Extension Factory Builder
21/09/2012 à 16:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. © SIPA

Alors qu'elle s'apprête à quitter le département d'État, Hillary Clinton a lancé un dialogue stratégique avec Rabat, dont elle a loué les réformes et l'approche dans le dossier du Sahara.

Le 13 septembre, à l'ouverture de la première session du dialogue stratégique Maroc - États-Unis, dans la capitale américaine, Hillary Clinton n'a pas tari d'éloges sur cette « relation bilatérale privilégiée », inédite entre Washington et un pays arabe. « Pour nous, le Maroc est un pays leader et un modèle. Le mérite en revient à Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Lors de ma visite à Rabat, il y a quelques mois, j'ai dit à mon équipe que nous devions entamer un partenariat stratégique », a poursuivi la secrétaire d'État américaine, qui souhaite établir une coopération plus étroite dans les domaines politique, sécuritaire, économique et culturel.

À Rabat, on se réjouit de ce soutien au processus de réformes et on insiste sur l'implication personnelle de Mohammed VI. « Saadeddine El Othmani, le ministre des Affaires étrangères, a fait un bon travail d'accompagnement, mais c'est le roi qui a mené tous les échanges », relève une source proche du Palais. Car s'il existe un domaine réservé de la monarchie, la diplomatie en fait toujours partie.

À Washington, les amis du Maroc aiment rappeler que ce pays fut le premier à reconnaître l'indépendance des États-Unis en 1777. Des relations scellées par un traité dès 1787 et qui se sont renforcées au XXe siècle. Résolument atlantiste durant les années de guerre froide, le Maroc est toujours considéré comme un « allié majeur hors Otan » - soit le plus haut degré de coopération militaire liant un État non membre à l'organisation.

Quiproquo

Rabat a signé avec Washington un accord de libre-échange en 2004, à l'époque où George W. Bush prenait acte de l'échec du round de négociations de Doha sur le commerce international. Depuis 2007, le pays est aussi l'un des bénéficiaires du Millennium Challenge Account, qui a permis de financer 700 millions de dollars de projets de développement.

Pour Hillary Clinton, qui a noué une relation personnelle avec le Maroc et avec Mohammed VI du temps de la présidence de son mari, ce dialogue stratégique fait figure de testament. Elle a en effet déjà annoncé qu'elle ne serait plus à la tête de la diplomatie américaine, même en cas de victoire de Barack Obama en novembre.

Surtout, Hillary sanctuarise le soutien américain à Rabat sur le Sahara. Elle a ainsi rappelé que le plan marocain d'autonomie constitue une proposition « sérieuse, réaliste et crédible ». Un appui de poids à la diplomatie chérifienne après le quiproquo qui a assombri la mission de l'Américain Christopher Ross : désavoué par le Maroc mais soutenu à Washington, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon pour le Sahara a été finalement maintenu dans ses fonctions par le secrétaire général de l'ONU.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2697p016.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2697p016.xml0 from 172.16.0.100