Extension Factory Builder
20/09/2012 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Benjamin Netanyahou lisant un passage de la Torah sous le regard du grand rabbin de Tel-Aviv. Benjamin Netanyahou lisant un passage de la Torah sous le regard du grand rabbin de Tel-Aviv. © Ariel Schalit/AP/SIPA

Sollicités par le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, des dignitaires religieux israéliens alimentent à leur tour le débat sur le nucléaire iranien. Leur discours fait froid dans le dos...

L'affaire remonte au 17 août, un vendredi soir, veille de sabbat. Alors que les rumeurs de l'imminence d'une frappe contre l'Iran ne s'étaient jamais faites aussi insistantes, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, dépêche l'un de ses proches collaborateurs au domicile du grand rabbin Ovadia Yossef, 91 ans. Directeur du Conseil national de sécurité, Yaakov Amidror a pour mission de convaincre celui qui est considéré comme le chef spirituel du parti ultraorthodoxe Shass, d'obédience séfarade, de soutenir une intervention militaire contre la République islamique.

L'Iran, "nation diabolique"

Sa formation religieuse, représentée au sein du gouvernement israélien par Eli Yishai, ministre de l'Intérieur, s'oppose jusque-là au principe d'une attaque contre les installations nucléaires de Téhéran, jugée « trop risquée » sans le consentement des États-Unis. Or Yishai est aussi l'un des huit membres du cabinet de sécurité, l'instance supposée donner son feu vert à toute action préventive de l'armée. Son vote est potentiellement décisif. Quelques jours plus tard, c'est le bouillonnant chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, qui tente d'obtenir les faveurs de Belzer Rebbe, illustre figure des hassidiques, principal courant du judaïsme ashkénaze ultraorthodoxe.

Rien ne filtrera des deux réunions, dont la première, révélée après coup par la presse israélienne, aboutira, le lendemain, à cette intrigante déclaration d'Ovadia Yossef devant ses fidèles : « Notre situation actuelle est profondément troublante, terrifiante. L'Iran, cette nation diabolique, souhaite notre destruction. Que nous l'attaquions ou non, nous devons implorer de tout notre coeur le Tout-Puissant. » Une semaine plus tard, le chef religieux lance un nouveau message beaucoup plus explicite. « Lorsque nous appelons Dieu à amener la fin de nos ennemis, nous devrions penser à l'Iran, ces démons qui menacent Israël. Puisse Dieu les détruire », s'emporte Yossef, dont les diatribes anti-Arabes ont longtemps défrayé la chronique.

Discours messianiques

Cette connivence entre les sphères politique et religieuse n'est pas du goût de tout le monde, surtout quand elle semble engager la sécurité de l'État hébreu et de ses citoyens. « Je n'ai pas confiance dans une direction qui prend des décisions fondées sur des sentiments messianiques », s'était agacé Yuval Diskin en avril dernier. À l'instar de cet ancien patron du Shin Bet - les services de contre-espionnage -, plusieurs ténors de l'appareil sécuritaire récusent l'alarmisme de Netanyahou et de son ministre de la Défense, Ehoud Barak, à propos de la « menace » nucléaire iranienne. Tous deux partisans de la manière forte pour l'éradiquer, ils sont accusés de vouloir précipiter le pays dans une guerre aux conséquences dévastatrices.

Dieu interviendra pour sauver le "peuple élu" froudroyant au passage ses ennemis

Car derrière un sentiment de responsabilité morale à l'égard du destin du peuple juif - que ses détracteurs croient sincère -, l'actuel chef du gouvernement israélien ne serait pas insensible à certains courants rabbiniques. Celui de Menachem Mendel Schneerson, par exemple, défunt leader du mouvement Loubavitch, que Netanyahou avait cité lors d'une allocution à l'ONU en septembre 2011. Ses adeptes, dont ferait partie le Premier ministre, estiment que ce rabbin n'est autre que le Messie et qu'il vivrait toujours au milieu des hommes.

Un an plus tôt, dans un discours marquant la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz, Netanyahou avait annoncé que la prophétie du chapitre 37 d'Ézéchiel, « Les ossements desséchés », était accomplie. Selon cette vision eschatologique, les prophéties des chapitres 38 et 39 seraient donc sur le point de se réaliser. Israël s'engagera dans une immense bataille, « Gog et Magog », où il essuiera de très lourdes pertes, mais à l'issue de laquelle Dieu interviendra pour sauver le « peuple élu », foudroyant au passage ses ennemis.

Guerre imminente

Dans un pays où la spiritualité guide le quotidien et les aspirations d'une partie non négligeable de la population, cette rhétorique messianique est loin d'être marginale. Sur internet, des dizaines de vidéos annonciatrices de la fin des temps apparaissent chaque jour. Des rabbins y décryptent les codes secrets de la Bible, présentant Mahmoud Ahmadinejad comme la réincarnation d'Aman, ce vizir perse qui, jadis, avait planifié la destruction des Juifs. La guerre contre l'Iran y est même annoncée pour le mois d'eloul 5772, ce qui, d'après le calendrier hébraïque, correspondrait... à septembre 2012.

Alors que certaines fuites dans la presse suggèrent une attaque israélienne à l'automne, juste avant l'élection présidentielle américaine, des sages appellent déjà les Juifs à la rédemption. « Nous savons des choses que vous ignorez. Ni les abris ni les systèmes antimissiles de Tsahal ne pourront vous sauver », assure l'influent rabbin Amnon Itshak Chlita, qui prédit un déluge de feu contre les villes israéliennes. « Retournez à la foi, priez, respectez le repos du sabbat, et l'Éternel vous offrira sa protection. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Égypte : première rencontre entre le président Sissi et un émissaire qatari

Le Caire a affirmé samedi vouloir mettre un terme à ses différends avec le Qatar à l'issue de la première rencontre entre un émissaire qatari et le président Abdel Fattah[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Israël mène un raid aérien sur Gaza, le 1er depuis la trêve fin août

L'aviation israélienne a mené tôt samedi un raid sur le sud de la bande de Gaza, le premier depuis la guerre de juillet-août, quelques heures après un tir de roquette venu de l'enclave[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Gaza : raid aérien d'Israël après un tir de roquette

Les avions israéliens ont lancé des frappes contre des cibles dans le sud de la bande de Gaza, ont expliqué des témoins aux premières heures de samedi, quelques heures après un tir de[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers