Extension Factory Builder
27/09/2012 à 18:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une manifestation devant une représentation officielle de la Gambie à Dakar, le 22 décembre 2004. Une manifestation devant une représentation officielle de la Gambie à Dakar, le 22 décembre 2004. © Afp.com/Seyllou

Le président Yahya Jammeh autorise l'ONU à enquêter sur la disparition de deux journalistes. Une décision prise alors même que la liberté d'expression ne cesse de rétrécir en Gambie.

L'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, lui-même maître dans l'art du contre-pied, s'en plaignait auprès de ses proches : « Avec Yahya Jammeh, on ne sait jamais à quoi s'attendre. » En l'espace d'un mois, le chef de l'État gambien vient d'en faire une nouvelle démonstration.

Après avoir menacé d'exécuter tous les condamnés à mort (parmi lesquels figurent des prisonniers politiques) qui croupissent dans les geôles de la Gambie, il était passé à l'acte fin août en ordonnant l'exécution en catimini de neuf d'entre eux. Le 14 septembre, virage à 180 degrés : le voilà qui, dans un communiqué, annonce la suspension des exécutions « suite à de nombreux appels en ce sens du conseil des anciens, des groupes de femmes aussi bien que des groupes de jeunes », mais aussi de plusieurs dirigeants étrangers, dont l'ancien Premier ministre sénégalais Souleymane Ndéné Ndiaye, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, son homologue ivoirien Alassane Ouattara et le révérend américain Jesse Jackson, qui s'est invité à Banjul. Sans compter les pressions émises depuis Washington et Dakar.

Surprenante

Mieux encore : le 18 septembre, les États-Unis annoncent que Jammeh aurait enfin autorisé les Nations unies à enquêter sur la disparition de deux journalistes, Deyda Hydara et Chief Ebrima Manneh. Le premier a été tué par balle en 2004. Le second n'est jamais réapparu depuis qu'en 2006 des agents présentés comme des membres des services de renseignements l'ont interpellé dans les locaux de son journal.

Cette ouverture est d'autant plus surprenante que Jammeh a toujours éludé ces disparitions jugées emblématiques par l'opposition... et que, trois jours plus tôt, il avait ordonné la fermeture de deux journaux privés, The Standard et The Daily News, trop critiques à ses yeux.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Gambie : ils voulaient renverser Jammeh

Gambie : ils voulaient renverser Jammeh

Fin décembre, un petit commando prenait d'assaut le palais présidentiel de Yahya Jammeh, à Banjul. Retour sur une tentative de coup d'État qui a tourné au fiasco.[...]

Sénégal : l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé en France

Arrêté à Dakar le 3 janvier pour trouble à l'ordre public, l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé dans la nuit de 13 au 14 janvier vers Paris. Il avait publiquement[...]

CPI - Gambie : Fatou Bensouda, procureur à poigne

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Coup d'État manqué en Gambie : les détails de l'opération selon le FBI américain

La justice américaine vient d'inculper deux Américains d'origine gambienne impliqués dans la tentative de coup d'État qui s'est déroulée le 30 décembre à Banjul, en[...]

Gambie : qui est l'opposant Cheikh Sidya Bayo, arrêté au Sénégal ?

Le jeune opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été interpellé à Dakar quelques jours après le coup d'État manqué contre Yahya Jammeh. Accusé de porter atteinte à[...]

Coup d'État manqué en Gambie : deux Américains dans le viseur de la justice

Deux Américains d'origine gambienne accusés d'avoir préparé la tentative de putsch contre le président gambien, Yahya Jammeh, le 30 décembre, vont comparaître lundi devant la[...]

Gambie : les forces de l'ordre manifestent en soutien au président Jammeh

Des centaines de membres des forces de l'ordre gambiennes, dont des soldats et des policiers, ont manifesté samedi à Banjul pour soutenir le régime du président Yahya Jammeh, quatre jours après[...]

Gambie : des soldats font du porte-à-porte à la recherche d'assaillants à Banjul

Des soldats gambiens menaient vendredi à Banjul une opération porte-à-porte à la recherche de participants à l'attaque armée ayant visé le palais présidentiel il y a quatre[...]

Gambie : que sait-on du coup d'État manqué contre Yahya Jammeh ?

Plusieurs dizaines de civils et militaires ont été arrêtés en Gambie après la tentative de coup d'État contre Yahya Jammeh. Trois jours après les faits, retour sur ce que l'on sait[...]

Gambie : Jammeh accuse des puissances étrangères après le coup d'État raté

Le président gambien Yahya Jammeh a accusé des terroristes et dissidents soutenus par des puissances étrangères d'être derrière le coup d'Etat raté de mardi à Banjul, et a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2698p040.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2698p040.xml0 from 172.16.0.100