Extension Factory Builder
20/09/2012 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julian Castro, devant la convention démocrate, le 4 septembre. Julian Castro, devant la convention démocrate, le 4 septembre. © Lynne Sladky/AP/SIPA

Le maire de San Antonio est l'une des étoiles montantes du Parti démocrate américain. À bien des égards, son parcours ressemble à celui de l'actuel président.

La comparaison est inévitable. Lorsque, début septembre, Julian Castro est descendu de la tribune après avoir électrisé la convention démocrate de Charlotte, tout le monde s'est souvenu d'un autre discours, prononcé dans une autre ville, lors d'une autre convention... C'était en 2004 à Boston. L'orateur était alors un jeune sénateur de l'Illinois nommé Barack Obama...

Entre l'actuel président américain et Julian Castro, maire de San Antonio, la septième ville des États-Unis, les points communs ne manquent pas. Ils ont l'un et l'autre été élevés par une mère célibataire, sont diplômés de Harvard et ont connu une ascension politique météorique. Plutôt rare en Amérique lorsqu'on est issu d'une minorité. Et le temps joue en leur faveur : Castro a 37 ans, Obama en avait 43 en 2004.

Le parcours de l'étoile montante du Parti démocrate est son meilleur argument électoral (comme pour Obama, encore). Petit-fils d'une immigrante mexicaine qui fut femme de ménage au Texas, il tient sa vocation politique de sa mère, Rosie, qui, dans sa jeunesse, milita à La Raza Unida (littéralement : « la race unie »), parti qui, dans les années 1970, défendait avec intransigeance les droits des Américains d'origine mexicaine. En 1971, à 23 ans, Rosie avait échoué à se faire élire au conseil municipal de San Antonio. Quarante ans plus tard, son fils en est le maire, et son autre fils, frère jumeau de Julian, siège à la Chambre des représentants du Texas. Une success-story que Castro résume en ces termes : « Le rêve américain n'est pas un sprint ou un marathon, mais une course de relais : chaque génération transmet à la suivante les fruits de son labeur. »

Le rêve américain n'est pas un marathon, mais une course de relais.

Il a bénéficié des politiques de discrimination positive pour entrer à l'université. Du coup, il partage aussi avec Obama la conception d'un État correcteur des inégalités. Récemment, il a décidé d'augmenter les impôts locaux afin de financer la scolarisation des enfants de moins de 4 ans issus des familles les plus pauvres. Et, comme Obama, il ne veut à aucun prix se laisser enfermer dans une image de politicien communautaire. Au contraire - même si, à Charlotte, il s'est fendu de quelques mots en espagnol, langue qu'il est loin de maîtriser parfaitement -, il s'efforce de transcender les clivages ethniques et politiques. En 2011, n'a-t-il pas été élu avec 82 % des voix à la tête d'une ville située au coeur du très républicain État du Texas ?

Alors que les Latinos devraient constituer à partir de 2050 le groupe ethnique le plus important aux États-Unis, Castro sera-t-il le premier président issu de cette communauté ? En dépit de son image peut-être un peu lisse, les spéculations en ce sens vont bon train. Mais il n'est pas le seul homme politique latino prometteur. Au Parti démocrate, la cote d'Antonio Villaraigosa, le maire de Los Angeles, lui aussi d'origine mexicaine, monte en flèche - surtout depuis la convention de Charlotte. Mais le Parti républicain, malgré des positions très fermes sur l'immigration qui risquent de lui aliéner durablement l'électorat latino, n'est pas en reste. Son grand espoir se nomme Marco Rubio, sénateur de Floride, qui est pour sa part d'origine cubaine. Il a eu l'honneur de parler en prime time lors de la convention républicaine de Tampa, fin août, et a même été un moment pressenti pour figurer sur le ticket républicain au côté de Mitt Romney. Alors, un choc Rubio-Castro pour la présidentielle de 2016 ou celle de 2020 ? Qui sait ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone 'Wattao' dans le viseur de l'ONU

Côte d'Ivoire : l'ex-comzone "Wattao" dans le viseur de l'ONU

Les experts des Nations unies sur la Côte d’Ivoire ont publié le 17 avril un nouveau rapport. Ils affirment que "les mesures et les restrictions imposées par le Conseil de sécurité de[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français Gilb[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

La justice sud-africaine enquête sur des cadeaux présumés de l'ANC aux électeurs

La médiatrice de la République sud-africaine a ouvert mardi des investigations préliminaires après différentes plaintes dénonçant des cadeaux de l'ANC, le parti au pouvoir, pour s[...]

Zimbabwe : Mugabe assure avoir réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars (environ 2 800 euros) en raison de la crise économique qui touche son pays.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À l'or[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les lé[...]

Ould Mansour : "Une candidature unique de l'opposition peut redonner espoir aux Mauritaniens"

Jemil Ould Mansour, le président du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, islamiste), plus connu sous le nom de Tawassoul, explique la position de l'opposition mauritanienne &agra[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces