Extension Factory Builder
23/09/2012 à 21:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Yadh Ben Achour, éminent juriste tunisien. Yadh Ben Achour, éminent juriste tunisien. © Aude Osnowycz pour J.A.

Le juriste tunisien Yadh Ben Achour s'exprime sur le rapport compliqué entre religieux et laïques. L'ex-opposant à Ben Ali et ancien président de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (dissoute), estime que la démocratie est le seul système capable de faire respecter la liberté à laquelle chacun a droit.

Jeune Afrique : Religieux et laïques n'ont-ils pas une conception divergente de la notion de liberté ?

Yadh Ben Achour : Oui, tout à fait. Pour un parti religieux, la liberté ne s'exprime que dans le respect du sacré : vous êtes libres, mais ne remettez pas en question les dogmes et les valeurs religieuses. Le démocrate renverse le raisonnement : c'est le sacré qui doit respecter la liberté. Personnellement, j'estime que ma liberté s'exerce tant qu'elle ne porte pas atteinte à celle des autres et à l'ordre public. Pour le religieux, on est libre si l'on respecte Dieu et les Écritures. Il y a un renversement total de perspective.

Comment concilier ces deux conceptions ?

Elles sont inconciliables sur le plan épistémologique. Mais c'est la beauté de la démocratie que d'obliger des gens qui se haïssent à se supporter. Le régime démocratique dit non pas « aimez-vous les uns les autres », ce qui est impossible, mais « supportez-vous les uns les autres » : c'est le seul système qui permette de concilier l'inconciliable.

Une seconde révolution aura-t-elle lieu ?

Je ne crois pas. Peut-être une flambée de violence. La Révolution française a commencé à germer avec la IIIe République, j'espère que ce ne sera pas le cas de la nôtre. Mais, comme la France, nous avons vécu une vraie révolution, conductrice de l'Histoire et qui va orienter notre avenir sur le très long terme. Même si elle échoue dans l'immédiat, et pour moi le risque est très grand, elle est inscrite à jamais dans notre conscience collective. 

________

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2697p046-049.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2697p046-049.xml2 from 172.16.0.100