Extension Factory Builder
27/09/2012 à 00:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour les mormons, l'Afrique est une 'nouvelle et grande frontière'. Pour les mormons, l'Afrique est une "nouvelle et grande frontière". © Dessin de Glez/J.A.

L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours - entendez les mormons - est aux portes de la Maison Blanche avec Mitt Romney... Et elle entend bien prospérer en Afrique, où elle compte déjà 360 000 adeptes.

La présence d'un mormon, Mitt Romney, dans les hautes sphères de Washington ne surprend plus guère. Celle, massive, des saints des derniers jours en RDC, loin de leur berceau américain, est en revanche plus étonnante. C'est pourtant à Kinshasa que leur premier temple en Afrique francophone devrait bientôt s'élever s'il obtient le feu vert des autorités.

La RD Congo, avec 30 000 mormons recensés, n'a rien d'une exception. La Côte d'Ivoire revendique 16 000 adeptes, le Ghana 49 000 et l'Afrique du Sud plus de 57 000. En visite à Accra en février dernier, Jeffrey Holland, membre du Collège des douze apôtres (le « gouvernement » mormon), qualifiait même l'Afrique de « nouvelle et grande frontière ».

360 000 adeptes sur le continent

Pas de discrimination. Enfin...

L'Église mormone a longtemps refusé d'ordonner des Noirs, considérés comme les descendants maudits de Caïn. Si son fondateur, l'antiesclavagiste Joseph Smith, ne pratiquait pas de discrimination, la doctrine est modifiée dès sa mort, en 1844. Ce n'est qu'en 1978 que, sous la pression d'organisations de droits civiques, Spencer Kimball, président de l'Église, publie une déclaration selon laquelle tous les membres masculins peuvent être ordonnés, quelle que soit la couleur de leur peau. Une ouverture qui a cependant ses limites. Si une centaine de fidèles ont participé à la Gay Pride de Salt Lake City en 2012, l'Église mormone, au nom des valeurs traditionnelles et familiales, considère toujours l'homosexualité comme une transgression de la loi divine. M.O.

En 2009, bien décidée à s'implanter sur le continent, l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours a promu au rang de soixante-dix (l'équivalent d'un secrétaire d'État dans la hiérarchie mormone) le Kényan Joseph Sitati, premier Africain à occuper ce poste. « Les mormons commencent à avoir des cadres africains capables de prendre des responsabilités et, chose importante dans l'implantation d'un groupe religieux, ceux-ci commencent à avoir des enfants élevés dans la religion mormone », explique Carter Charles, auteur de nombreux articles sur l'expansion du mormonisme.

Forte de 21 missions sur le continent, l'Église y revendique 360 000 adeptes, soit 100 000 de plus qu'en 2007, pour 14 millions dans le monde, dont 6 millions aux États-Unis. Et pour cause : plus de 50 000 missionnaires parcourent en permanence la planète. En binôme, cravate au cou, les jeunes filles donnent au prosélytisme un an et demi de leur vie et les garçons deux ans.

Cette « armée » ne manque pas de ressources. Outre le Fonds perpétuel d'éducation, qui finance des milliers de prêts étudiants y compris en Afrique, des familles américaines mormones peuvent faire le choix du parrainage. C'est grâce à ce système que Niankoro Samaké a fréquenté en 2000 la Brigham Young University, l'université privée mormone, l'un des établissements les plus cotés des États-Unis. Avant d'être élu en 2009 maire de la ville de Ouélessébougou, au Mali, et de se porter candidat à la présidentielle - qui n'aura finalement pas lieu - en 2012.

Formation

Les millions de dollars abreuvent également, depuis le siège de Salt Lake City, des ONG installées dans plus de 150 pays. Non sans attirer la critique. Sabine Trannin, qui a étudié le fonctionnement de ces organisations au Cambodge, estime que « presque la moitié de leur temps est consacrée à la formation des prêcheurs locaux ». Philippe Ryfman, chercheur à l'université de la Sorbonne, à Paris, et membre du comité de rédaction de la revue Humanitaire, se veut plus nuancé. « Les ONG mormones sont relativement prudentes, explique-t-il, il n'est pas dans leur programme de faire du prosélytisme. Ils ont des missionnaires pour ça, et cela les desservirait aux yeux de leurs partenaires. Mais ils ne dissuadent pas non plus leurs travailleurs de répandre la bonne parole, le soir, en prenant un verre... » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

RDC - Congo : Birori ou Etekiama ? Un footballeur rwandais soupçonné de double identité

Le Congo a posé une réclamation auprès de la CAF après sa victoire face au Rwanda (2-0, le 20 juillet) à propos du Rwandais Dady Birori. Lequel possèderait une autre identité en R[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que l[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Michelle Obama : "Le sang de l'Afrique coule dans mes veines"

La First Lady américaine Michelle Obama a fièrement rappelé mercredi ses "racines africaines" dans un discours devant les futurs leaders du continent, réunis dans le cadre d'une bourse d'&eacu[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

Gaza : "La guerre de vingt jours"

Nous avons senti, en juin dernier, que le Hamas, qui règne sur Gaza depuis 2007, et l'Israël de Benyamin Netanyahou - premier ministre depuis mars 2009 -, voulaient en découdre. Les décl[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire nig&eacut[...]

Sommet États-Unis-Afrique : guest-stars et liste noire

À quelques jours du sommet, les délégations du sommet États-Unis-Afrique, qui se tient à Washington du 4 au 6 août, peaufinent leurs dossiers. Surtout celles des invités de derni[...]

Gaza : Égypte, Qatar, Iran, Turquie... un trafic d'influence meurtrier

Qui tire les ficelles du théâtre de la guerre ? Ultranationalistes israéliens, islamistes palestiniens, mais aussi Égypte, Qatar, Iran et même Turquie... Autant d'acteurs qui poussent leurs[...]

France : Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l'histoire de l'immigration

L'historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora a été nommé vendredi par le Premier ministre français Manuel Valls à la tête de la Cité nationale de l'histoire de l'immigrat[...]

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers