Extension Factory Builder
21/09/2012 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Plusieurs milliers de femmes de l'opposition ont défilé dans les rues de Lomé, le 20 septembre. Plusieurs milliers de femmes de l'opposition ont défilé dans les rues de Lomé, le 20 septembre. © AFP

Vous le savez déjà : vers la fin du mois d'août, les nanas togolaises de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), membre du Collectif sauvons le Togo (CST), ont lancé une campagne de sept jours sans rapports sexuels avec leurs maris ou amants. Folles, ces Togolaises ? A priori non.

Elles ont pensé que des hommes ainsi sevrés n'hésiteraient pas à descendre massivement dans les rues pour manifester contre le régime de Faure Gnassingbé. C'est du moins le calcul d'Isabelle Améganvi, avocate et présidente de l'ANC, qui a affirmé que la grève du coït est « une arme redoutable ». On peut en déduire que la libido des mâles togolais est tellement débridée qu'une semaine sans câlins est synonyme d'atroces souffrances. Mais, aux dernières nouvelles, l'opération n'a pas récolté le succès escompté. La preuve : Faure Gnassingbé est toujours confortablement assis dans son fauteuil.

À mon humble avis, la campagne aurait pu réussir si certains préalables avaient été remplis. D'abord, concilier les intérêts de la « mère supérieure » (l'épouse légitime en argot kinois) avec ceux du premier, deuxième, troisième... je ne sais plus combientième « bureau » (la maîtresse). Imaginez-vous un seul instant un bureau éconduisant son amant au moment où il est au régime sec ? N'est-ce pas pour elle l'occasion de prendre de l'avance sur sa rivale ? Ensuite, il fallait convaincre les péripatéticiennes de bien se tenir et les dédommager, au préalable, pour l'énorme manque à gagner. Enfin, persuader toutes les midinettes en chaleur, toutes les élèves et étudiantes en quête de points, toutes les demandeuses d'emploi, toutes les secrétaires en mal de promotion et d'augmentation de ne pas se laisser enivrer par les phéromones. Il aurait fallu, je pense, un travail de longue haleine pour ce combat politique où les préoccupations des unes ne sont pas nécessairement celles des autres.

J'entends dire qu'une campagne de ce type avait marché au Liberia, en 2002, lorsque Leymah Gbowee, colauréate du prix Nobel de la paix l'année dernière, avait poussé Charles Taylor à associer les femmes aux pourparlers de paix. Qu'en 2008 une coalition d'ONG féminines kényanes avait réussi à contraindre le président Mwai Kibaki et le Premier ministre Raila Odinga, qui s'évitaient comme la peste, à se rencontrer et à dialoguer. Qu'en 2011, en Colombie, une grève du sexe longue de trois mois avait fini par pousser le gouvernement à accepter la construction d'une route destinée à désenclaver un petit village dénommé Santa María del Puerto de Toledo de las Barbacoas (!). Manifestement, ces dames s'étaient mieux organisées que leurs camarades togolaises. Elles étaient plus déterminées. Ce que femme veut, homme doit.

Dans la culture bantoue, le postérieur dénudé d'une femme montré en public porte malheur.

Les Togolaises ont réussi, malgré tout, un exploit : maudire les hommes comme le font les Bantoues. Pendant les manifestations, elles ont baissé leurs pantalons ou retroussé leurs pagnes, incliné le buste tout en tournant le dos aux hommes, avant de montrer leur postérieur. Dans la culture bantoue, le postérieur dénudé d'une femme montré en public porte malheur. Pour les cartésiens, c'est-à-dire ceux qu'on considère comme des disciples de Descartes alors qu'ils ne l'ont jamais lu, il n'est pas possible de croire à de telles inepties. Inepties ou pas, pareil geste n'est pas banal : c'est une arme redoutable pour ceux qui y croient.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5 m[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2697p146.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2697p146.xml0 from 172.16.0.100