Extension Factory Builder
20/09/2012 à 15:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Image d'une morceau de roche qui va être analyser par le robot. Image d'une morceau de roche qui va être analyser par le robot. © Nasa

Après l'euphorie des premiers jours, la mission sur Mars du robot Curiosity suscite les critiques aux État-Unis. Certains s'interrogent même sur le bien-fondé de la mission.

Au cours des premières semaines qui ont suivi son arrivée sur Mars, le 6 août, le robot Curiosity a suscité un grand intérêt. La qualité des images transmises et la communication bien rodée de la Nasa n'ont pas laissé aux esprits chagrins le temps de se manifester. Mais l'immobilisation, pendant quelques jours, de la petite merveille technologique - le temps qu'elle teste ses appareils - leur a donné l'occasion d'exprimer leurs doutes sur l'intérêt de cette mission dont le coût s'élève à 2,5 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros).

Mauvaises langues ?

L'utilisation de Curiosity pour diffuser sur Mars Reach for the Stars, la dernière chanson de Will.i.am, le leader des Black Eyed Peas, a soulevé quelques interrogations sur le bien-fondé de l'opération. « Une telle somme pour lancer un disque, que d'énergie gâchée ! » a-t-on pu lire dans certaines publications américaines, pour lesquelles les Martiens méritaient mieux. Mais la critique la plus percutante est venue, le 9 septembre, de la très sérieuse revue Nature Geoscience, dans laquelle une étude explique clairement que l'argile visible à la surface de Mars a pu se former sans intervention d'eau liquide. Or c'est justement la présence de celle-ci qui avait décidé les États-Unis à entreprendre cette coûteuse mission. Détail d'autant plus ennuyeux que le périple du robot le conduira dans des zones argileuses. De quoi aiguiser encore les mauvaises langues.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers