Extension Factory Builder
03/10/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La rappeuse Diam's s'est convertie à l'islam. La rappeuse Diam's s'est convertie à l'islam. © Urman Lionel/Sipa

Elle était hantée par son enfance et vivait mal sa célébrité. Elle a trouvé l'apaisement dans la foi. La rappeuse française Diam's publie une autobiographie dans laquelle elle évoque sa conversion à l'islam.

En guise de come-back, elle a choisi un style que son public ne lui connaissait pas. Après avoir délaissé la scène musicale en 2011, Diam's passe au genre littéraire. À l'écriture à la première personne. Dans un livre sobrement intitulé Autobiographie*, l'artiste décrit un cheminement qui pourrait se résumer en trois mots : ascension, dépression, conversion.

L'évocation d'une existence nouvelle et apaisée, consacrée à l'islam, occupe une large place dans cet ouvrage, qui retrace un parcours piégé par une enfance solitaire et, surtout, par une célébrité difficile à gérer. « Ce livre est l'ultime moyen de rétablir des vérités, mes vérités, car, depuis trois ans, j'écoute... », écrit la rappeuse - Mélanie Georgiades de son vrai nom. Allusion aux nombreux commentaires qui ont suivi la publication en 2009, dans Paris Match, d'une photo d'elle entièrement voilée, sortant d'une mosquée. Dans un contexte de stigmatisation croissante des musulmans de France, cette image volée « d'instants intimes » a donné prise à des interprétations qu'elle réfute. « J'ai tout entendu dire, que c'était un acte politique, de la rébellion », déplore-t-elle. Manque de chance pour Diam's, son livre paraît au moment où les relations entre l'islam et l'Occident connaissent une nouvelle poussée de fièvre.

Paillettes

Au-delà de sa conversion, Diam's fait le récit d'une évolution qui l'a conduite à renoncer au strass et aux paillettes. Née en 1980, d'un père chypriote grec - éternellement absent - et d'une mère française, Mélanie grandit, ballottée entre plusieurs villes de la banlieue parisienne. Sa mère travaillant pour une maison de disques, elle baigne très tôt dans le milieu du show-biz. Embarquée dans des tournées à travers la France, elle côtoie les plus grands en anonyme. En 1988, elle est au nombre des petits danseurs qui accompagnent Michael Jackson sur scène pour la prestation de Bad.

Parmi la multitude de disques qui traînent à la maison, elle fait la découverte du rap. « Je crois que [cela] m'a confortée dans un certain mal-être qui donnait sens à mes combats intérieurs », confie-t-elle. Dès le milieu des années 1990, l'adolescente, qui commence à rapper, s'est créé un personnage : Diam's. « Selon la légende, il ne peut être brisé que par un autre diamant. C'était court, clair et ça me correspondait bien. »

La célébrité ne tarde pas à venir. Sa rencontre avec l'humoriste Jamel Debbouze, qui la prend sous son aile, y contribue. Son deuxième album, Brut de femme (2003), se vend à 200 000 exemplaires et décroche le prix du meilleur album hip-hop 2004. Le single Dj, extrait de l'opus, quadruple ce chiffre. En 2006, l'essai est transformé avec Dans ma bulle, disque de... diamant l'année suivante.

Spirale dépressive

Mais sitôt promotion et tournée achevées, le désoeuvrement fait place à un mal de vivre latent. Diam's vit la réussite et les critiques - inévitable revers de la médaille - comme une violence morale. Elle qui avait déjà fait une tentative de suicide en 1995 sombre dans une spirale dépressive qui la conduit en hôpital psychiatrique en 2008. L'année suivante, elle sort un ultime album, S.O.S., en forme de rédemption.

« Je ne courais ni après la gloire ni après l'argent », assure-t-elle, mais après une vie normale. Ce qu'elle semble avoir trouvé. Depuis, l'épouse devenue mère mène une vie rangée et s'investit dans l'humanitaire. Sans que les commentaires entourant sa conversion à l'islam ne cessent pour autant.

________

* Ed. Don Quichotte, 310 p., 19,90 euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon spectacul[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2 h 03 ' 23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 ans[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Les sons de la semaine : les Lijadu Sisters, Nas, Bibi Tanga, "Ghana Mixtape"...

Envie de faire une pause ? Voici de quoi vous détendre avec notre sélection musicale de la semaine. Au programme : le retour des Lijadu Sisters, le XXe anniversaire de l'album "Ilmatic" de Nas, le nouveau[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers