Extension Factory Builder
14/09/2012 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un car accidenté dans le nord du Maroc, en septembre 2010. Un car accidenté dans le nord du Maroc, en septembre 2010. © AFP

Mauvais état des infrastructures et des véhicules, comportement dangereux des conducteurs... Du Maroc à l'Égypte, l'insécurité routière fait des ravages.

C'est l'accident le plus grave jamais survenu au Maroc. Ce 4 septembre à l'aube, l'autocar était en route pour Marrakech, et avait franchi le col de Tizi-n-Tichka, le plus haut du pays. Après une chute de 150 m dans un ravin, 42 personnes sont mortes et 25 autres ont été blessées. Le lendemain, Aziz Rabbah, le ministre de l'Équipement et des Transports, annonçait la création « d'une cellule de réflexion sur les moyens de lutter contre les accidents de la route ».

Au Maroc comme dans tout le monde arabe, la sécurité routière est un problème récurrent. Dans le royaume, les accidents ont causé quelque 4 222 décès et fait près de 10 000 blessés graves en 2011. Soit 13 morts par jour, et une personne blessée toutes les 7 minutes. En France la même année, on a compté 3 963 victimes pour une population deux fois plus importante.

La situation est aussi inquiétante chez les voisins algérien, tunisien et égyptien. En 2011, l'Algérie était classée au 4e rang mondial des accidents de la circulation. La même année, 1 485 Tunisiens périssaient sur les routes. En Égypte, près de 5 983 personnes ont perdu la vie ainsi en 2010.

Alcootest

Si le mauvais état des infra­structures et les dysfonctionnements des véhicules sont jugés responsables dans bien des cas, la cause principale des accidents reste trop souvent « l'élément humain ». C'est-à-dire le conducteur qui refuse de mettre sa ceinture de sécurité, téléphone au volant et ne respecte ni la signalisation, ni les interdictions de dépasser, ni les limitations de vitesse.

Face à cette situation, les campagnes de sensibilisation, le renforcement des contrôles et le durcissement des législations semblent lamentablement échouer. Au Maroc, en 2010, après l'adoption d'un nouveau code de la route instaurant des amendes plus sévères, des radars et même un alcootest (une première dans un pays où l'on estime - à tort - que les citoyens ne boivent pas puisqu'ils sont musulmans), le nombre de victimes avait pourtant sensiblement diminué. Mais les conducteurs avaient rapidement appris à composer avec les nouvelles règles, pour mieux les transgresser.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Livre : syrie d'Amérique

Article pr�c�dent :
Québec : amère victoire

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Pourquoi Mohammed VI snobe-t-il Goodluck Jonathan ?

Pourquoi Mohammed VI snobe-t-il Goodluck Jonathan ?

Le ministère marocain des Affaires étrangères a tenu à faire savoir que le roi Mohammed VI a refusé un entretien téléphonique au président nigérian Goodluck Jonathan. [...]

Algérie : les avancées de la loi contre les violences faites aux femmes - et les regrets

Les députés algériens ont adopté jeudi 3 mars une loi criminalisant les violences faites aux femmes. Les débats parlementaires ont donné lieu à de violents échanges entre[...]

Ces brésiliens qui visent l'Afrique

Embraer, Odebrecht, AGN... Les groupes auriverde partent à l'assaut du continent, et pas seulement en zone lusophone. Alors que le Brésil est confronté à un ralentissement économique[...]

Daesh à Mossoul : "C'est une véritable hécatombe pour les oeuvres du musée"

L'algérien Mounir Bouchenaki dirige aujourd’hui le Centre régional arabe pour le patrimoine mondial. Après les destructions opérées par l'État islamique au musée de Mossoul,[...]

Exposition : "Le Maroc médiéval" s'expose à Rabat

Après un passage remarqué par la capitale française, l'exposition "Le Maroc médiéval" s'installe à Rabat, du 5 mars au 3juin, au musée Mohammed VI d'art moderne et[...]

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de[...]

Palestine : l'OLP menace de suspendre sa coopération sécuritaire avec Israël

L’organisation de la libération de la Palestine (OLP), un organe-clé de la direction palestinienne, a réclamé jeudi 5 mars la fin de la coopération sécuritaire avec Israël. Mais[...]

Sport : ces femmes qui font briller le continent africain

À l'occasion de la journée de la femme, dimanche 8 mars, "Jeune Afrique" a choisi de rappeler qu'elles sont nombreuses, depuis longtemps, à faire briller l'Afrique dans le monde entier, notamment[...]

France - Maroc : Laurent Fabius attendu à Rabat pour confirmer "le renouveau des relations"

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, sera lundi et mardi au Maroc. Selon son ministère, cette visite a pour objectif de confirmer "le renouveau des relations[...]

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2696p021.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2696p021.xml0 from 172.16.0.100