Extension Factory Builder
21/09/2012 à 16:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. © SIPA

Alors qu'elle s'apprête à quitter le département d'État, Hillary Clinton a lancé un dialogue stratégique avec Rabat, dont elle a loué les réformes et l'approche dans le dossier du Sahara.

Le 13 septembre, à l'ouverture de la première session du dialogue stratégique Maroc - États-Unis, dans la capitale américaine, Hillary Clinton n'a pas tari d'éloges sur cette « relation bilatérale privilégiée », inédite entre Washington et un pays arabe. « Pour nous, le Maroc est un pays leader et un modèle. Le mérite en revient à Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Lors de ma visite à Rabat, il y a quelques mois, j'ai dit à mon équipe que nous devions entamer un partenariat stratégique », a poursuivi la secrétaire d'État américaine, qui souhaite établir une coopération plus étroite dans les domaines politique, sécuritaire, économique et culturel.

À Rabat, on se réjouit de ce soutien au processus de réformes et on insiste sur l'implication personnelle de Mohammed VI. « Saadeddine El Othmani, le ministre des Affaires étrangères, a fait un bon travail d'accompagnement, mais c'est le roi qui a mené tous les échanges », relève une source proche du Palais. Car s'il existe un domaine réservé de la monarchie, la diplomatie en fait toujours partie.

À Washington, les amis du Maroc aiment rappeler que ce pays fut le premier à reconnaître l'indépendance des États-Unis en 1777. Des relations scellées par un traité dès 1787 et qui se sont renforcées au XXe siècle. Résolument atlantiste durant les années de guerre froide, le Maroc est toujours considéré comme un « allié majeur hors Otan » - soit le plus haut degré de coopération militaire liant un État non membre à l'organisation.

Quiproquo

Rabat a signé avec Washington un accord de libre-échange en 2004, à l'époque où George W. Bush prenait acte de l'échec du round de négociations de Doha sur le commerce international. Depuis 2007, le pays est aussi l'un des bénéficiaires du Millennium Challenge Account, qui a permis de financer 700 millions de dollars de projets de développement.

Pour Hillary Clinton, qui a noué une relation personnelle avec le Maroc et avec Mohammed VI du temps de la présidence de son mari, ce dialogue stratégique fait figure de testament. Elle a en effet déjà annoncé qu'elle ne serait plus à la tête de la diplomatie américaine, même en cas de victoire de Barack Obama en novembre.

Surtout, Hillary sanctuarise le soutien américain à Rabat sur le Sahara. Elle a ainsi rappelé que le plan marocain d'autonomie constitue une proposition « sérieuse, réaliste et crédible ». Un appui de poids à la diplomatie chérifienne après le quiproquo qui a assombri la mission de l'Américain Christopher Ross : désavoué par le Maroc mais soutenu à Washington, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon pour le Sahara a été finalement maintenu dans ses fonctions par le secrétaire général de l'ONU.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

La progression d'Ebola n'en finit plus d'affoler à travers le monde. Jeudi, une conférence s'est ouverte à Londres afin d'appeler la communauté internationale à accroître son aide financi[...]

Guinée forestière - Ebola : militaire, vraiment, l'hôpital de Hollande ?

L'hôpital militaire français, géré par la Croix-Rouge, qui va être mis en place en Guinée forrestière accueillera-t-il vraiment des militaires ?[...]

Les sons de la semaine #16 : MR Bongo, The Afrorockerz, Faada Freddy, Cheb Hasni...

Bienvenu dans notre d'horizon hebdomadaire des musiques noires ![...]

Ebola au Texas : plusieurs personnes infectées par le patient libérien ?

Aux États-Unis, deux jours après l'identification d'un patient infecté par le virus Ebola, les autorités texanes recherchent toutes les personnes qui auraient pu être contaminées à[...]

France - Edwy Plenel : "La banalisation de la xénophobie n'a pas d'étiquette politique"

Le journaliste et fondateur de "Médiapart", Edwy Plenel, vient de publier un manifeste intitulé "Pour les musulmans". Nous l'avons rencontré.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Trois étudiants africains ont été violemment pris à partie, dimanche 28 septembre, par une foule d’Indiens dans le métro de New Delhi. La scène, filmée par des passants, a[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Ebola : un premier cas d'infection diagnostiqué aux États-Unis

Un homme, dont l'identité n'a pas été précisée mais ayant effectué un voyage au Liberia, a été hospitalisé au Texas (sud des États-Unis). Plusieurs[...]

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers