Extension Factory Builder
02/10/2012 à 09:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Basuki Tjahaja 'Ahok' Purnama : une réputation d'incorruptible. Basuki Tjahaja "Ahok" Purnama : une réputation d'incorruptible. © DR

En dépit des exhortations des responsables religieux, un non-musulman d'origine chinoise a été élu vice-gouverneur de la capitale, fief de l'islam conservateur.

« À Jakarta, nous sommes pragmatiques, peu importe que notre nouveau vice-gouverneur soit chrétien, et non musulman ! Ce qui compte, explique Partimin, dont la famille habite la capitale indonésienne depuis six générations, ce sont les résultats ! » Le 20 septembre, le second tour de l'élection du gouverneur opposait l'équipe dirigeante sortante conduite par Fauzi « Foke » Bowo à un duo improbable dans ce bastion de l'islam conservateur : Joko « Jokowi » Widodo, élu en 2010 meilleur maire du pays pour son travail dans la ville provinciale de Solo, et un parlementaire réputé incorruptible, Basuki Tjahaja « Ahok » Purnama, un chrétien d'origine chinoise. Les leaders musulmans ont eu beau exhorter leurs fidèles - 90 % de la population indonésienne - à ne pas voter pour un chrétien, les Jakartanais, excédés par la corruption et l'inefficacité des classes dirigeantes, ont élu le duo d'opposants avec 54 % des suffrages. Mais le plus dur est à venir.

Embouteillages, inondations, pollution, insalubrité... La vie dans la mégapole est un enfer.

Au fil des ans, la vie dans la mégapole javanaise (plus de 10 millions d'habitants) est devenue un enfer : embouteillages monstrueux, inondations, pollution, insalubrité... Sans même parler d'une catastrophe annoncée : à force de puiser dans les nappes phréatiques, Jakarta s'est enfoncé de 25 cm à 70 cm en une quarantaine d'années. Et même de 2 m dans certains quartiers du bord de mer. Mais au-delà, le vote des Jakartanais a valeur d'avertissement à l'échelle nationale.

Réélu triomphalement en 2009 pour un deuxième et dernier mandat, le président Susilo Bambang Yudhoyono a déçu. Si Jokowi réussit son pari, il pourrait bien se retrouver colistier de son principal appui, le très populaire Prabowo Subianto, pour la présidentielle de 2014. Ex-général réputé pour sa brutalité lors de la répression des dissidents dans les années 1990 et honni par les associations de défense des droits de l'homme, ce dernier pourrait en effet profiter de l'insatisfaction générale pour revenir sur le devant de la scène. L'élection de Jokowi pourrait ainsi avoir pour résultat paradoxal de favoriser le retour de l'ancienne élite autoritaire et nationaliste.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces