Extension Factory Builder
14/09/2012 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michael Jackson lors de sa dernière conférence de presse, le 5 mars 2009. Michael Jackson lors de sa dernière conférence de presse, le 5 mars 2009. © AFP

Avant son overdose fatale, le roi de la pop était au bout du rouleau. Ses producteurs le savaient, mais s'en fichaient éperdument. La famille Jackson leur demande aujourd'hui des comptes.

Il était criblé de dettes et de piqûres de Propofol, un puissant anesthésique. Pour éviter la faillite, il avait accepté de remonter sur scène. Mais Michael Jackson était très, très malade. Il est mort le 25 juin 2009 avant d'avoir pu honorer ses engagements.

Après s'en être pris au Dr Conrad Murray, sa famille - qui ne pouvait pourtant ignorer la détresse de son enfant chéri - attaque AEG, la société de production avec laquelle le roi de la pop s'était engagé pour une série de concerts à Londres, lui reprochant d'avoir mis trop de pression sur un être vulnérable. Une thèse que semblent accréditer les 250 pages d'e-mails récupérées par le Los Angeles Times, où les dirigeants d'AEG évoquent la santé de la star avec un cynisme glaçant. Les billets de This Is It avaient été vendus en un temps record. Bambi devait chanter et danser. Fût-ce au bord de la tombe.

Il va tenter d'annuler ses concerts car il est paresseux et versatile. Mais il est coincé!

Paul Gongaware, Un responsable d'AEG

En janvier 2009, ils le font examiner par le Dr David Slavit. Le médecin new-yorkais affirme que la star se porte comme un charme. Il est vrai qu'il n'a examiné que... ses cordes vocales. Pas un mot sur ses addictions mortifères. Et pourtant... « Jackson est enfermé dans sa chambre, bourré et déprimé, écrit Randy Phillips, directeur d'AEG Live, en mars. Il est paumé, paralysé, il se déteste. Maintenant qu'il faut commencer le show, il flippe à mort. » Phillips doit habiller lui-même le pantin désarticulé attendu en conférence de presse. Michael y apparaît hagard, mais qu'importe. Paul Gongaware, un autre responsable d'AEG, se rassure : « Il va tenter d'annuler ses concerts car il est paresseux et versatile. Mais il est coincé, il a signé le contrat. »

Paranoïa

En juin, lors des répétitions, Michael est si faible que Kenny Ortega, le metteur en scène, propose de recourir au play-back. La star montre, dit-il, « de forts signes de paranoïa, d'angoisse et de comportement obsessionnel ». Pas question d'appeler un psychiatre, lui répond Phillips, le Dr Murray fait des merveilles et les dernières répétitions sont sublimes. Ce qu'il ignore, c'est que Murray, lui-même surendetté, accède à tous les désirs de son protégé et lui injecte du Propofol. Jusqu'à l'overdose fatale.

« La mort de Michael est une tragédie, mais la vie continue. AEG gagnera une fortune avec les ventes des produits dérivés et le DVD de This Is It », conclut Phillips. Résultat : le clan Jackson et la compagnie d'assurances Lloyd's lui demandent des comptes. Les vautours n'ont pas fini de ronger les os du cadavre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Québec : amère victoire

Article pr�c�dent :
Baba Laddé : grosse fatigue

Réagir à cet article

International

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en f&eac[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers