Extension Factory Builder
26/09/2012 à 15:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le diplomate Joseph Paré estime qu'il détient la copie des factures justificatives. Le diplomate Joseph Paré estime qu'il détient la copie des factures justificatives. © DR

Mis en cause pour sa gestion à l'époque où il était ministre, Joseph Paré, l'ambassadeur en poste à Paris, démissionnaire, est rentré à Ouaga pour s'expliquer.

C'est à la veille des vacances gouvernementales, à la fin de juillet, que l'Autorité supérieure de contrôle d'État (ASCE) a choisi de publier son rapport d'activités 2011, un document de 131 pages épinglant la gestion financière de diverses institutions.

Et pour Joseph Paré, ambassadeur du Burkina en France, les accusations sont sérieuses. On lui reproche une dépense non justifiée de 262 millions de francs CFA (400 000 euros) alors qu'il était ministre des Enseignements secondaire et supérieur, entre 2006 et 2011.

Deux semaines après la divulgation de ce rapport, qu'il découvre avec la presse, le diplomate décide de rentrer à Ouagadougou. Rappel en douceur ou choix délibéré ? Démentant la moindre pression, il doit pourtant se résoudre à une démission inévitable devant la persistance des faits reprochés. « À partir du moment où ma crédibilité a été mise en cause, il me devenait difficile de représenter mon pays. J'ai donc demandé à être libéré de mes fonctions afin de pouvoir tirer tout cela au clair », précise-t-il à J.A.

Le gouvernement va "traquer les fossoyeurs de l'économie" menace le Premier ministre

L'ambassadeur doit notamment s'expliquer sur des dépenses faites sur la base d'un « texte unilatéral, qui n'a pas été vérifié par les contresignataires légaux », explique-t-on à l'Inspection générale des finances, à Ouagadougou. L'intéressé assure pourtant avoir transmis le texte en question et détenir copie de plus de 800 pages de factures justificatives.

Sellette

Joseph Paré n'est pas le seul à faire l'objet de soupçons. Le 13 septembre, Luc Adolphe Tiao, le Premier ministre, a profité de la tribune d'une conférence de presse à l'ASCE pour avertir que son gouvernement était déterminé à « traquer les fossoyeurs de l'économie ».

À partir de cette date, l'autorité de contrôle avait dix jours pour communiquer à la primature la liste des personnes suspectées de gestion douteuse. Déjà, il se murmure à Ouagadougou qu'un autre ambassadeur est sur la sellette pour des faits de même nature.

« Toutes les personnes mises en cause doivent fournir un rapport qui sera examiné en Conseil des ministres courant octobre. J'y travaille », confie Paré. L'exécutif tranchera. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers