Extension Factory Builder
03/10/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La rappeuse Diam's s'est convertie à l'islam. La rappeuse Diam's s'est convertie à l'islam. © Urman Lionel/Sipa

Elle était hantée par son enfance et vivait mal sa célébrité. Elle a trouvé l'apaisement dans la foi. La rappeuse française Diam's publie une autobiographie dans laquelle elle évoque sa conversion à l'islam.

En guise de come-back, elle a choisi un style que son public ne lui connaissait pas. Après avoir délaissé la scène musicale en 2011, Diam's passe au genre littéraire. À l'écriture à la première personne. Dans un livre sobrement intitulé Autobiographie*, l'artiste décrit un cheminement qui pourrait se résumer en trois mots : ascension, dépression, conversion.

L'évocation d'une existence nouvelle et apaisée, consacrée à l'islam, occupe une large place dans cet ouvrage, qui retrace un parcours piégé par une enfance solitaire et, surtout, par une célébrité difficile à gérer. « Ce livre est l'ultime moyen de rétablir des vérités, mes vérités, car, depuis trois ans, j'écoute... », écrit la rappeuse - Mélanie Georgiades de son vrai nom. Allusion aux nombreux commentaires qui ont suivi la publication en 2009, dans Paris Match, d'une photo d'elle entièrement voilée, sortant d'une mosquée. Dans un contexte de stigmatisation croissante des musulmans de France, cette image volée « d'instants intimes » a donné prise à des interprétations qu'elle réfute. « J'ai tout entendu dire, que c'était un acte politique, de la rébellion », déplore-t-elle. Manque de chance pour Diam's, son livre paraît au moment où les relations entre l'islam et l'Occident connaissent une nouvelle poussée de fièvre.

Paillettes

Au-delà de sa conversion, Diam's fait le récit d'une évolution qui l'a conduite à renoncer au strass et aux paillettes. Née en 1980, d'un père chypriote grec - éternellement absent - et d'une mère française, Mélanie grandit, ballottée entre plusieurs villes de la banlieue parisienne. Sa mère travaillant pour une maison de disques, elle baigne très tôt dans le milieu du show-biz. Embarquée dans des tournées à travers la France, elle côtoie les plus grands en anonyme. En 1988, elle est au nombre des petits danseurs qui accompagnent Michael Jackson sur scène pour la prestation de Bad.

Parmi la multitude de disques qui traînent à la maison, elle fait la découverte du rap. « Je crois que [cela] m'a confortée dans un certain mal-être qui donnait sens à mes combats intérieurs », confie-t-elle. Dès le milieu des années 1990, l'adolescente, qui commence à rapper, s'est créé un personnage : Diam's. « Selon la légende, il ne peut être brisé que par un autre diamant. C'était court, clair et ça me correspondait bien. »

La célébrité ne tarde pas à venir. Sa rencontre avec l'humoriste Jamel Debbouze, qui la prend sous son aile, y contribue. Son deuxième album, Brut de femme (2003), se vend à 200 000 exemplaires et décroche le prix du meilleur album hip-hop 2004. Le single Dj, extrait de l'opus, quadruple ce chiffre. En 2006, l'essai est transformé avec Dans ma bulle, disque de... diamant l'année suivante.

Spirale dépressive

Mais sitôt promotion et tournée achevées, le désoeuvrement fait place à un mal de vivre latent. Diam's vit la réussite et les critiques - inévitable revers de la médaille - comme une violence morale. Elle qui avait déjà fait une tentative de suicide en 1995 sombre dans une spirale dépressive qui la conduit en hôpital psychiatrique en 2008. L'année suivante, elle sort un ultime album, S.O.S., en forme de rédemption.

« Je ne courais ni après la gloire ni après l'argent », assure-t-elle, mais après une vie normale. Ce qu'elle semble avoir trouvé. Depuis, l'épouse devenue mère mène une vie rangée et s'investit dans l'humanitaire. Sans que les commentaires entourant sa conversion à l'islam ne cessent pour autant.

________

* Ed. Don Quichotte, 310 p., 19,90 euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2699p012.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2699p012.xml0 from 172.16.0.100