Extension Factory Builder
21/09/2012 à 16:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. S. El Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue américaine. © SIPA

Alors qu'elle s'apprête à quitter le département d'État, Hillary Clinton a lancé un dialogue stratégique avec Rabat, dont elle a loué les réformes et l'approche dans le dossier du Sahara.

Le 13 septembre, à l'ouverture de la première session du dialogue stratégique Maroc - États-Unis, dans la capitale américaine, Hillary Clinton n'a pas tari d'éloges sur cette « relation bilatérale privilégiée », inédite entre Washington et un pays arabe. « Pour nous, le Maroc est un pays leader et un modèle. Le mérite en revient à Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Lors de ma visite à Rabat, il y a quelques mois, j'ai dit à mon équipe que nous devions entamer un partenariat stratégique », a poursuivi la secrétaire d'État américaine, qui souhaite établir une coopération plus étroite dans les domaines politique, sécuritaire, économique et culturel.

À Rabat, on se réjouit de ce soutien au processus de réformes et on insiste sur l'implication personnelle de Mohammed VI. « Saadeddine El Othmani, le ministre des Affaires étrangères, a fait un bon travail d'accompagnement, mais c'est le roi qui a mené tous les échanges », relève une source proche du Palais. Car s'il existe un domaine réservé de la monarchie, la diplomatie en fait toujours partie.

À Washington, les amis du Maroc aiment rappeler que ce pays fut le premier à reconnaître l'indépendance des États-Unis en 1777. Des relations scellées par un traité dès 1787 et qui se sont renforcées au XXe siècle. Résolument atlantiste durant les années de guerre froide, le Maroc est toujours considéré comme un « allié majeur hors Otan » - soit le plus haut degré de coopération militaire liant un État non membre à l'organisation.

Quiproquo

Rabat a signé avec Washington un accord de libre-échange en 2004, à l'époque où George W. Bush prenait acte de l'échec du round de négociations de Doha sur le commerce international. Depuis 2007, le pays est aussi l'un des bénéficiaires du Millennium Challenge Account, qui a permis de financer 700 millions de dollars de projets de développement.

Pour Hillary Clinton, qui a noué une relation personnelle avec le Maroc et avec Mohammed VI du temps de la présidence de son mari, ce dialogue stratégique fait figure de testament. Elle a en effet déjà annoncé qu'elle ne serait plus à la tête de la diplomatie américaine, même en cas de victoire de Barack Obama en novembre.

Surtout, Hillary sanctuarise le soutien américain à Rabat sur le Sahara. Elle a ainsi rappelé que le plan marocain d'autonomie constitue une proposition « sérieuse, réaliste et crédible ». Un appui de poids à la diplomatie chérifienne après le quiproquo qui a assombri la mission de l'Américain Christopher Ross : désavoué par le Maroc mais soutenu à Washington, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon pour le Sahara a été finalement maintenu dans ses fonctions par le secrétaire général de l'ONU.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Ebola : le Royaume-Uni et la Chine craignent la propagation du virus

Ebola : le Royaume-Uni et la Chine craignent la propagation du virus

Tandis que l’épidémie d’Ebola continue de s’étendre en Afrique de l’Ouest, Médecins sans frontières (MSF) a déclaré mercredi le virus “hors de control[...]

Ramadan 2014 : plus de 215 millions de Tweets échangés dans le monde !

D'année en année, le ramadan prend de plus en plus d'ampleur sur les réseaux sociaux : 215 millions de Tweets en 2014 contre 74 millions en 2013. Et aucun pays n'est épargné.[...]

États-Unis : expulsez ces enfants migrants que je ne saurais voir

Fuyant les gangs qui sévissent chez eux, des milliers de mineurs d'Amérique centrale franchissent chaque jour le Rio Grande. L'occasion pour les républicains de fustiger la politique migratoire[...]

Racisme : Richard Trinquier, un maire en guerre contre les femmes voilées

Richard Trinquier, élu UMP de l'Essonne, n'aime pas trop les musulmans. Son dernier fait d'armes : l'interdiction d'une base de loisirs à deux femmes voilées, début juillet. Un geste qui devrait lui[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers