Extension Factory Builder
27/09/2012 à 18:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Hervé Ladsous est secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des opérations de maintien de la paix.

En parcourant les rues embouteillées du centre-ville de Goma, tout laisse à croire que la vie suit son cours normal. Devant les étals, vendeurs et acheteurs marchandent comme à leur habitude. La principale ville de l'est de la RDC est pourtant au coeur d'une région à nouveau plongée dans la guerre. La mutinerie de soldats des Forces armées de la RDC (FARDC), qui se sont regroupés au sein du Mouvement du 23 mars (M23), a eu un effet dévastateur sur les villages des alentours. À Goma, paix et sécurité prévalent, grâce notamment aux patrouilles renforcées, menées conjointement par les autorités congolaises et les Casques bleus de la Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco). Goma pourrait devenir la poudrière de l'Est, mais pour l'heure elle en est sans doute le lieu le plus sûr.

Non loin de là, des milliers de personnes ont trouvé refuge dans des écoles et des églises, fuyant les attaques de groupes armés. Certes, nos soldats de la paix se sont redéployés pour empêcher l'avancée du M23 et protéger les civils en danger, mais le défi est énorme.

Depuis le mois d'avril et la mutinerie du M23, on a recensé 260 000 personnes déplacées supplémentaires. Elles sont désormais 719 000 dans la seule province du Nord-Kivu, sans compter que près de 60 000 réfugiés originaires de la région ont été enregistrés en Ouganda et au Rwanda voisins. Diverses sources font état de graves violations des droits de l'homme commises par le M23, dont le recrutement d'enfants-soldats et des exécutions sommaires. Le mouvement a établi une administration parallèle dans les zones sous son contrôle, tout en pratiquant le pillage systématique des ressources naturelles. Diverses informations indiquent aussi que le M23 bénéficie de soutiens extérieurs. Ceci est inacceptable.

Dans l'Est, les rebelles du M23 ont établi une administration parallèle.

Dans les deux provinces du Kivu, des groupes armés ont repris leurs activités criminelles, et c'est très inquiétant. Profitant du désordre, plusieurs mouvements se livrent à nouveau à une campagne de terreur, tuant, pillant et violant. C'est le cas des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), ainsi que de diverses milices Maï Maï. Tous profitent de la mutinerie du M23 et des efforts déployés en vue de contrer leur avancée. Ultime tragédie : les progrès enregistrés au cours des dernières années en matière de stabilisation de la région, avec le soutien de la Monusco notamment, sont aujourd'hui menacés.

L'est de la RDC ne doit pas renouer avec son tragique passé. Au cours des deux dernières décennies, la zone a été la principale victime des conflits régionaux et de l'absence d'autorité étatique. Les activités d'armées étrangères et de groupes soutenus par des acteurs extérieurs y ont causé d'énormes souffrances. Nulle part ailleurs en Afrique, sans doute, la guerre n'a causé tant de désolation. Tout doit être fait pour restaurer la paix et la stabilité, et pour permettre un retour à une vie normale pour les populations.

À l'initiative de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, des efforts sont en cours en vue de trouver des solutions durables à la crise. Les Nations unies soutiennent ces efforts.

Dans la foulée, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU, a convoqué à New York ce 27 septembre, en marge de la session annuelle de l'Assemblée générale de l'organisation, un sommet de haut niveau réunissant les chefs d'État de la région ainsi que divers acteurs internationaux. L'objectif est de soutenir les efforts entrepris et d'obtenir une mobilisation internationale pour qu'une solution soit trouvée.

Il importe d'insister sur deux principes essentiels qui guident l'action de l'ONU : l'urgence de mettre fin aux intolérables souffrances que provoque cette crise et la nécessité de respecter la souveraineté de la RDC.

Hasard de l'Histoire, cette année marque le dixième anniversaire de l'Accord global et inclusif, relatif à la transition politique en RDC et signé au terme de négociations à l'échelle nationale et internationale. Cet accord fut aussi un moment fort, parce que tous les acteurs s'entendirent sur le fait que la solution ne pouvait être que politique.

Une décennie plus tard, l'est de la RDC et la région des Grands Lacs ont de nouveau besoin de l'engagement politique de tous. L'heure est à la mobilisation collective en vue de réaliser des progrès immédiats vers la paix, la stabilité et le développement économique. Pour les populations, c'est à la fois un besoin et un droit. Le pays peut, pour cela, déjà compter sur les soldats de la paix de l'ONU.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Canada : David Muipatayi alias ZPN, autoentrepreneur du hip-hop

Figure montante du hip-hop, ce jeune Congolais est installé dans la province canadienne de l'Ontario, où il produit ses propres disques. En attendant de percer à l'international.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

RDC : début de l'offensive de l'armée contre les FDLR dans l'Est

Attendue depuis fin janvier, l’opération de l’armée congolaise contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble s’amorcer ce mardi avec le[...]

RDC : la justice française se penche sur les mystères du meurtre d'opposants de Kabila en 2000

Le procès de trois hommes accusés de complicité dans l’assassinat, il y a 14 ans en France, de deux opposants congolais suspectés d’avoir voulu intenter un putsch contre[...]

RDC : la démission de Russ Feingold, une épine de moins dans le pied de Kabila

En fonction depuis juin 2013, Russ Feingold a démissionné samedi de son poste d’envoyé spécial des États-Unis dans la région des Grands Lacs. Une décision qui a sans doute[...]

RDC : l'affaire des opposants de Kabila tués en France resurgit au procès 14 ans après les faits

Plus de 14 ans après la découverte du corps de deux opposants congolais carbonisés dans une voiture près de Lyon, la justice française exhume une nébuleuse affaire qui mêle tentative[...]

Des hydroliennes envisagées sur le fleuve Congo pour développer l'agriculture

Sur les rives du Congo, des centaines de paysans produisent des fruits et légumes mais trop souvent, une partie pourrit sur place, faute de stockage réfrigéré. Pour stopper ce gâchis et[...]

RDC : démission de Russ Feingold, le cow-boy de Barack Obama dans la région des Grands Lacs

L’envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs et la RDC, Russ Feingold, va quitter son poste, qui l’a vu fortement s’impliquer dans les négociations entre les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2698p037.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2698p037.xml0 from 172.16.0.100