Extension Factory Builder
14/09/2012 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michael Jackson lors de sa dernière conférence de presse, le 5 mars 2009. Michael Jackson lors de sa dernière conférence de presse, le 5 mars 2009. © AFP

Avant son overdose fatale, le roi de la pop était au bout du rouleau. Ses producteurs le savaient, mais s'en fichaient éperdument. La famille Jackson leur demande aujourd'hui des comptes.

Il était criblé de dettes et de piqûres de Propofol, un puissant anesthésique. Pour éviter la faillite, il avait accepté de remonter sur scène. Mais Michael Jackson était très, très malade. Il est mort le 25 juin 2009 avant d'avoir pu honorer ses engagements.

Après s'en être pris au Dr Conrad Murray, sa famille - qui ne pouvait pourtant ignorer la détresse de son enfant chéri - attaque AEG, la société de production avec laquelle le roi de la pop s'était engagé pour une série de concerts à Londres, lui reprochant d'avoir mis trop de pression sur un être vulnérable. Une thèse que semblent accréditer les 250 pages d'e-mails récupérées par le Los Angeles Times, où les dirigeants d'AEG évoquent la santé de la star avec un cynisme glaçant. Les billets de This Is It avaient été vendus en un temps record. Bambi devait chanter et danser. Fût-ce au bord de la tombe.

Il va tenter d'annuler ses concerts car il est paresseux et versatile. Mais il est coincé!

Paul Gongaware, Un responsable d'AEG

En janvier 2009, ils le font examiner par le Dr David Slavit. Le médecin new-yorkais affirme que la star se porte comme un charme. Il est vrai qu'il n'a examiné que... ses cordes vocales. Pas un mot sur ses addictions mortifères. Et pourtant... « Jackson est enfermé dans sa chambre, bourré et déprimé, écrit Randy Phillips, directeur d'AEG Live, en mars. Il est paumé, paralysé, il se déteste. Maintenant qu'il faut commencer le show, il flippe à mort. » Phillips doit habiller lui-même le pantin désarticulé attendu en conférence de presse. Michael y apparaît hagard, mais qu'importe. Paul Gongaware, un autre responsable d'AEG, se rassure : « Il va tenter d'annuler ses concerts car il est paresseux et versatile. Mais il est coincé, il a signé le contrat. »

Paranoïa

En juin, lors des répétitions, Michael est si faible que Kenny Ortega, le metteur en scène, propose de recourir au play-back. La star montre, dit-il, « de forts signes de paranoïa, d'angoisse et de comportement obsessionnel ». Pas question d'appeler un psychiatre, lui répond Phillips, le Dr Murray fait des merveilles et les dernières répétitions sont sublimes. Ce qu'il ignore, c'est que Murray, lui-même surendetté, accède à tous les désirs de son protégé et lui injecte du Propofol. Jusqu'à l'overdose fatale.

« La mort de Michael est une tragédie, mais la vie continue. AEG gagnera une fortune avec les ventes des produits dérivés et le DVD de This Is It », conclut Phillips. Résultat : le clan Jackson et la compagnie d'assurances Lloyd's lui demandent des comptes. Les vautours n'ont pas fini de ronger les os du cadavre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Québec : amère victoire

Article précédent :
Baba Laddé : grosse fatigue

Réagir à cet article

International

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Le policier ayant tué Michael Brown va-t-il recevoir l'appui du Ku Klux Klan ? Selon le quotidien américain USA Today, l'organisation raciste a en tout cas organisé une levée de fonds pour le soutenir[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

"L"humanité est fière de James" : hommage à James Foley, assassiné par l'État islamique

Alors que les parents de James Foley se sont exprimés, parlant de fierté, sur l'assassinat de leur fils par des jihadistes de l'État islamique (EI), les réactions se sont multipliées à[...]

Gaza : le Hamas et Israël à nouveau dans l'engrenage de la violence

Après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza, lundi soir, et une tentative d'élimination ciblée du chef militaire du Hamas par Israël, le conflit s'est à nouveau emballé : au[...]

Frank Timis sur la sellette chez African Minerals

Rien ne va plus pour l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis. Son mandat de président d’African Minerals, l’un des trois groupes extractifs présents en Afrique dont il est le[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Marcel Desailly suspecté par le fisc français d'avoir caché des fonds en Suisse

L'ex-footballeur français Marcel Desailly fait l'objet d'une enquête du fisc français visant à déterminer s'il a caché des fonds en Suisse.[...]

Le convoi braqué à Paris était celui du fils "favori" de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le prince saoudien dont le convoi a été attaqué dimanche soir à Paris n’est autre que Abdelaziz ben Fahd, richissime playboy de 41 ans et "fils favori" du roi défunt. Les[...]

Birmanie : le thanakha et la guerre des cosmétiques

Produit de beauté naturel et traditionnel, le thanakha subit la concurrence pas très loyale des produits chinois et occidentaux.[...]

Irak : l'État islamique revendique la décapitation d'un journaliste américain

L'État islamique (EI), un groupe de jihadistes extrémistes, a affirmé mardi avoir décapité le journaliste américain James Foley et menacé d'en tuer un autre en représailles[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers