Extension Factory Builder
23/09/2012 à 21:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Yadh Ben Achour, éminent juriste tunisien. Yadh Ben Achour, éminent juriste tunisien. © Aude Osnowycz pour J.A.

Le juriste tunisien Yadh Ben Achour s'exprime sur le rapport compliqué entre religieux et laïques. L'ex-opposant à Ben Ali et ancien président de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (dissoute), estime que la démocratie est le seul système capable de faire respecter la liberté à laquelle chacun a droit.

Jeune Afrique : Religieux et laïques n'ont-ils pas une conception divergente de la notion de liberté ?

Yadh Ben Achour : Oui, tout à fait. Pour un parti religieux, la liberté ne s'exprime que dans le respect du sacré : vous êtes libres, mais ne remettez pas en question les dogmes et les valeurs religieuses. Le démocrate renverse le raisonnement : c'est le sacré qui doit respecter la liberté. Personnellement, j'estime que ma liberté s'exerce tant qu'elle ne porte pas atteinte à celle des autres et à l'ordre public. Pour le religieux, on est libre si l'on respecte Dieu et les Écritures. Il y a un renversement total de perspective.

Comment concilier ces deux conceptions ?

Elles sont inconciliables sur le plan épistémologique. Mais c'est la beauté de la démocratie que d'obliger des gens qui se haïssent à se supporter. Le régime démocratique dit non pas « aimez-vous les uns les autres », ce qui est impossible, mais « supportez-vous les uns les autres » : c'est le seul système qui permette de concilier l'inconciliable.

Une seconde révolution aura-t-elle lieu ?

Je ne crois pas. Peut-être une flambée de violence. La Révolution française a commencé à germer avec la IIIe République, j'espère que ce ne sera pas le cas de la nôtre. Mais, comme la France, nous avons vécu une vraie révolution, conductrice de l'Histoire et qui va orienter notre avenir sur le très long terme. Même si elle échoue dans l'immédiat, et pour moi le risque est très grand, elle est inscrite à jamais dans notre conscience collective. 

________

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisiens noirs et mauvais oeil

Maha Abdelhamid est militante tunisienne, cofondatrice de l'Association de défense des droits des Noirs.[...]

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Lors de sa visite en Tunisie, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, l'émir du Qatar ne s'est pas encombré du protocole.[...]

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Les familles des martyrs de la révolution se mobilisent mercredi dans la capitale tunisienne. Objectif : protester contre la sentence rendue en appel, le 11 avril, par le tribunal militaire de Tunis contre[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers