Extension Factory Builder
23/09/2012 à 21:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Yadh Ben Achour, éminent juriste tunisien. Yadh Ben Achour, éminent juriste tunisien. © Aude Osnowycz pour J.A.

Le juriste tunisien Yadh Ben Achour s'exprime sur le rapport compliqué entre religieux et laïques. L'ex-opposant à Ben Ali et ancien président de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (dissoute), estime que la démocratie est le seul système capable de faire respecter la liberté à laquelle chacun a droit.

Jeune Afrique : Religieux et laïques n'ont-ils pas une conception divergente de la notion de liberté ?

Yadh Ben Achour : Oui, tout à fait. Pour un parti religieux, la liberté ne s'exprime que dans le respect du sacré : vous êtes libres, mais ne remettez pas en question les dogmes et les valeurs religieuses. Le démocrate renverse le raisonnement : c'est le sacré qui doit respecter la liberté. Personnellement, j'estime que ma liberté s'exerce tant qu'elle ne porte pas atteinte à celle des autres et à l'ordre public. Pour le religieux, on est libre si l'on respecte Dieu et les Écritures. Il y a un renversement total de perspective.

Comment concilier ces deux conceptions ?

Elles sont inconciliables sur le plan épistémologique. Mais c'est la beauté de la démocratie que d'obliger des gens qui se haïssent à se supporter. Le régime démocratique dit non pas « aimez-vous les uns les autres », ce qui est impossible, mais « supportez-vous les uns les autres » : c'est le seul système qui permette de concilier l'inconciliable.

Une seconde révolution aura-t-elle lieu ?

Je ne crois pas. Peut-être une flambée de violence. La Révolution française a commencé à germer avec la IIIe République, j'espère que ce ne sera pas le cas de la nôtre. Mais, comme la France, nous avons vécu une vraie révolution, conductrice de l'Histoire et qui va orienter notre avenir sur le très long terme. Même si elle échoue dans l'immédiat, et pour moi le risque est très grand, elle est inscrite à jamais dans notre conscience collective. 

________

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex