Extension Factory Builder
26/09/2012 à 15:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le diplomate Joseph Paré estime qu'il détient la copie des factures justificatives. Le diplomate Joseph Paré estime qu'il détient la copie des factures justificatives. © DR

Mis en cause pour sa gestion à l'époque où il était ministre, Joseph Paré, l'ambassadeur en poste à Paris, démissionnaire, est rentré à Ouaga pour s'expliquer.

C'est à la veille des vacances gouvernementales, à la fin de juillet, que l'Autorité supérieure de contrôle d'État (ASCE) a choisi de publier son rapport d'activités 2011, un document de 131 pages épinglant la gestion financière de diverses institutions.

Et pour Joseph Paré, ambassadeur du Burkina en France, les accusations sont sérieuses. On lui reproche une dépense non justifiée de 262 millions de francs CFA (400 000 euros) alors qu'il était ministre des Enseignements secondaire et supérieur, entre 2006 et 2011.

Deux semaines après la divulgation de ce rapport, qu'il découvre avec la presse, le diplomate décide de rentrer à Ouagadougou. Rappel en douceur ou choix délibéré ? Démentant la moindre pression, il doit pourtant se résoudre à une démission inévitable devant la persistance des faits reprochés. « À partir du moment où ma crédibilité a été mise en cause, il me devenait difficile de représenter mon pays. J'ai donc demandé à être libéré de mes fonctions afin de pouvoir tirer tout cela au clair », précise-t-il à J.A.

Le gouvernement va "traquer les fossoyeurs de l'économie" menace le Premier ministre

L'ambassadeur doit notamment s'expliquer sur des dépenses faites sur la base d'un « texte unilatéral, qui n'a pas été vérifié par les contresignataires légaux », explique-t-on à l'Inspection générale des finances, à Ouagadougou. L'intéressé assure pourtant avoir transmis le texte en question et détenir copie de plus de 800 pages de factures justificatives.

Sellette

Joseph Paré n'est pas le seul à faire l'objet de soupçons. Le 13 septembre, Luc Adolphe Tiao, le Premier ministre, a profité de la tribune d'une conférence de presse à l'ASCE pour avertir que son gouvernement était déterminé à « traquer les fossoyeurs de l'économie ».

À partir de cette date, l'autorité de contrôle avait dix jours pour communiquer à la primature la liste des personnes suspectées de gestion douteuse. Déjà, il se murmure à Ouagadougou qu'un autre ambassadeur est sur la sellette pour des faits de même nature.

« Toutes les personnes mises en cause doivent fournir un rapport qui sera examiné en Conseil des ministres courant octobre. J'y travaille », confie Paré. L'exécutif tranchera. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Le Mali bénéficie cette année d'un quota de 9 000 pèlerins. À la différence du Sénégal, 90 % d'entre eux sont encadrés par des organismes privé[...]

Burkina : dialogue de la dernière chance entre Blaise Compaoré et l'opposition

Le président Compaoré a initié un dialogue national entre la majorité et l'opposition censé trancher la question explosive d'un référendum sur la modification de la Constitution.[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers