Extension Factory Builder
14/09/2012 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michael Jackson lors de sa dernière conférence de presse, le 5 mars 2009. Michael Jackson lors de sa dernière conférence de presse, le 5 mars 2009. © AFP

Avant son overdose fatale, le roi de la pop était au bout du rouleau. Ses producteurs le savaient, mais s'en fichaient éperdument. La famille Jackson leur demande aujourd'hui des comptes.

Il était criblé de dettes et de piqûres de Propofol, un puissant anesthésique. Pour éviter la faillite, il avait accepté de remonter sur scène. Mais Michael Jackson était très, très malade. Il est mort le 25 juin 2009 avant d'avoir pu honorer ses engagements.

Après s'en être pris au Dr Conrad Murray, sa famille - qui ne pouvait pourtant ignorer la détresse de son enfant chéri - attaque AEG, la société de production avec laquelle le roi de la pop s'était engagé pour une série de concerts à Londres, lui reprochant d'avoir mis trop de pression sur un être vulnérable. Une thèse que semblent accréditer les 250 pages d'e-mails récupérées par le Los Angeles Times, où les dirigeants d'AEG évoquent la santé de la star avec un cynisme glaçant. Les billets de This Is It avaient été vendus en un temps record. Bambi devait chanter et danser. Fût-ce au bord de la tombe.

Il va tenter d'annuler ses concerts car il est paresseux et versatile. Mais il est coincé!

Paul Gongaware, Un responsable d'AEG

En janvier 2009, ils le font examiner par le Dr David Slavit. Le médecin new-yorkais affirme que la star se porte comme un charme. Il est vrai qu'il n'a examiné que... ses cordes vocales. Pas un mot sur ses addictions mortifères. Et pourtant... « Jackson est enfermé dans sa chambre, bourré et déprimé, écrit Randy Phillips, directeur d'AEG Live, en mars. Il est paumé, paralysé, il se déteste. Maintenant qu'il faut commencer le show, il flippe à mort. » Phillips doit habiller lui-même le pantin désarticulé attendu en conférence de presse. Michael y apparaît hagard, mais qu'importe. Paul Gongaware, un autre responsable d'AEG, se rassure : « Il va tenter d'annuler ses concerts car il est paresseux et versatile. Mais il est coincé, il a signé le contrat. »

Paranoïa

En juin, lors des répétitions, Michael est si faible que Kenny Ortega, le metteur en scène, propose de recourir au play-back. La star montre, dit-il, « de forts signes de paranoïa, d'angoisse et de comportement obsessionnel ». Pas question d'appeler un psychiatre, lui répond Phillips, le Dr Murray fait des merveilles et les dernières répétitions sont sublimes. Ce qu'il ignore, c'est que Murray, lui-même surendetté, accède à tous les désirs de son protégé et lui injecte du Propofol. Jusqu'à l'overdose fatale.

« La mort de Michael est une tragédie, mais la vie continue. AEG gagnera une fortune avec les ventes des produits dérivés et le DVD de This Is It », conclut Phillips. Résultat : le clan Jackson et la compagnie d'assurances Lloyd's lui demandent des comptes. Les vautours n'ont pas fini de ronger les os du cadavre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Québec : amère victoire

Article précédent :
Baba Laddé : grosse fatigue

Réagir à cet article

International

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers