Extension Factory Builder
20/09/2012 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julian Castro, devant la convention démocrate, le 4 septembre. Julian Castro, devant la convention démocrate, le 4 septembre. © Lynne Sladky/AP/SIPA

Le maire de San Antonio est l'une des étoiles montantes du Parti démocrate américain. À bien des égards, son parcours ressemble à celui de l'actuel président.

La comparaison est inévitable. Lorsque, début septembre, Julian Castro est descendu de la tribune après avoir électrisé la convention démocrate de Charlotte, tout le monde s'est souvenu d'un autre discours, prononcé dans une autre ville, lors d'une autre convention... C'était en 2004 à Boston. L'orateur était alors un jeune sénateur de l'Illinois nommé Barack Obama...

Entre l'actuel président américain et Julian Castro, maire de San Antonio, la septième ville des États-Unis, les points communs ne manquent pas. Ils ont l'un et l'autre été élevés par une mère célibataire, sont diplômés de Harvard et ont connu une ascension politique météorique. Plutôt rare en Amérique lorsqu'on est issu d'une minorité. Et le temps joue en leur faveur : Castro a 37 ans, Obama en avait 43 en 2004.

Le parcours de l'étoile montante du Parti démocrate est son meilleur argument électoral (comme pour Obama, encore). Petit-fils d'une immigrante mexicaine qui fut femme de ménage au Texas, il tient sa vocation politique de sa mère, Rosie, qui, dans sa jeunesse, milita à La Raza Unida (littéralement : « la race unie »), parti qui, dans les années 1970, défendait avec intransigeance les droits des Américains d'origine mexicaine. En 1971, à 23 ans, Rosie avait échoué à se faire élire au conseil municipal de San Antonio. Quarante ans plus tard, son fils en est le maire, et son autre fils, frère jumeau de Julian, siège à la Chambre des représentants du Texas. Une success-story que Castro résume en ces termes : « Le rêve américain n'est pas un sprint ou un marathon, mais une course de relais : chaque génération transmet à la suivante les fruits de son labeur. »

Le rêve américain n'est pas un marathon, mais une course de relais.

Il a bénéficié des politiques de discrimination positive pour entrer à l'université. Du coup, il partage aussi avec Obama la conception d'un État correcteur des inégalités. Récemment, il a décidé d'augmenter les impôts locaux afin de financer la scolarisation des enfants de moins de 4 ans issus des familles les plus pauvres. Et, comme Obama, il ne veut à aucun prix se laisser enfermer dans une image de politicien communautaire. Au contraire - même si, à Charlotte, il s'est fendu de quelques mots en espagnol, langue qu'il est loin de maîtriser parfaitement -, il s'efforce de transcender les clivages ethniques et politiques. En 2011, n'a-t-il pas été élu avec 82 % des voix à la tête d'une ville située au coeur du très républicain État du Texas ?

Alors que les Latinos devraient constituer à partir de 2050 le groupe ethnique le plus important aux États-Unis, Castro sera-t-il le premier président issu de cette communauté ? En dépit de son image peut-être un peu lisse, les spéculations en ce sens vont bon train. Mais il n'est pas le seul homme politique latino prometteur. Au Parti démocrate, la cote d'Antonio Villaraigosa, le maire de Los Angeles, lui aussi d'origine mexicaine, monte en flèche - surtout depuis la convention de Charlotte. Mais le Parti républicain, malgré des positions très fermes sur l'immigration qui risquent de lui aliéner durablement l'électorat latino, n'est pas en reste. Son grand espoir se nomme Marco Rubio, sénateur de Floride, qui est pour sa part d'origine cubaine. Il a eu l'honneur de parler en prime time lors de la convention républicaine de Tampa, fin août, et a même été un moment pressenti pour figurer sur le ticket républicain au côté de Mitt Romney. Alors, un choc Rubio-Castro pour la présidentielle de 2016 ou celle de 2020 ? Qui sait ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands [...]

Gabon : pourquoi le pouvoir et l'opposition ne s'entendront pas

Entre l'opposition et le pouvoir gabonais, depuis les violences de 2009, la situation n'avait jamais été aussi tendue. Alors qu'une manifestation a dégénéré samedi à Libreville, fai[...]

Minusma : Mongi Hamdi, bienvenue au Mali !

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace Bert Koenders à la tête de la Minusma. À Bamako, on est plutôt satisfait.[...]

France : arrestation au Burundi du frère de l'agresseur de policiers à Joué-lès-Tours

Les services de renseignement burundais ont annoncé lundi avoir arrêté à Bujumbura le frère de Bertrand "Bilal" Nzohabonayo, le français d'origine burundaise abattu samedi en Fr[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population rest[...]

Centrafrique : à Bambari, ex-rebelles de la Séléka et anti-balaka s'affrontent

De nouveaux affrontements entre anti-balaka et ex-rebelles de la Séléka, vendredi et samedi, ont fait au moins 20 morts.[...]

Burkina Faso : l'arbre généalogique de la famille Sankara

Ils s'appellent Mariam, Philippe, Auguste, Florence, Pascal, Valentin ou Odile... Tous font partie des proches de Thomas Sankara, assassiné en 1987 et dont on vient de fêter l'anniversaire de la naissance, le 21 d&eac[...]

Nigeria : Boko Haram frappe une gare routière dans le Nord-Est

Le bilan provisoire de l'explosion d'une bombe dans une gare routière de la ville de Gombe, dans le nord-est du Nigeria, fait état d'au moins 20 morts.[...]

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, Moncef Marzouki reconnaît sa défaite

Selon des résultats partiels officiels, Béji Caïd Essebsi remporte l'élection présidentielle tunisienne. Il devance le président sortant Moncef Marzouki avec 55,68 % des suffrages.[...]

Zimbabwe : Mugabe limoge sept membres du gouvernement proches de Joice Mujuru

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a annoncé par un communiqué dimanche qu'il se séparait de deux ministres et de cinq vice-ministres, poursuivant une purge entamée au début du m[...]

Présidentielle en Tunisie : un grand pas pour une démocratie en herbe

Manifestations de joie, déclarations politiques et commentaires se sont succédés toute la nuit en Tunisie, après le vote de dimanche pour le second tour de la présidentielle. Si les résu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers