Extension Factory Builder
27/09/2012 à 18:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une manifestation devant une représentation officielle de la Gambie à Dakar, le 22 décembre 2004. Une manifestation devant une représentation officielle de la Gambie à Dakar, le 22 décembre 2004. © Afp.com/Seyllou

Le président Yahya Jammeh autorise l'ONU à enquêter sur la disparition de deux journalistes. Une décision prise alors même que la liberté d'expression ne cesse de rétrécir en Gambie.

L'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, lui-même maître dans l'art du contre-pied, s'en plaignait auprès de ses proches : « Avec Yahya Jammeh, on ne sait jamais à quoi s'attendre. » En l'espace d'un mois, le chef de l'État gambien vient d'en faire une nouvelle démonstration.

Après avoir menacé d'exécuter tous les condamnés à mort (parmi lesquels figurent des prisonniers politiques) qui croupissent dans les geôles de la Gambie, il était passé à l'acte fin août en ordonnant l'exécution en catimini de neuf d'entre eux. Le 14 septembre, virage à 180 degrés : le voilà qui, dans un communiqué, annonce la suspension des exécutions « suite à de nombreux appels en ce sens du conseil des anciens, des groupes de femmes aussi bien que des groupes de jeunes », mais aussi de plusieurs dirigeants étrangers, dont l'ancien Premier ministre sénégalais Souleymane Ndéné Ndiaye, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, son homologue ivoirien Alassane Ouattara et le révérend américain Jesse Jackson, qui s'est invité à Banjul. Sans compter les pressions émises depuis Washington et Dakar.

Surprenante

Mieux encore : le 18 septembre, les États-Unis annoncent que Jammeh aurait enfin autorisé les Nations unies à enquêter sur la disparition de deux journalistes, Deyda Hydara et Chief Ebrima Manneh. Le premier a été tué par balle en 2004. Le second n'est jamais réapparu depuis qu'en 2006 des agents présentés comme des membres des services de renseignements l'ont interpellé dans les locaux de son journal.

Cette ouverture est d'autant plus surprenante que Jammeh a toujours éludé ces disparitions jugées emblématiques par l'opposition... et que, trois jours plus tôt, il avait ordonné la fermeture de deux journaux privés, The Standard et The Daily News, trop critiques à ses yeux.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Gambie : Yahya Jammeh, vingt ans d'impunité

Gambie : Yahya Jammeh, vingt ans d'impunité

Arrivé au pouvoir par un putsch en 1994, le jeune lieutenant avait suscité bien des espoirs. Mais il a vite imposé sa loi par la violence et la terreur.[...]

Gambie : Yahya Jammeh, président, guérisseur ou dictateur ?

Les homosexuels ? Des vermines. Le sida ? Guérissable par ses soins. Les journalistes ? Des opposants à museler. Les frasques du président gambien provoquent souvent des levées de bouclier de la part[...]

Les 50 influents : Fatou Bensouda, procureure générale de la CPI

Qui sont les hommes et femmes du continent qui, dans leur domaine, font autorité à l'échelle planétaire ? Voici la sélection de "Jeune Afrique".[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

La Gambie a suspendu tous les vols en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone pour prévenir toute contamination par le virus Ebola.[...]

Gambie : Yahya Jammeh ou la croisade perpétuelle

Haro sur la presse. Haro sur les homosexuels. Haro sur les condamnés à mort…  Yahya Jammeh ne rate jamais une occasion de lancer un anathème. La langue anglaise est sa toute nouvelle cible.[...]

Ces 20 femmes africaines qui font bouger le continent

Le 8 mars de chaque année, le monde célèbre la femme. L'occasion pour "Jeune Afrique" de dresser une liste de femmes africaines qui, par leurs actions et initiatives, chacune dans leur domaine,[...]

Gambie : limogeage de la présidente de la Cour suprême, première femme à ce poste

Mabel Yamoa Agyemang, la présidente de la Cour suprême gambienne, a été limogée mercredi. Elle avait été la première nommée à ce poste par le président[...]

Taiwan : bye-bye Africa...

Longtemps, Taipei a noyé le continent sous une pluie de dollars et de projets mirifiques pour se faire reconnaître comme le seul représentant légitime de la Chine en lieu et place de[...]

Gambie : il ne faut jamais dire Jammeh

À Banjul, on ne prononce son nom qu'à voix basse. Ses détracteurs ont depuis longtemps compris que mieux valait se taire. C'est, disent-ils, une question de survie dans une Gambie sur laquelle Yahya[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex