Extension Factory Builder
24/09/2012 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation avec portraits de Mao Zedong devant l'ambassade du Japon, à Pékin. Manifestation avec portraits de Mao Zedong devant l'ambassade du Japon, à Pékin. © Alexander F. Yuan/AP/SIPA

Après la nationalisation des îles Senkaku, les manifestations antijaponaises se multiplient en Chine. Mais les deux pays savent qu'ils ne peuvent pas aller trop loin. Enfin, espérons-le !

Des milliers de personnes hurlant des slogans antinippons dans les rues de Pékin... Une usine Panasonic incendiée... Des concessionnaires Honda et Toyota attaqués à Qingdao... Des drapeaux japonais piétinés dans des dizaines de villes chinoises... Jamais depuis le rétablissement des relations diplomatiques, il y a quarante ans, les tensions entre les deux pays n'avaient été aussi fortes.

À l'origine de cette fièvre nationaliste qui a atteint son paroxysme le 18 septembre (date anniversaire de « l'incident de Moukden », qui, en 1931, fut le prélude à l'invasion de la Mandchourie) : l'archipel des Senkaku (Diaoyu pour les Chinois), cinq îlots rocheux revendiqués par la Chine, le Japon et Taiwan. C'est l'annonce par le gouvernement japonais, début septembre, de leur nationalisation qui a mis le feu aux poudres. Or, paradoxalement, cette annonce manifestait plutôt la volonté des autorités de calmer le jeu en empêchant Shintaro Ishihara, l'ultranationaliste gouverneur de Tokyo, de racheter lui-même les îlots.

"L'économie japonaise n'est pas à l'abri de mesures de rétorsion", menace Le Quotidien du peuple

Un affrontement avec les États-Unis ?

Même si les provocations se multiplient depuis l'été, les deux rivaux savent que le moindre dérapage pourrait avoir des conséquences catastrophiques. Pour le Japon, fragilisé par la crise nucléaire et affaibli par la valse de ses Premiers ministres (pas moins de six en cinq ans), la marge de manoeuvre est étroite. Organe officiel du PC chinois, Le Quotidien du peuple n'y va pas par quatre chemins. « L'économie japonaise, écrit-il, n'est pas immunisée contre les mesures de rétorsion. Ce pays est-il prêt à perdre de nouveau dix ans, voire à reculer de vingt ans ? »

Après avoir attisé l'exaltation nationaliste à la veille de la désignation de sa nouvelle direction, la Chine redoute à présent des débordements incontrôlables susceptibles d'exacerber le mécontentement social.

Et puis elle n'ignore pas qu'en cas d'accrochage majeur sa marine risque de se retrouver face à l'US Navy. En vertu d'un traité bilatéral conclu avec leur allié japonais, les États-Unis sont en effet tenus de défendre militairement les îlots contestés. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande, l&[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2 h 03 ' 23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 ans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers