Extension Factory Builder
21/09/2012 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Plusieurs milliers de femmes de l'opposition ont défilé dans les rues de Lomé, le 20 septembre. Plusieurs milliers de femmes de l'opposition ont défilé dans les rues de Lomé, le 20 septembre. © AFP

Vous le savez déjà : vers la fin du mois d'août, les nanas togolaises de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), membre du Collectif sauvons le Togo (CST), ont lancé une campagne de sept jours sans rapports sexuels avec leurs maris ou amants. Folles, ces Togolaises ? A priori non.

Elles ont pensé que des hommes ainsi sevrés n'hésiteraient pas à descendre massivement dans les rues pour manifester contre le régime de Faure Gnassingbé. C'est du moins le calcul d'Isabelle Améganvi, avocate et présidente de l'ANC, qui a affirmé que la grève du coït est « une arme redoutable ». On peut en déduire que la libido des mâles togolais est tellement débridée qu'une semaine sans câlins est synonyme d'atroces souffrances. Mais, aux dernières nouvelles, l'opération n'a pas récolté le succès escompté. La preuve : Faure Gnassingbé est toujours confortablement assis dans son fauteuil.

À mon humble avis, la campagne aurait pu réussir si certains préalables avaient été remplis. D'abord, concilier les intérêts de la « mère supérieure » (l'épouse légitime en argot kinois) avec ceux du premier, deuxième, troisième... je ne sais plus combientième « bureau » (la maîtresse). Imaginez-vous un seul instant un bureau éconduisant son amant au moment où il est au régime sec ? N'est-ce pas pour elle l'occasion de prendre de l'avance sur sa rivale ? Ensuite, il fallait convaincre les péripatéticiennes de bien se tenir et les dédommager, au préalable, pour l'énorme manque à gagner. Enfin, persuader toutes les midinettes en chaleur, toutes les élèves et étudiantes en quête de points, toutes les demandeuses d'emploi, toutes les secrétaires en mal de promotion et d'augmentation de ne pas se laisser enivrer par les phéromones. Il aurait fallu, je pense, un travail de longue haleine pour ce combat politique où les préoccupations des unes ne sont pas nécessairement celles des autres.

J'entends dire qu'une campagne de ce type avait marché au Liberia, en 2002, lorsque Leymah Gbowee, colauréate du prix Nobel de la paix l'année dernière, avait poussé Charles Taylor à associer les femmes aux pourparlers de paix. Qu'en 2008 une coalition d'ONG féminines kényanes avait réussi à contraindre le président Mwai Kibaki et le Premier ministre Raila Odinga, qui s'évitaient comme la peste, à se rencontrer et à dialoguer. Qu'en 2011, en Colombie, une grève du sexe longue de trois mois avait fini par pousser le gouvernement à accepter la construction d'une route destinée à désenclaver un petit village dénommé Santa María del Puerto de Toledo de las Barbacoas (!). Manifestement, ces dames s'étaient mieux organisées que leurs camarades togolaises. Elles étaient plus déterminées. Ce que femme veut, homme doit.

Dans la culture bantoue, le postérieur dénudé d'une femme montré en public porte malheur.

Les Togolaises ont réussi, malgré tout, un exploit : maudire les hommes comme le font les Bantoues. Pendant les manifestations, elles ont baissé leurs pantalons ou retroussé leurs pagnes, incliné le buste tout en tournant le dos aux hommes, avant de montrer leur postérieur. Dans la culture bantoue, le postérieur dénudé d'une femme montré en public porte malheur. Pour les cartésiens, c'est-à-dire ceux qu'on considère comme des disciples de Descartes alors qu'ils ne l'ont jamais lu, il n'est pas possible de croire à de telles inepties. Inepties ou pas, pareil geste n'est pas banal : c'est une arme redoutable pour ceux qui y croient.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Kofi Yamgnane : en France, "quand on est noir, la moindre erreur est impardonnable"

À l'occasion des municipales françaises, l'ancien maire et député franco-togolais Kofi Yamgnane a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique".[...]

Togo : Faure en pole position pour la présidentielle ?

Sur fond de nette amélioration des relations entre le Togo et la communauté internationale, le président Faure Gnassingbé prépare sereinement les prochaines échéances[...]

Photographie : Henri Cartier-Bresson dessillé par l'Afrique

Le célèbre dandy au Leica, mort en 2004, fait l'objet d'une grande rétrospective au Centre Pompidou. Exposé sous toutes ses facettes, Henri Cartier-Bresson reçut la[...]

Ecobank : la justice togolaise accorde un répit à Thierry Tanoh

Une réunion du conseil d'administration de la banque panafricaine Ecobank, qui devait avoir lieu mardi 24 février, a été annulée suite à une injonction d'un actionnaire[...]

Webdocumentaire : suivez le Togo à la lettre

Partez à la découverte du plus petit pays d'Afrique de l'Ouest, à bord du bus de la Poste, et découvrez ses habitants à travers les lettres qu'ils reçoivent.[...]

Retombées radioactives sans retombées médiatiques

Le vent des années 60 a transporté un nuage radioactif, après un essai nucléaire français en Algérie. Mais qui sème le vent ne récolte pas toujours la tempête.[...]

À Tottenham, la renaissance d'un buteur togolais nommé Adebayor

Frappé par le décès de son frère en juillet, écarté du groupe pro de Tottenham en septembre, Emmanuel Adebayor a repris des couleurs depuis le remplacement de l'entraîneur[...]

Ecobank : les adjoints de Tanoh demandent son départ

Selon Reuters, Albert Essien, numéro deux d'Ecobank, a demandé dans un email co-signé par trois autres dirigeants du groupe bancaire le départ de Thierry Tanoh. Les directeurs exécutifs ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers