Extension Factory Builder
08/10/2012 à 17:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les rangers congolais sont parmi les éléments les mieux entraînés du pays. Les rangers congolais sont parmi les éléments les mieux entraînés du pays. © AFP

Dans l'est de la RDC, la guerre fait rage entre l'armée nationale et les rebelles du M23. Mais elle ne menace pas que les civils : les gorilles et les gardes forestiers sont aussi victimes des violences, jusqu'au coeur du parc national des Virunga.

Gilbert Dilis s'émeut à peine lorsqu'un appel le prévient du pillage de l'un de ses camions. Cet ancien commando belge dirige la sécurité du parc national des Virunga, où vivent certains des derniers gorilles des montagnes, et il a des problèmes plus importants à régler. Sous ses ordres, près de 300 gardes forestiers qui, chaque jour, risquent leur vie. « La plupart du temps, ce sont des embuscades tendues par des groupes rebelles. Mes hommes savent se battre, mais personne n'est invincible », explique-t-il.

Le parc se situe dans l'est de la RDC, dans une région occupée par endroits par des groupes rebelles depuis de nombreuses années. Les touristes commençaient tout juste à revenir quand la guerre a repris, en début d'année, forçant le parc à fermer et mettant en danger aussi bien les animaux que les rangers qui sécurisent la réserve.

« En vingt ans au Congo, c'est de loin la période la plus violente que j'ai connue », témoigne Emmanuel de Merode, le directeur belge du parc. Il ajoute que les visites étaient censées doubler pour atteindre les 6 000 entrées cette année et générer 2 millions de dollars de revenus.

"Rester neutre"

Les mutins de l'armée congolaise qui se sont rassemblés sous la bannière du M23 contrôlent aujourd'hui la plus grande partie du territoire de Rutshuru, au nord de Goma. Dans les zones du parc passées sous leur commandement vivent près de 200 gorilles ; on y trouve également un lodge luxueux d'une valeur de 1,2 million de dollars, dont la cave à vin a fait office de bunker pour les civils quand les combats faisaient rage.

Une relation fragile s'est construite entre les défenseurs de l'environnement qui dirigent les Virunga et les rebelles accusés d'exécutions sommaires, de viols et d'enrôlement d'enfants-soldats. Emmanuel de Merode explique ainsi que le leader du M23, le colonel Sultani Makenga, accepte sa présence et celle de ses collaborateurs. « Il est venu nous voir. Nous ne sommes pas une menace pour lui et nous devons continuer à faire fonctionner le parc. Nous ne pouvons pas partir, et ça, il l'a compris. » Le M23 et Emmanuel de Merode affirment que le parc ne paie pas pour être protégé. « Nous devons rester le plus neutre possible, parce qu'à ce petit jeu-là nous risquons de tout perdre. »

Mais la présence des rebelles complique la surveillance des grands singes. Merode explique ainsi avoir été averti, à plusieurs reprises, que des touristes étaient amenés par des mutins directement depuis l'Ouganda, moyennant 300 dollars chacun, soit deux fois moins que le prix habituellement pratiqué. Le nombre des visites devrait pourtant être limité afin de ne pas perturber les animaux. « Nous leur avons dit que c'était dangereux, extrêmement irresponsable et potentiellement très néfaste pour les gorilles... Mais tout ce qu'ils veulent, c'est de l'argent. »

Lance-roquettes

Pour les gardes forestiers, armés de kalachnikovs, de lance-roquettes et de mitrailleuses, les risques sont importants. Depuis 1996, plus de 130 d'entre eux ont été tués, que ce soit en luttant contre les braconniers ou contre les groupes armés. Les derniers éléments recrutés ont passé six mois à s'entraîner avec d'anciens commandos belges. Ils sont aujourd'hui parmi les hommes les mieux formés dans un pays que se disputent des milices brutales, des rebelles et des militaires très peu disciplinés. « Nous sommes organisés comme une armée », déclare Désiré Sekibibi, 35 ans, l'un des 273 rangers. Son collègue, André Bauma, conclut : « Nous sommes entièrement dévoués à la préservation de la nature. J'ai peur d'être tué, mais c'est ma vocation. Regardez un peu comme nous avons élevé ces bébés gorilles depuis que leur mère a été tuée et vous comprendrez facilement qu'ils sont comme nos enfants. »

________

© Financial Times et Jeune Afrique 2012

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et enfant[...]

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

Des tenues de l'armée congolaise ont été retrouvées mercredi dans un fourgon de la Monusco à l'aéroport de Goma, selon plusieurs témoins sur place. Une affaire bien embarrassante[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

RDC - Massacres à Beni : des députés réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire

Dans un rapport, douze députés congolais, de retour de cinq jours de mission à Beni, territoire endeuillé par une série de massacres depuis début octobre, fustigent les défaillances[...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces