Extension Factory Builder
12/09/2012 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bill Clinton accueillant Barack Obama à la convention de Charlotte, le 6 septembre. Bill Clinton accueillant Barack Obama à la convention de Charlotte, le 6 septembre. © Sipa

Une quarantaine de personnalités politiques du continent ont assisté à la convention de Charlotte et à l'investiture officielle de Barack Obama pour la présidentielle de novembre.

« Donner aux dirigeants du monde entier l'occasion de voir de près le processus démocratique américain. » Tel est, pour Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État de Bill Clinton et présidente de l'ONG National Democratic Institute (NDI), le sens de la présence des 350 personnalités étrangères à la convention nationale démocrate organisée du 3 au 6 septembre à Charlotte (Caroline du Nord). Une quarantaine d'entre elles sont venues d'Afrique. « Par souci d'équilibre, nous avons tenu à inviter les représentants des partis au pouvoir ainsi que ceux de l'opposition », s'empresse de préciser Chris Fomunyoh, directeur régional au NDI.

Les Africains conviés à cet événement ont ainsi assisté, le 6 septembre, à l'investiture officielle de Barack Obama comme candidat du Parti démocrate pour la présidentielle du 6 novembre. « On a vu le rêve américain dans toute sa splendeur, raconte Sidya Touré, l'ancien Premier ministre guinéen, présent à la cérémonie. J'ai été ému par le discours de Julian Castro [maire de San Antonio, Texas, NDLR]. Ce jeune leader démocrate d'origine hispanique nous a démontré à travers son dur parcours qu'aux États-Unis chacun, quelle que soit son origine sociale, peut accomplir ses rêves à force de travail et de détermination. »

Modèle américain

À l'instar de Barack Obama en 2004 à Boston, c'est ce Latino de 37 ans qui a prononcé à Charlotte le keynote speech, l'un des discours phares de la convention. « Preuve qu'ici le renouvellement de l'élite du parti est une machinerie permanente, observe Vital Kamerhe, ancien président de l'Assemblée nationale de la RD Congo. Nous autres Africains devons nous en inspirer. Encourager davantage, dans nos partis, les débats internes pour favoriser l'émergence de nouvelles figures. »

Un modèle américain également salué par Jaynet Kabila, députée congolaise et soeur du président. « Les échanges ont surtout porté sur l'avenir des États-Unis, et non sur des intérêts particuliers », relève-t-elle. « C'est différent de chez nous, où on se bat parfois comme des chiffonniers », ajoute Sarah Serémé, élue du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti au pouvoir au Burkina Faso.

Si Soumaïla Cissé applaudit lui aussi cette « démonstration d'une démocratie américaine apaisée, sans partisanisme béat », l'ancien ministre malien, dont le nord du pays est contrôlé par des groupes islamistes, estime que la politique africaine des États-Unis constituait le talon d'Achille de cette convention. « Il n'y a pratiquement pas été question de la lutte contre le terrorisme », lâche-t-il. Avec un brin de frustration. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Edwy Plenel : 'Nos jihadistes ne sont pas le produit de l'islam, mais celui de l'Histoire de France'

Edwy Plenel : "Nos jihadistes ne sont pas le produit de l'islam, mais celui de l'Histoire de France"

Le journaliste et fondateur de Médiapart, Edwy Plenel, vient de publier un manifeste intitulé "Pour les musulmans". Nous l'avons rencontré.[...]

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Trois étudiants africains ont été violemment pris à partie, dimanche 28 septembre, par une foule d’Indiens dans le metro de New Delhi. La scène, filmée par des passants, a fait le[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Ebola : un premier cas d'infection diagnostiqué aux États-Unis

Un homme, dont l'identité n'a pas été précisée mais ayant effectué un voyage au Liberia, a été hospitalisé au Texas (sud des États-Unis). Plusieurs[...]

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Francophonie : Jean - De l'Estrac, chaude ambiance...

Dans la course pour le secrétariat génaral de l'OIF, les relations ne sont pas vraiment à la franche cordialité entre la Canadienne Michaëlle Jean et le Mauricien Jean Claude de l'Estrac.[...]

France : Sarkozy peut-il réussir son retour ?

Rien ni personne n'empêchera l'ancien chef de l'État français, Nicolas Sarkozy, de reprendre la présidence de l'UMP, en novembre. Simple hors-d'oeuvre. Primaire de la droite en 2016, puis[...]

État islamique : plus de 200 jihadistes tués au cours des raids aériens de la coalition

Une semaine après le début des frappes aériennes de la coalition de Washington et ses alliés arabes contre l'État islamique en Syrie, un premier bilan fait état de plus de 200 morts[...]

"Gotha noir de France" : Le gotha, noir sur blanc

Quel est le point commun entre le communicant Youssouf Ammin, l'architecte Mahmoud Keldi et l'ingénieure en génie atomique Sandra Métho ? Ils font tous trois leur entrée dans l'édition[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers