Extension Factory Builder
19/09/2012 à 16:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ex-golden boy Kwedu Abodoli encourt dix ans de prison. L'ex-golden boy Kwedu Abodoli encourt dix ans de prison. © Lucy Youn/Rex Featur/Sipa

Kwedu Adoboli, jeune trader d'origine ghanéenne, a commis l'une des plus grosses fraudes financières du Royaume-Uni. Son procès vient de commencer.

Son procès, qui a débuté le 10 septembre, sera celui de la plus grosse fraude financière de l'histoire du Royaume-Uni. Kweku Adoboli, 32 ans, ex-trader, est accusé d'avoir fait perdre 2,3 milliards de dollars (environ 1,8 milliard d'euros) à UBS, son ancien employeur.

À l'instar du Français Jérôme Kerviel, dont les opérations aventureuses ont coûté 4,9 milliards d'euros à la Société générale en 2008, Adoboli est le symbole d'un monde de la finance devenu incontrôlable.

Libéré en juin après avoir passé neuf mois en prison, il vit à présent avec un bracelet électronique. C'est à pied, escorté de deux avocats, que le « trader voyou » est arrivé au tribunal de la cour criminelle de Southwark, à Londres. Inculpé pour abus de position et fraudes comptables, il risque dix ans de prison.

Sommes faramineuses

Kweku Adoboli est né en 1980 à Accra. Fils d'un diplomate des Nations unies aujourd'hui à la retraite, il est âgé de 11 ans lorsqu'il arrive au Royaume-Uni. Diplômé en informatique de l'université de Nottingham (Angleterre), il devient trader au sein de la banque suisse UBS en 2006. Son rôle : acheter et vendre des produits financiers complexes. Le golden boy manipule des sommes faramineuses, parfois illégalement. La veille de son arrestation, ses positions non autorisées atteignaient 10 milliards de dollars. En découvrant ces opérations et les pertes qui y sont liées, UBS alerte l'Autorité des services financiers. Le 15 septembre 2011, en pleine nuit, Adoboli est arrêté dans son bureau par la police londonienne. L'action de la banque plonge de 10 %, et Oswald Grübel, son directeur général, est contraint de démissionner dix jours plus tard.

Depuis, UBS - qui n'est pas accusé - assure ses arrières. Quelques jours avant le procès, son nouveau patron, Sergio Ermotti, a publié un mémo affirmant que le groupe avait amélioré ses systèmes de contrôle.

Adoboli, lui, a décidé de plaider non coupable. La stratégie de ses avocats est simple : démontrer que ses supérieurs hiérarchiques étaient bel et bien au courant de ses actes. Ils ont jusqu'au 16 novembre pour tenter de convaincre le jury. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Comores : issue incertaine pour le second tour des législatives

Le second tour des législatives aux Comores verra s'affronter dans un face-à-face à l'issue incertaine, le parti du président Ikililou Dhoinine à celui de son prédécesseur, Ahm[...]

Terrorisme : qui sont les groupes jihadistes attirés par l'État islamique en Afrique ?

Alors que 30 personnes, en majorité des militaires, sont mortes aujourd'hui dans des attaques de la branche égyptienne de l'État islamique (EI) dans le Sinaï, tour d'horizon des groupes jihadsites attir&e[...]

Coris Bank s'installe au Togo

 Coris Bank International, le deuxième groupe bancaire burkinabè, va lancera début février sa filiale togolaise, a appris "Jeune Afrique".[...]

Musique : Elba chante Madiba

Il l'a incarné à l'écran, il le raconte aujourd'hui en chanson. L'acteur et DJ britannique rend hommage au Sud-Africain dans son dernier album, Mi Mandela.[...]

Burkina Faso : on ne touche pas à la sécurité présidentielle

Yacouba Isaac Zida a connu le 30 décembre ses premières sueurs froides en tant que Premier ministre burkinabè de la transition.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

CAN 2015 - Ibrahima Conté : "Nous pouvons écrire une page de l'histoire du foot guinéen"

Qualifiée par tirage au sort aux dépens du Mali, la Guinée se prépare à affronter la Ghana dimanche à Malabo (17 heures) en quarts de finale de la CAN. Un rendez-vous face à un de[...]

Algérie : Rafik Khalifa devant ses juges en mars

Le procès de l'ancien milliardaire Rafik Khalifa se tiendra en mars devant le tribunal de Blida, selon des sources judiciaires à Alger.[...]

Largement consacré à Boko Haram, le sommet de l'UA s'est ouvert à Addis-Abeba

Le 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africain (UA) s'est ouvert ce vendredi matin à Addis-Abeba. Un de ses objectifs annoncé est la concrétisation d'une force multinationale cont[...]

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Se déclarant incompétent, le tribunal correctionnel de Niamey a décidé vendredi d'abandonner les poursuites à l'encontre d'une vingtaine de personnes accusées d'avoir participé &agr[...]

Afrique du Sud : qui est Eugène de Kock, le "tueur numéro 1" de l'apartheid ?

Le ministre sud-africain de la Justice a accordé vendredi la liberté conditionnelle à Eugene de Kock, le plus célèbre tueur de l'apartheid, responsable de kidnappings, de tortures et d'assassinat[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2697p012-013.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2697p012-013.xml1 from 172.16.0.100