits d'une femme mauvaise et médisante, superstitieuse, jalouse de son succès. En découvrant le manuscrit, Amina revient sur les faits, éclairant d'un jour nouveau le récit du père de ses enfants. « Je sais que c'est sa version que vous croirez, pas la mienne, car c'est son oeuvre qui survivra, et pas notre misérable histoire d'amour », prévient-elle.

Tahar Ben Jelloun ne maîtrise pas toujours ce double procédé narratif. Le roman pèche parfois par la longueur et l'aspect répétitif de certains passages. Mais l'écriture, somme toute assez classique, est riche et soignée. En nous présentant les deux points de vue diamétralement opposés d'une même histoire conjugale, l'écrivain marocain installé à Paris oblige son lecteur à remettre en question quelques-unes de ses certitudes.

Avenir commun

Dans un pays construit sur un système de classes, deux individus issus de milieux différents peuvent-ils rêver d'un avenir commun ? Dans une société où le mariage reste une institution sacrée, où les apparences et le qu'en-dira-t-on priment sur le bien-être personnel, comment se construit le bonheur conjugal ? Autant de questions sans réponse que l'auteur prolifique explore dans ce dernier roman. Et qu'il avait déjà abordées par le passé. « Dans mon pays, il y a quelque chose de brisé dans les relations entre l'homme et la femme. Au sein du couple, il n'y a point d'harmonie », écrivait-il dans un recueil de nouvelles intitulé Le premier amour est toujours le dernier (Seuil, 1995).

Avec ce nouveau livre, Ben Jelloun nous invite plus généralement à réfléchir sur la notion de divergence, nous amenant par la même occasion à nous interroger sur celle de l'acceptation de l'autre dans sa différence. Un sujet qui reste d'actualité, aujourd'hui plus que jamais. 

Le Bonheur conjugual, de Tahar Ben Jelloun, Gallimard, 368 pages, 21 euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région jusque-l&agra[...]

Maroc - Laurent Sablé : "Fini les procès, place au sport !"

Au terme d'une procédure internationale d'arbitrage, la suspension des Lions de l'Atlas des CAN 2017 et 2019 a été annulée. Entretien avec l'un des avocats de la partie marocaine.[...]

Finance : le marocain OCP lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité de[...]

Maroc : l'avant-projet de réforme du code pénal est-il rétrograde ?

La réforme du code pénal marocain devait permettre des avancées démocratiques. C'est raté : son avant-projet est contesté par la société civile, qui le trouve[...]

Accident d'autocar au Maroc : les victimes méritent-elles le deuil national ?

Depuis le tragique accident d’autocar, les messages de condoléances et de soutien aux familles des victimes se muent en une gronde sur les réseaux sociaux demandant un deuil national.[...]

Mohammed Benhammou : "La plupart des Marocains qui reviennent du jihad avec l'EI disent avoir été dupés"

Pour l'universitaire Mohammed Benhammou, président du Centre marocain des études stratégiques et spécialiste du terrorisme et des questions de sécurité, les recrues de l'État[...]

Libye : une bombe explose devant l'ambassade du Maroc sans faire de victimes

Une bombe a explosé dans la nuit de dimanche à lundi près de l'entrée de l'ambassade du Maroc, à Tripoli. L'attentat n'a heureusement pas fait de victimes.[...]

Maroc : au moins 33 morts dans un grave accident d'autocar dans le Sud

Le Maroc est endeuillé une nouvelle fois par un accident de la route dû à une collusion entre un autocar et un camion près de la ville de Tan Tan (Sud). Bilan provisoire : 33 morts, dont des enfants,[...]

Maroc : la revue de détail du dernier recensement

Loin de certaines lectures exagérément dramatiques, les premiers chiffres du recensement général confirment des tendances connues. Revue de détail.[...]

Manuel Valls : "La France est fière d'être l'amie du Maroc"

En visite dans le royaume chérifien, le Premier ministre français a assuré jeudi que les relations de Paris avec Rabat avaient repris leur cours normal, après un an d'une crise diplomatique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2699p086-087.xml5 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2699p086-087.xml5 from 172.16.0.100