Extension Factory Builder
20/09/2012 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julian Castro, devant la convention démocrate, le 4 septembre. Julian Castro, devant la convention démocrate, le 4 septembre. © Lynne Sladky/AP/SIPA

Le maire de San Antonio est l'une des étoiles montantes du Parti démocrate américain. À bien des égards, son parcours ressemble à celui de l'actuel président.

La comparaison est inévitable. Lorsque, début septembre, Julian Castro est descendu de la tribune après avoir électrisé la convention démocrate de Charlotte, tout le monde s'est souvenu d'un autre discours, prononcé dans une autre ville, lors d'une autre convention... C'était en 2004 à Boston. L'orateur était alors un jeune sénateur de l'Illinois nommé Barack Obama...

Entre l'actuel président américain et Julian Castro, maire de San Antonio, la septième ville des États-Unis, les points communs ne manquent pas. Ils ont l'un et l'autre été élevés par une mère célibataire, sont diplômés de Harvard et ont connu une ascension politique météorique. Plutôt rare en Amérique lorsqu'on est issu d'une minorité. Et le temps joue en leur faveur : Castro a 37 ans, Obama en avait 43 en 2004.

Le parcours de l'étoile montante du Parti démocrate est son meilleur argument électoral (comme pour Obama, encore). Petit-fils d'une immigrante mexicaine qui fut femme de ménage au Texas, il tient sa vocation politique de sa mère, Rosie, qui, dans sa jeunesse, milita à La Raza Unida (littéralement : « la race unie »), parti qui, dans les années 1970, défendait avec intransigeance les droits des Américains d'origine mexicaine. En 1971, à 23 ans, Rosie avait échoué à se faire élire au conseil municipal de San Antonio. Quarante ans plus tard, son fils en est le maire, et son autre fils, frère jumeau de Julian, siège à la Chambre des représentants du Texas. Une success-story que Castro résume en ces termes : « Le rêve américain n'est pas un sprint ou un marathon, mais une course de relais : chaque génération transmet à la suivante les fruits de son labeur. »

Le rêve américain n'est pas un marathon, mais une course de relais.

Il a bénéficié des politiques de discrimination positive pour entrer à l'université. Du coup, il partage aussi avec Obama la conception d'un État correcteur des inégalités. Récemment, il a décidé d'augmenter les impôts locaux afin de financer la scolarisation des enfants de moins de 4 ans issus des familles les plus pauvres. Et, comme Obama, il ne veut à aucun prix se laisser enfermer dans une image de politicien communautaire. Au contraire - même si, à Charlotte, il s'est fendu de quelques mots en espagnol, langue qu'il est loin de maîtriser parfaitement -, il s'efforce de transcender les clivages ethniques et politiques. En 2011, n'a-t-il pas été élu avec 82 % des voix à la tête d'une ville située au coeur du très républicain État du Texas ?

Alors que les Latinos devraient constituer à partir de 2050 le groupe ethnique le plus important aux États-Unis, Castro sera-t-il le premier président issu de cette communauté ? En dépit de son image peut-être un peu lisse, les spéculations en ce sens vont bon train. Mais il n'est pas le seul homme politique latino prometteur. Au Parti démocrate, la cote d'Antonio Villaraigosa, le maire de Los Angeles, lui aussi d'origine mexicaine, monte en flèche - surtout depuis la convention de Charlotte. Mais le Parti républicain, malgré des positions très fermes sur l'immigration qui risquent de lui aliéner durablement l'électorat latino, n'est pas en reste. Son grand espoir se nomme Marco Rubio, sénateur de Floride, qui est pour sa part d'origine cubaine. Il a eu l'honneur de parler en prime time lors de la convention républicaine de Tampa, fin août, et a même été un moment pressenti pour figurer sur le ticket républicain au côté de Mitt Romney. Alors, un choc Rubio-Castro pour la présidentielle de 2016 ou celle de 2020 ? Qui sait ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était. Cou[...]

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

Centrafrique : la Russie et la Chine bloquent les sanctions de l'ONU contre Bozizé

La Russie et la Chine refusent pour le moment que les Nations unies imposent des sanctions contre des dirigeants centrafricains, dont l'ancien président François Bozizé.[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces