Extension Factory Builder
28/09/2012 à 11:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors d'une projection du Cinéma numérique ambulant, au Mali. Lors d'une projection du Cinéma numérique ambulant, au Mali. © Meyer/Tendance Floue

Grand connaisseur de la situation du cinéma sur le continent, le directeur des publications du site Africultures, Olivier Barlet, analyse l'évolution de ces dix dernières années.

Olivier Barlet, c'est, par excellence, le « Monsieur cinéma africain », une encyclopédie vivante sur ce sujet. Difficile d'imaginer un festival impliquant les réalisateurs du continent où on ne le verrait pas, promenant, toujours attentif et souriant, son crâne dégarni et sa bonne humeur inaltérable. Directeur des publications du site internet Africultures, il y est également le principal auteur de critiques, rarement assassines mais toujours pertinentes et documentées, sur tous les films africains. Auteur de l'ouvrage de référence Les Cinémas d'Afrique noire, le regard en question, publié en 1996 chez L'Harmattan (traduit en anglais, en allemand et en italien), il publie aujourd'hui, chez le même éditeur, où il dirige la collection « Images plurielles », Les Cinémas d'Afrique des années 2000 (442 pages, 36 euros). L'occasion de faire avec lui le point sur l'état actuel du septième art sur le continent.

Jeune Afrique : On a longtemps accusé le cinéma africain de n'être qu'un cinéma de festival. Mais il a aujourd'hui presque totalement disparu des grands rendez-vous. Faut-il s'en alarmer ?

OLIVIER BARLET : Ce n'est pas une bonne nouvelle, bien sûr. Parler de films de festival, c'était reprocher à la production africaine de se cantonner au cinéma d'auteur, sans toucher véritablement le public local. Or il n'y a pas de raison a priori d'opposer cinéma d'auteur et cinéma populaire : les deux peuvent coexister. On peut donc se demander s'il ne s'agissait pas surtout de manifester un certain mépris, et même un rejet, pour le cinéma africain. La question centrale, c'est celle de la diffusion des films. Surtout en Afrique subsaharienne, où la plupart des salles ont fermé. Les festivals constituent une niche pour montrer les films, en particulier ceux qui sont exigeants et entendent développer l'esprit critique du public. Ces oeuvres ont aussi besoin d'être vues à la télévision.

Dans votre livre, vous parlez « des » cinémas d'Afrique au pluriel. Pourquoi ?

Le singulier dénie l'énorme diversité culturelle de tout un continent. Sans parler de l'existence des très nombreux réalisateurs de la diaspora qui sont en mouvement permanent entre leur pays d'origine et leur lieu d'habitation.

Mais vous considérez quand même l'Afrique comme un tout, traitant autant du nord que du sud du continent...

Ce n'est évidemment pas pour m'enfermer à mon tour dans une perspective territoriale. Il y a des ponts entre le nord et le sud du Sahara, que ce soit en termes de stratégie esthétique ou de thématique. Ce qui n'empêche pas l'existence de différences, tenant aux sociétés que décrivent les films et aux structures des cinématographies nationales, en général mieux soutenues au Maghreb qu'en Afrique subsaharienne.

Ce qui explique que les cinémas du Maghreb ont gardé une certaine visibilité hors de leurs frontières contrairement à ceux du Sud ?

La différence n'est pas si évidente. Même au Maghreb, seuls quelques réalisateurs ont réussi à émerger. Si l'on regarde le pays le plus prolifique, le Maroc, avec une bonne quinzaine de films par an, la plupart ne sortent pas à l'extérieur. On connaît un peu Faouzi Bensaïdi, Daoud Aoulad-Syad, Nabil Ayouch ou, depuis peu, Leïla Kilani... et, sauf erreur, on a fait le tour.

Olivier Barlet

© Frédéric Lecloux/Africultures

Qu'est-ce qui fait la spécificité des années 2000 ?

Les nouveaux réalisateurs évoquent à la fois le cinéma et l'Afrique de façon nouvelle. Leur manière d'aborder le réel est vraiment différente. On n'est plus dans le projet de Sembène Ousmane de film pédagogique pour faire évoluer la communauté dans le sens du progrès et de l'émancipation. On ne propose plus de solutions, de héros emblématiques. On s'inscrit dans le doute, l'incertain ; ce qui se retrouve dans les thèmes mais même aussi dans la structure des films : on ne sait plus où tout cela nous mène. Le spectateur est mobilisé pour être en prise avec le monde, mais il n'y a plus de voie à suivre, de prophète, de programme.

 

Ce qui signifie qu'on en a fini avec la période où l'essentiel était de décoloniser les imaginaires ?

Certainement. Car on ne se situe plus en opposition à l'autre. Il s'agit d'un cinéma décomplexé. L'important, désormais, c'est soi dans le monde et ce qu'on peut apporter au monde.

Qu'apporte le cinéma africain au monde ?

Il fait apparaître mieux que tous les autres la force de la mondialisation. Comme les Africains ont vécu presque toujours dans des entre-deux culturels, ils sont bien placés pour apprendre aux autres ce que peut être un homme planétaire. Et parce qu'ils vivent souvent en situation de précarité, ils ont un sens aigu de l'imprévisible. Donc de ce que tout reste possible même quand on ne sait pas ce qui va advenir. En ces temps de crise, où l'on a peur du lendemain, on sent cela à travers les histoires que racontent les films et la façon dont les personnages vivent les situations qu'ils rencontrent.

Malgré toutes ces difficultés, peut-on rester optimiste ?

Il le faut ! Parce que les auteurs, les talents existent. Mais la situation n'évoluera vraiment que lorsque les États auront enfin des politiques culturelles. Et que l'on arrêtera d'attendre la solution des coopérations avec le Nord, où l'on distribue de moins en moins d'argent, d'ailleurs.

L'Afrique doit se rendre compte qu'à part ses matières premières c'est surtout sa culture qu'elle peut vendre au monde. Il faut qu'elle la considère enfin comme un facteur de développement et un secteur créateur d'emplois. En particulier en matière de cinéma, art total et art populaire par excellence.

________

Propos recueillis par Renaud de Rochebrune

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Le propos raciste qui fait du bien

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces