Extension Factory Builder
20/09/2012 à 09:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats maliens patrouillent non loin de la frontière mauritanienne, en mai 2012. Des soldats maliens patrouillent non loin de la frontière mauritanienne, en mai 2012. © AFP

La thèse d'une vengeance perpétrée par une unité mixte de gendarmes et de bérets verts de l'armée de terre, pourrait expliquer le massacre de Diabali, dans la nuit du 8 au 9 septembre.

Check-point de Diabali, près de Ségou ? Le 10 septembre, une mission d'enquête militaire a été dépêchée sur place pour faire la lumière sur la mort des 16 membres (9 Mauritaniens et 7 Maliens) de la confrérie islamique de la Dawa tués dans la nuit du 8 au 9 septembre par des soldats qui, selon nos informations, appartenaient à une unité mixte de gendarmes et de bérets verts de l'armée de terre.

À Bamako, où les autorités affirment ne pas être en mesure d'avancer une explication précise, une source militaire estime que les soldats impliqués dans ce massacre pourraient avoir servi dans le Nord lors de la déroute de l'armée malienne face aux rebelles, au début de l'année. Les unités défaites (gendarmes, militaires et gardes nationaux) ont en effet été redéployées plus au sud. Stationnées à Sévaré (région de Mopti), Sélingué (Sikasso) et Markala (Ségou), elles ont été intégrées à d'autres détachements chargés de sécuriser la zone non occupée. Selon la même source, ces hommes, qui n'ont pas fait leur deuil du massacre d'Aguelhok (19 janvier) imputé aux djihadistes, auraient pu céder à une vengeance aveugle : « En voyant des pantalons retroussés [tenue caractéristique des fondamentalistes, NDLR], il est possible que tout se soit brouillé dans leur tête... »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers