Extension Factory Builder
01/10/2012 à 15:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Tais-toi et meurs', 220 pages, éditions La Branche, Coll. Vendredi 13, 15 euros. "Tais-toi et meurs", 220 pages, éditions La Branche, Coll. Vendredi 13, 15 euros. © DR

Dans son dernier roman, "Tais-toi et meurs",  Alain Mabanckou décrit les tribulations d'un jeune Congolais de Brazzaville dans la "jungle parisienne". Et fricote avec le polar.

Si son très bon Black Bazar (2009) vous a laissé de marbre, passez votre chemin. Si au contraire il vous a subjugué, vous pouvez en rester là, à moins que vous n'en réclamiez encore. Mais si vous êtes passé à côté, offrez-vous donc une séance de rattrapage avec Tais-toi et meurs. Car en décrivant les tribulations d'un jeune Congolais de Brazzaville dans la « jungle parisienne », le prolifique Alain Mabanckou - il a déjà publié en janvier un essai intitulé Le Sanglot de l'homme noir - reprend peu ou prou la même recette, agrémentée cette fois-ci d'une savoureuse sauce polar.

Le narrateur porte le nom prédestiné de Julien Makambo - « les ennuis », en lingala -, qu'il a troqué contre la fausse identité de José Montfort une fois débarqué en France. Accusé d'avoir défenestré une jeune femme, il entreprend de coucher par écrit le récit des mésaventures qui l'ont conduit en prison. Au fil des méandres de ses confessions, les pièces du puzzle s'assemblent peu à peu, dessinant sa propre histoire et, surtout, le paysage souterrain du Paris africain. De fait, c'est à une plongée dans le « milieu congolais » que nous invite le chroniqueur à Jeune Afrique. Celui du soukouss et de la sape, mais aussi - et c'est là que Tais-toi et meurs se démarque de Black Bazar - celui des rapines et autres combines : vol de chéquier, marché noir, faux et usage de faux... Le suspense n'est pas à son comble, mais le décor vaut qu'on tourne les pages.

Alain Mabanckou prend goût à évoquer avec précision les hauts lieux du Paris noir : Château-Rouge pour les Congolais, Montreuil pour les Maliens... Il joue aussi avec les codes du polar : évoquant la femme gisant « dans une mare de sang », il ajoute, malicieux, « comme on dit dans les romans policiers pour aller plus vite et faire sensation auprès du lecteur afin qu'il n'abandonne pas sa lecture en cours de route ». Enfin, il jongle avec les références implicites, comme lorsqu'un Martiniquais en rogne contre les Africains suggère qu'on les renvoie chez eux, « au coeur des ténèbres » - évocation du célèbre ouvrage de Joseph Conrad. Bref, une écriture simple et jouissive qui fait de la lecture de Tais-toi et meurs une partie de plaisir, mais qui peinera à masquer, chez les familiers de l'écrivain, une impression de déjà-lu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus me[...]

Congo - Elie Smith : "Mes agresseurs étaient au téléphone avec quelqu'un"

Elie Smith, le journaliste camerounais de la télévision congolaise MNTV, dont il est directeur des études et de la planification, a été victime d’une violente agression dans la nuit du 9[...]

Hommage à Daniel Biyaoula

Christine Denizon est traductrice. Elle fut la compagne de l'écrivain congolais Daniel Biyaoula, décédé en mai dernier. Elle lui rend ici hommage, à l'occasion de l'anniversaire de sa naissance.[...]

Congo - Claude Le Roy : "La victoire a de nombreux amis"

Le Congo, qui a battu le Soudan (2-0) après s’être imposé au Nigeria (3-2), est une des sensations du début des qualifications pour la CAN 2015. Claude Le Roy, le sélectionneur des Diables[...]

Congo : Marcel Ntsourou condamné aux travaux forcés à vie

Accusé de rébellion et atteinte à la sécurité intérieure de l'État, l'ex-numéro deux des renseignements congolais, Marcel Ntsourou, a été condamné jeudi[...]

Afrique - France : Richard Attias, de Libreville à Marbella

Le publicitaire et homme d'affaires franco-marocain Richard Attias cultive ses réseaux au Congo comme au Gabon. On l'a vu ces dernières semaines non seulement à Libreville et à Marbella, lieu de[...]

La Sape au Congo, toutes griffes dehors

Excentriques, raffinés, décalés... Les rois de la sape du Congo rivalisent de style et d'originalité. Plus qu'une mode, un art très contemporain.[...]

NBA - Serge Ibaka : monstre du contre

À 24 ans, il est aujourd'hui l'un des tout meilleurs défenseurs de la NBA. Il y avait pourtant loin des rues de Brazzaville aux projecteurs américains.[...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

Congo : à Brazza, les artistes photographes la jouent collectif

Il y a dix ans, une poignée d'artistes amateurs congolais créait Génération Elili ("image", en lingala). Le groupe compte aujourd'hui 17 membres, tous photographes professionnels[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex