Extension Factory Builder
20/09/2012 à 09:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats maliens patrouillent non loin de la frontière mauritanienne, en mai 2012. Des soldats maliens patrouillent non loin de la frontière mauritanienne, en mai 2012. © AFP

La thèse d'une vengeance perpétrée par une unité mixte de gendarmes et de bérets verts de l'armée de terre, pourrait expliquer le massacre de Diabali, dans la nuit du 8 au 9 septembre.

Check-point de Diabali, près de Ségou ? Le 10 septembre, une mission d'enquête militaire a été dépêchée sur place pour faire la lumière sur la mort des 16 membres (9 Mauritaniens et 7 Maliens) de la confrérie islamique de la Dawa tués dans la nuit du 8 au 9 septembre par des soldats qui, selon nos informations, appartenaient à une unité mixte de gendarmes et de bérets verts de l'armée de terre.

À Bamako, où les autorités affirment ne pas être en mesure d'avancer une explication précise, une source militaire estime que les soldats impliqués dans ce massacre pourraient avoir servi dans le Nord lors de la déroute de l'armée malienne face aux rebelles, au début de l'année. Les unités défaites (gendarmes, militaires et gardes nationaux) ont en effet été redéployées plus au sud. Stationnées à Sévaré (région de Mopti), Sélingué (Sikasso) et Markala (Ségou), elles ont été intégrées à d'autres détachements chargés de sécuriser la zone non occupée. Selon la même source, ces hommes, qui n'ont pas fait leur deuil du massacre d'Aguelhok (19 janvier) imputé aux djihadistes, auraient pu céder à une vengeance aveugle : « En voyant des pantalons retroussés [tenue caractéristique des fondamentalistes, NDLR], il est possible que tout se soit brouillé dans leur tête... »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Trois Casques bleus ont été blessés au Mali, jeudi, dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans lequel avait pris place le commandant en chef de la Minusma, le général danois Micha[...]

Terrorisme : quand Hollande joue les cow-boys au Mali

Au Mali, le président français n'hésite plus à ordonner des assassinats ciblés contre les chefs jihadistes. Une "neutralisation" sans autre forme de procès.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers