Extension Factory Builder
19/09/2012 à 11:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des services monnayés pour 40 à 50 euros, non déclarés. Des services monnayés pour 40 à 50 euros, non déclarés. © Glez pour J.A.

Quand de jeunes chômeurs tunisiens proches des mouvances islamistes se taillent un emploi sur mesure avec la foi pour viatique.

Attablé à un café de la Mohammedia, dans la banlieue sud de Tunis, Anouar ne chôme pas. Ici, comme à la mosquée, il est sur son lieu de travail. Depuis quatre mois, il s'est improvisé consultant et médiateur. Avec une vague licence d'arabe en poche, il a rejoint, avant la révolution, la cohorte des 500 000 chômeurs que comptait la Tunisie et a été séduit par les prêches religieux puis par la propagande salafiste clandestine, qui symbolisait à ses yeux le nec plus ultra de la rébellion.

Médiateurs

Aujourd'hui, à 31 ans, ce n'est pas un militant, mais il arbore une barbe imposante qui le vieillit et impressionne. « J'applique les principes des premiers musulmans, mais j'ai aussi besoin, pour mes activités, d'être pris au sérieux », explique Anouar, en notant soigneusement tous ses rendez-vous dans un petit carnet. Il fait désormais figure de sage du quartier et dispense ses conseils à qui le sollicite. « Les gens sont fatigués, et les tensions familiales fréquentes. J'aide par mes conseils à résoudre les crises conjugales, les différends entre parents et enfants ou entre voisins. Avec la tempérance de l'islam, je peux désamorcer les conflits ; c'est une mission au nom d'Allah. On ne peut refuser de faire le bien quand on le peut », se justifie, avec fausse modestie, celui qui est devenu populaire en se créant un emploi de médiateur à temps plein. « C'est un soutien précieux ; en plus, il est désintéressé ; chacun lui donne une obole pour la mosquée », déclare un père de famille convaincu qu'Anouar peut empêcher son fils de tomber dans la délinquance. Goguenard, un client du café note que « les 40 à 50 euros, non déclarés, qui vont dans la poche d'Anouar ne finissent pas dans les caisses de la mosquée, mais il faut bien gagner sa vie ! »

Comme Anouar, beaucoup de chômeurs proches des mouvances islamistes se sont taillé un emploi sur mesure, avec à la clé un rôle social gratifiant. Enseignants bénévoles dans les écoles coraniques de quartier, ils assurent aussi un soutien scolaire auprès des démunis ; ils y gagnent un certain prestige, prennent de l'assurance et s'imposent pour résoudre des problèmes administratifs. Ils jouissent d'un tel crédit qu'ils se voient donner des blancs-seings ou sont sollicités pour être témoins d'actes notariés privés.

Omniprésents

Dans tous les cas, ils présentent leur démarche comme étant l'un des commandements de la religion, ce qui leur permet d'intervenir sans que personne n'ose contester. À Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie, ils régulent même le commerce ; ils empêchent la contrebande, organisent le réseau de commerçants ambulants et interviennent fermement contre les braquages et le détournement de camions chargés de matériaux de construction. « Ils veillent au grain, rétablissent l'ordre. La police est absente. En prenant le relais, ils nous rassurent. Aussi est-il normal que leurs services soient rémunérés », soutient Raouf, un cimentier de la région.

Ils débrouillent les petits litiges et les problèmes administratifs... tout en prêchant la bonne parole.

Beaucoup louent ces initiatives qui tendent à rétablir la paix sociale. « Après la révolution, les omdas, véritables régisseurs de quartier, ont disparu. Ils étaient pour la plupart véreux et à la botte du ministère de l'Intérieur et du parti au pouvoir, mais ils étaient utiles pour débrouiller les petits litiges et certains problèmes administratifs. Ces jeunes les remplacent ; ils semblent dévoués et apportent une aide indéniable. Qu'ils en profitent pour prêcher la bonne parole est normal », estime Ahmed, épicier dans la cité populaire de Bhar Lazreg, près de La Marsa. D'autres, plus réticents, considèrent que mettre des inconnus au fait d'affaires personnelles n'est pas sans risque. « La barbe n'est pas un sésame ni un signe de compétence. Ces initiatives, apparemment louables, créent un système dans le système ; on va finir par se passer des institutions de l'État. À Tataouine, depuis qu'il n'y a plus de police, ils maintiennent l'ordre. C'est sans doute généreux, mais cette manière de s'immiscer partout en se référant à la solidarité entre musulmans finit par être incommodante. S'ils veulent faire de l'humanitaire, qu'ils aillent s'occuper des réfugiés de Choucha [camps de réfugiés dans le Sud, NDLR] », tempête un instituteur du quartier Ettadhamen, à Tunis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers