Extension Factory Builder
09/10/2012 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La directrice du département des arts de l'Islam La directrice du département des arts de l'Islam © Musée du Louvre/Antoine Mongodin

Sophie Makariou est directrice du département des arts de l'Islam

Jeune Afrique : Comment s'organise la collection ?

SOPHIE MAKARIOU : L'histoire que nous avons voulu révéler est celle de la constitution d'un empire puis de son morcellement politique, celle aussi de l'émergence d'une grande civilisation fondée sur une révélation mais qui devient vite une entité politique colossale. Nous avons distingué quatre temps : celui de la fondation impériale du VIIe au XIe siècle, celui de la dislocation avec l'irruption des nouveaux peuples du XIe au XIIIe siècle, puis l'apogée des sultanats, et enfin l'âge des empires modernes, moghol en Inde, safavide en Iran et ottoman en Méditerranée.

On vous reproche de n'avoir pas assez inscrit l'exposition dans les logiques politiques du moment...

Le Louvre est un grand musée d'histoire de l'art et d'archéologie, et non un institut de sciences politiques ! Nous sommes un musée national certes, mais avec une vocation internationale : les deux tiers de nos visiteurs sont étrangers et nous nous adressons à tous, sans approche communautaire.

Pourquoi l'Afrique subsaharienne musulmane n'est-elle pas présente ?

Tout simplement parce que nous n'avons pas dans les collections du Louvre d'oeuvres qui viennent de pays comme le Mali, la Mauritanie ou l'Éthiopie. Et il faut distinguer deux cartes : celle de la culture matérielle du monde islamique et une carte plus large de l'expansion musulmane avec les comptoirs d'Afrique et d'Asie, où la culture matérielle est généralement de provenance extérieure. La carte de l'islam religion n'est pas la même que celle de l'Islam civilisation présenté ici. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rachida Dati : papa people

Article précédent :
Arts : Islam en Seine

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex