Extension Factory Builder
28/09/2012 à 12:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Grâce au non-cumul des mandats, cette jeune engagée en politique a été désignée maire des Ulis Grâce au non-cumul des mandats, cette jeune engagée en politique a été désignée maire des Ulis © Youri Lenquette, pour J.A.

À 38 ans, elle reprend les rênes de la mairie des Ulis (France). Membre du Parti socialiste, cette Franco-Tunisienne est réputée proche des gens.

Sonia Dahou a un visage rieur, le regard franc, des cheveux de jais qui s'accordent à son tailleur-pantalon noir. Elle semble quelque peu hésitante dans son vaste bureau de maire. Mais dès qu'elle évoque son parcours politique, elle s'anime, enthousiaste. Il y a deux mois, elle a repris, sous les couleurs du Parti socialiste (PS), les rênes de la mairie des Ulis, une commune de 25 000 habitants nichée dans l'Essonne (France) ancrée à gauche depuis sa création, en 1977. Un changement un peu soudain pour cette adjointe à la démocratie locale, à l'information et à la communication en poste depuis 2008. Lors de la campagne législative, Maud Olivier (PS), son prédécesseur et mentor, avait promis de ne pas cumuler ses mandats si elle était élue députée. C'est elle qui a suggéré Sonia Dahou - choix confirmé par le conseil municipal du 9 juillet - pour lui succéder. Non sans surprise, selon l'élu UMP Franck Del Boccio, qui affirme que le nom du socialiste Yves Faure était parmi les plus cités. « Vu son engagement en faveur de la parité, il n'est pas étonnant que Maud Olivier ait finalement choisi une femme. Et puis Sonia est très appréciée pour son engagement local », explique-t-il. Cette dernière raconte comment, après sa désignation, les réseaux sociaux ont explosé, en particulier en Tunisie.

Car Sonia Dahou est fière de sa culture arabe. Mais ne se revendique pas pour autant comme une élue de la diversité. Elle refuse cette étiquette, se sentant plus française que tunisienne, après vingt ans passés dans l'Hexagone. Les Ulis, elle y débarque en 1992, « un peu par hasard », mais surtout pour des raisons économiques, alors qu'elle cherche à se loger en résidence universitaire pour étudier les mathématiques et la physique à la faculté d'Orsay. Une fois diplômée, elle trouve un logement social - dont le quota est de 50 % aux Ulis. Son père puis sa mère la rejoignent bientôt pour se rapprocher de leurs enfants vivant en France.

Alors qu'elle est cadre à la Direction générale des finances publiques depuis plusieurs années, Sonia Dahou décide, il y a douze ans, de s'engager en politique. Le PS s'impose comme une évidence. « C'était une réaction à toutes les inégalités sociales que j'avais vues et vécues dans ma commune, explique-t-elle. J'avais fait partie de ceux qui peinaient à boucler leurs fins de mois, qui accumulaient les petits boulots pour pouvoir s'acheter des livres ou payer une chambre. » Étudiante, elle donnait des cours de soutien scolaire. Aujourd'hui, elle revoit ses anciens élèves, et en a même marié certains.

En Tunisie, "ce que je vois en ce moment me désole. Je pense que la transition va être longue et difficile".

Sa volonté de répondre aux attentes de ses concitoyens n'a jamais faibli. Conseils de quartier, instances participatives, consultations des Ulissiens... « Ma passion, c'est les gens », affirme l'élue de 38 ans qui s'investit également au sein de la Ligue des droits de l'homme.

Ce souci de l'autre, elle l'a hérité de ses parents, aujourd'hui décédés, dont la maison à Tunis ne désemplissait jamais, peuplée d'amis de tous horizons. Elle y a appris « la tolérance et l'amour des autres ». Une enfance heureuse et ensoleillée, aux côtés d'un père fonctionnaire au consulat de France, et d'une mère au foyer. Après l'école maternelle française, le lycée Pierre-Mendès-France de Tunis, et un bac décroché à 17 ans, faire des études à Paris était logique.

Elle retourne au moins une fois par an en Tunisie. Cette année, elle redoute ce qu'elle va y trouver. Depuis l'arrivée des islamistes sur la scène politique, son pays a changé. « Ce que je vois en ce moment me désole. Je pense que la transition va être longue et difficile », affirme la jeune femme, soudain grave. L'année dernière, elle a suivi avec enthousiasme la révolution du Jasmin grâce aux coups de fil des amis... Elle a même envisagé de rentrer. « Je voulais participer à cet espoir démocratique. Et en même temps, j'avais mon engagement ici. C'est important pour moi de rester, je porte désormais une responsabilité en tant que maire. »

Son mandat ne lui laissera probablement pas de répit. Surtout, elle veut réussir à concilier politique et vie familiale et s'est, pour cela, mise en disponibilité de son poste aux finances publiques. Elle souhaite se consacrer à ses deux jeunes enfants, à qui elle veut transmettre sa culture. Elle initie le plus petit à l'arabe.

Les municipales de 2014 ? Elle y pense « un peu ». Ce sera le véritable test, celui du suffrage universel. Elle disposera cependant de peu d'expérience pour défendre son bilan. Gravir les échelons de sa formation politique ? Elle n'écarte pas l'idée. Mais sa priorité, insiste-t-elle, est de réaliser le projet entamé avec son prédécesseur. « Je crains de ne pas avoir assez de temps pour y arriver », dit-elle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Diaporama : 'Djerbahood', le street art s'invite en Tunisie

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de "street art" en Tunisie. [...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers