Extension Factory Builder
21/09/2012 à 16:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. © SIPA

Alors qu'elle s'apprête à quitter le département d'État, Hillary Clinton a lancé un dialogue stratégique avec Rabat, dont elle a loué les réformes et l'approche dans le dossier du Sahara.

Le 13 septembre, à l'ouverture de la première session du dialogue stratégique Maroc - États-Unis, dans la capitale américaine, Hillary Clinton n'a pas tari d'éloges sur cette « relation bilatérale privilégiée », inédite entre Washington et un pays arabe. « Pour nous, le Maroc est un pays leader et un modèle. Le mérite en revient à Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Lors de ma visite à Rabat, il y a quelques mois, j'ai dit à mon équipe que nous devions entamer un partenariat stratégique », a poursuivi la secrétaire d'État américaine, qui souhaite établir une coopération plus étroite dans les domaines politique, sécuritaire, économique et culturel.

À Rabat, on se réjouit de ce soutien au processus de réformes et on insiste sur l'implication personnelle de Mohammed VI. « Saadeddine El Othmani, le ministre des Affaires étrangères, a fait un bon travail d'accompagnement, mais c'est le roi qui a mené tous les échanges », relève une source proche du Palais. Car s'il existe un domaine réservé de la monarchie, la diplomatie en fait toujours partie.

À Washington, les amis du Maroc aiment rappeler que ce pays fut le premier à reconnaître l'indépendance des États-Unis en 1777. Des relations scellées par un traité dès 1787 et qui se sont renforcées au XXe siècle. Résolument atlantiste durant les années de guerre froide, le Maroc est toujours considéré comme un « allié majeur hors Otan » - soit le plus haut degré de coopération militaire liant un État non membre à l'organisation.

Quiproquo

Rabat a signé avec Washington un accord de libre-échange en 2004, à l'époque où George W. Bush prenait acte de l'échec du round de négociations de Doha sur le commerce international. Depuis 2007, le pays est aussi l'un des bénéficiaires du Millennium Challenge Account, qui a permis de financer 700 millions de dollars de projets de développement.

Pour Hillary Clinton, qui a noué une relation personnelle avec le Maroc et avec Mohammed VI du temps de la présidence de son mari, ce dialogue stratégique fait figure de testament. Elle a en effet déjà annoncé qu'elle ne serait plus à la tête de la diplomatie américaine, même en cas de victoire de Barack Obama en novembre.

Surtout, Hillary sanctuarise le soutien américain à Rabat sur le Sahara. Elle a ainsi rappelé que le plan marocain d'autonomie constitue une proposition « sérieuse, réaliste et crédible ». Un appui de poids à la diplomatie chérifienne après le quiproquo qui a assombri la mission de l'Américain Christopher Ross : désavoué par le Maroc mais soutenu à Washington, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon pour le Sahara a été finalement maintenu dans ses fonctions par le secrétaire général de l'ONU.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de [...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2697p016.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2697p016.xml0 from 172.16.0.100