Extension Factory Builder
03/10/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La rappeuse Diam's s'est convertie à l'islam. La rappeuse Diam's s'est convertie à l'islam. © Urman Lionel/Sipa

Elle était hantée par son enfance et vivait mal sa célébrité. Elle a trouvé l'apaisement dans la foi. La rappeuse française Diam's publie une autobiographie dans laquelle elle évoque sa conversion à l'islam.

En guise de come-back, elle a choisi un style que son public ne lui connaissait pas. Après avoir délaissé la scène musicale en 2011, Diam's passe au genre littéraire. À l'écriture à la première personne. Dans un livre sobrement intitulé Autobiographie*, l'artiste décrit un cheminement qui pourrait se résumer en trois mots : ascension, dépression, conversion.

L'évocation d'une existence nouvelle et apaisée, consacrée à l'islam, occupe une large place dans cet ouvrage, qui retrace un parcours piégé par une enfance solitaire et, surtout, par une célébrité difficile à gérer. « Ce livre est l'ultime moyen de rétablir des vérités, mes vérités, car, depuis trois ans, j'écoute... », écrit la rappeuse - Mélanie Georgiades de son vrai nom. Allusion aux nombreux commentaires qui ont suivi la publication en 2009, dans Paris Match, d'une photo d'elle entièrement voilée, sortant d'une mosquée. Dans un contexte de stigmatisation croissante des musulmans de France, cette image volée « d'instants intimes » a donné prise à des interprétations qu'elle réfute. « J'ai tout entendu dire, que c'était un acte politique, de la rébellion », déplore-t-elle. Manque de chance pour Diam's, son livre paraît au moment où les relations entre l'islam et l'Occident connaissent une nouvelle poussée de fièvre.

Paillettes

Au-delà de sa conversion, Diam's fait le récit d'une évolution qui l'a conduite à renoncer au strass et aux paillettes. Née en 1980, d'un père chypriote grec - éternellement absent - et d'une mère française, Mélanie grandit, ballottée entre plusieurs villes de la banlieue parisienne. Sa mère travaillant pour une maison de disques, elle baigne très tôt dans le milieu du show-biz. Embarquée dans des tournées à travers la France, elle côtoie les plus grands en anonyme. En 1988, elle est au nombre des petits danseurs qui accompagnent Michael Jackson sur scène pour la prestation de Bad.

Parmi la multitude de disques qui traînent à la maison, elle fait la découverte du rap. « Je crois que [cela] m'a confortée dans un certain mal-être qui donnait sens à mes combats intérieurs », confie-t-elle. Dès le milieu des années 1990, l'adolescente, qui commence à rapper, s'est créé un personnage : Diam's. « Selon la légende, il ne peut être brisé que par un autre diamant. C'était court, clair et ça me correspondait bien. »

La célébrité ne tarde pas à venir. Sa rencontre avec l'humoriste Jamel Debbouze, qui la prend sous son aile, y contribue. Son deuxième album, Brut de femme (2003), se vend à 200 000 exemplaires et décroche le prix du meilleur album hip-hop 2004. Le single Dj, extrait de l'opus, quadruple ce chiffre. En 2006, l'essai est transformé avec Dans ma bulle, disque de... diamant l'année suivante.

Spirale dépressive

Mais sitôt promotion et tournée achevées, le désoeuvrement fait place à un mal de vivre latent. Diam's vit la réussite et les critiques - inévitable revers de la médaille - comme une violence morale. Elle qui avait déjà fait une tentative de suicide en 1995 sombre dans une spirale dépressive qui la conduit en hôpital psychiatrique en 2008. L'année suivante, elle sort un ultime album, S.O.S., en forme de rédemption.

« Je ne courais ni après la gloire ni après l'argent », assure-t-elle, mais après une vie normale. Ce qu'elle semble avoir trouvé. Depuis, l'épouse devenue mère mène une vie rangée et s'investit dans l'humanitaire. Sans que les commentaires entourant sa conversion à l'islam ne cessent pour autant.

________

* Ed. Don Quichotte, 310 p., 19,90 euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Manuel Valls au Tchad parmi les soldats français de Barkhane

Manuel Valls au Tchad parmi les soldats français de Barkhane

Le Premier ministre Manuel Valls entame samedi à N'Djamena une visite de deux jours aux troupes françaises engagées dans le combat contre les groupes jihadistes armés au Sahel, qui le conduira ég[...]

Ebola : des artistes français s'emparent du misérabiliste "Do they know it's Christmas ?"

Après le désastreux "Do they know it’s Christmas ?" du collectif Band Aid (Bob Geldof, Bono), Carla Bruni, Joey Starr et d'autres artistes français s'apprêtent à leur[...]

Royaume-Uni : Ed Miliband, étoile montante

Ed Miliband, fils d'un historien marxiste d'origine juive, le chef du Labour deviendra-t-il l'an prochain Premier ministre de Sa Majesté ? Ce serait une première depuis Disraeli, il y a plus d'un[...]

Une pêche durable est essentielle pour la sécurité alimentaire en Afrique

Catherine Novelli est sous-secrétaire d'État américaine pour la Croissance économique, l'Énergie et l'Environnement.[...]

Ebola : François Hollande se rendra en Guinée la semaine prochaine

Le président français, François Hollande, a annoncé vendredi qu'il se rendrait en Guinée "la semaine prochaine", afin d'évoquer l'épidémie de virus Ebola qui[...]

France : Kader Arif, secrétaire d'État aux Anciens combattants, a présenté sa démission

Kader Arif, le secrétaire d’État français aux Anciens combattants, a présenté ce vendredi matin sa démission. Il est visé par une enquête préliminaire sur des[...]

Les sons de la semaine #21 : Hailu Mergia, "Africa Stop Ebola", Somi...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musical hebdomadaire, avec Hailu Mergia, "Africa Stop Ebola", Somi, et Diamant noir.[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

États-Unis : Obama accorde une régularisation provisoire à cinq millions de sans-papiers

Il avait promis de prendre l'initiative face à l'inaction du Congrès : Barack Obama a offert jeudi soir une régularisation provisoire à quelque cinq millions de clandestins, sur un total de 11[...]

Carole et Glwadys Tawema, la vogue ethnique de Karethic

Grâce au beurre de karité, ces deux Béninoises installées en France entendent surfer sur la mode des produits bio pour appuyer le développement du nord de leur pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers