Extension Factory Builder
14/09/2012 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un car accidenté dans le nord du Maroc, en septembre 2010. Un car accidenté dans le nord du Maroc, en septembre 2010. © AFP

Mauvais état des infrastructures et des véhicules, comportement dangereux des conducteurs... Du Maroc à l'Égypte, l'insécurité routière fait des ravages.

C'est l'accident le plus grave jamais survenu au Maroc. Ce 4 septembre à l'aube, l'autocar était en route pour Marrakech, et avait franchi le col de Tizi-n-Tichka, le plus haut du pays. Après une chute de 150 m dans un ravin, 42 personnes sont mortes et 25 autres ont été blessées. Le lendemain, Aziz Rabbah, le ministre de l'Équipement et des Transports, annonçait la création « d'une cellule de réflexion sur les moyens de lutter contre les accidents de la route ».

Au Maroc comme dans tout le monde arabe, la sécurité routière est un problème récurrent. Dans le royaume, les accidents ont causé quelque 4 222 décès et fait près de 10 000 blessés graves en 2011. Soit 13 morts par jour, et une personne blessée toutes les 7 minutes. En France la même année, on a compté 3 963 victimes pour une population deux fois plus importante.

La situation est aussi inquiétante chez les voisins algérien, tunisien et égyptien. En 2011, l'Algérie était classée au 4e rang mondial des accidents de la circulation. La même année, 1 485 Tunisiens périssaient sur les routes. En Égypte, près de 5 983 personnes ont perdu la vie ainsi en 2010.

Alcootest

Si le mauvais état des infra­structures et les dysfonctionnements des véhicules sont jugés responsables dans bien des cas, la cause principale des accidents reste trop souvent « l'élément humain ». C'est-à-dire le conducteur qui refuse de mettre sa ceinture de sécurité, téléphone au volant et ne respecte ni la signalisation, ni les interdictions de dépasser, ni les limitations de vitesse.

Face à cette situation, les campagnes de sensibilisation, le renforcement des contrôles et le durcissement des législations semblent lamentablement échouer. Au Maroc, en 2010, après l'adoption d'un nouveau code de la route instaurant des amendes plus sévères, des radars et même un alcootest (une première dans un pays où l'on estime - à tort - que les citoyens ne boivent pas puisqu'ils sont musulmans), le nombre de victimes avait pourtant sensiblement diminué. Mais les conducteurs avaient rapidement appris à composer avec les nouvelles règles, pour mieux les transgresser.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Livre : syrie d'Amérique

Article pr�c�dent :
Québec : amère victoire

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Documentaire : 'Eau argentée', contre la guerre

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre réquisitoir[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo… Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Sondage : votez pour le footballeur africain de l'année 2014 !

Coupe du monde, éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, championnats, ligues des champions... L'année footballistique a été riche en rebondissements et les joueurs ont été[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Paix et sécurité : à Dakar, Idriss Déby Itno se lâche sur la crise libyenne

Les chefs d’État du Sénégal, du Mali, du Tchad, de la Mauritanie et le ministre français de la Défense ont clôturé mardi le Forum international sur la paix et la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers