Extension Factory Builder
26/09/2012 à 16:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Coucher de soleil sur l'immense mégalopole de São Paulo. Coucher de soleil sur l'immense mégalopole de São Paulo. © Reuters

L'Amérique latine est, avec les Caraïbes, l'une des régions les moins peuplées au monde. Elle est aussi - paradoxe - la plus urbanisée.

Quatre-vingts pour cent des Latino-Américains vivent dans une ville. C'est deux fois plus que les Africains et que les Asiatiques, et même plus que les Occidentaux. Selon un récent rapport de l'Agence de l'ONU pour l'habitat*, ce taux devrait atteindre 90 % d'ici à 2050 - et dès 2020 au Brésil. Principale cause de cette urbanisation galopante : un exode rural massif.

En seulement quatre décennies (1950-1990), le nombre des villes a été multiplié par six (on en recense aujourd'hui 16 000) et huit mégalopoles de plus de 5 millions d'habitants ont fait leur apparition (il n'y en avait aucune en 1950) : Mexico, São Paulo, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Lima, Bogotá, Santiago et Belo Horizonte. Le cas de São Paulo est particulièrement net : 2,3 millions d'habitants en 1950, 8 millions en 1970, 10 millions en 1980... Bouleversant le modèle classique - une ou deux agglomérations dominant le pays et accaparant ses richesses -, les villes moyennes (moins de 500 000 habitants) se multiplient. Près de 40 % des Latino-Américains (soit plus de 222 millions de personnes) y résident aujourd'hui, tandis que 14 % d'entre eux (65 millions) vivent dans les mégalopoles.

UNDESA (2010) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Pourtant, selon le rapport onusien, l'Amérique latine et les Caraïbes (8,5 % de la population mondiale) font partie des régions les moins peuplées de la planète. La densité de la population n'y excède pas 29 habitants/km2, alors que la moyenne mondiale est de 51. L'existence d'immenses territoires presque vides, comme l'Amazonie, explique ce phénomène.

Nouveaux défis

Situées dans leur majorité dans les zones côtières, les villes sont aujourd'hui confrontées à de nouveaux défis. « Leur étendue géographique grandit plus vite que leur population », s'inquiète Alain Grimard, directeur régional de l'agence onusienne pour l'Amérique latine. Selon lui, cela complique singulièrement la gestion et le développement durable des agglomérations. Les rapporteurs plaident donc pour une occupation verticale, plutôt qu'horizontale, des sols.

Combien de mégalopoles de plus de 5 millions d'habitants ? Huit. Les plus grandes ? Mexico et São Paulo

D'autre part, l'extension urbaine a trop souvent été chaotique et a provoqué la multiplication des bidonvilles et des noeuds d'axes routiers mal coordonnés - sans parler de la dégradation de l'environnement. À la périphérie des villes, les besoins non satisfaits sont immenses, qu'il s'agisse des transports en commun, des services publics et des forces de police (alors que l'insécurité croît de manière fulgurante) ou de l'accès à l'eau potable. Bien entendu, les inégalités se creusent entre zones résidentielles et favelas. Si le taux de pauvreté a globalement reculé depuis dix ans (il est passé de 48 % à 33 % entre 1990 et 2009), 111 millions de Latino-Américains (sur un total de 588 millions) continuent de vivre dans des bidonvilles. Leurs logements précaires les exposent à toutes les catastrophes naturelles, comme ce fut le cas en Haïti en 2010 (la moitié de la population de Port-au-Prince est toujours sans abri), et les mettent à la merci des cartels de la drogue et du crime organisé : ils sont les premières victimes de l'insécurité.

Reste que les agglomérations latino-américaines sont les moteurs de l'économie de leurs pays respectifs. Le produit intérieur brut (PIB) des quarante plus importantes est de 842 millions de dollars. Soit les deux tiers du PIB de tout le sous-continent.

* « L'Etat des villes en Amérique latine et aux Caraïbes ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex