Extension Factory Builder
12/09/2012 à 17:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien chef des services de renseignements libyens arrive à Tripoli, le 5 septembre. L'ancien chef des services de renseignements libyens arrive à Tripoli, le 5 septembre. © AFP

Extradée par les autorités mauritaniennes, l'âme damnée du régime Kadhafi est désormais sous les verrous à Tripoli.

Visiblement défait mais n'ayant rien perdu de son arrogance d'antan, Abdallah Senoussi arrive, en ce début d'après-midi du 5 septembre, à la prison d'El-Hadba el-Khadra de Tripoli. Ce retour forcé au pays met fin à des mois de négociations secrètes et de bras de fer diplomatique. Après avoir longtemps hésité, la Mauritanie a fini par extrader le plus haut dignitaire du régime Kadhafi réclamé par la Libye. L'ex-patron des services de renseignements militaires - alias « la boîte noire » - avait été arrêté à l'aéroport de Nouakchott le 17 mars, en provenance de Casablanca.

Il risque désormais la peine capitale pour son rôle dans la répression du soulèvement de 2011 qui a conduit à la chute de la Jamahiriya, des crimes contre l'humanité qui lui valent également un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI). Mais la Libye souhaite que Senoussi comparaisse devant les juridictions nationales, à l'instar de Seif el-Islam, fils et dauphin de Mouammar Kadhafi. Inquiètes, des organisations de défense des droits de l'homme - Amnesty International et Human Rights Watch - ont immédiatement réagi à la nouvelle de l'extradition en demandant qu'il soit livré à la CPI. Abderrahim el-Kib, le Premier ministre libyen, a de son côté promis « un procès équitable ».

Chapelet

Cheveux et barbe hirsutes, serré de près à sa descente d'avion par Youssef Mangoush, le chef d'état-major, l'ancien bras droit de Kadhafi a tenté de cacher ses menottes dans les plis de sa tenue traditionnelle, sous les cris vengeurs des membres de la Garde nationale libyenne : « Le sang des martyrs n'aura pas coulé en vain ! »

Quelques heures après son arrestation, de nouvelles photographies le montrant crâne et menton rasés ont été diffusées, et une vidéo de son passage chez le coiffeur circulait sur les réseaux sociaux, rappelant les images de l'examen médical infligé à Saddam Hussein après sa capture.

Le beau-frère de Kadhafi a été cueilli à l'aéroport de Nouakchott - un chapelet à la main ! - grâce à un guet-apens. « Les Mauritaniens lui ont donné rendez-vous avec une personnalité, il a découvert sur place que nous l'attendions. Il a tenté de résister vigoureusement. Il a fallu cinq hommes pour le maîtriser », a raconté Hassan Zaglam à la chaîne de télévision Libya el-Ahrar. Le ministre des Finances, qui faisait partie de la délégation dépêchée sur place, a laissé entendre que cette extradition ouvrait la voie à un renforcement des investissements libyens en Mauritanie, même si les deux parties nient toute transaction financière.

Massacre d'Abou Salim

Pendant près de six mois, Senoussi aura été l'hôte - très encombrant - du président Abdelaziz. La justice mauritanienne avait prétexté une infraction au titre de séjour pour le maintenir en détention, après avoir annoncé, en mars, qu'il était entré en Mauritanie sous une fausse identité.

Depuis, l'homme avait élu domicile à Nouakchott dans une confortable villa, avec femme et enfants. Réclamé par la CPI, recherché par la France pour l'attentat contre le DC-10 d'UTA qui a coûté la vie à 54 Français en 1989, il était surtout demandé avec insistance par les Libyens, notamment pour le massacre de la prison d'Abou Salim en 1996. En mai dernier, Mustafa Abouchagour, le vice-Premier ministre, s'était rendu à Nouakchott pour négocier l'extradition de Senoussi, mais était rentré bredouille.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : des milices ont commis des 'crimes de guerre' à l'Ouest, selon Amnesty

Libye : des milices ont commis des "crimes de guerre" à l'Ouest, selon Amnesty

Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International accuse des milices et des groupes armés d'avoir commis "des violations généralisées des droits de l'Homme, y compris des crimes de guerre&[...]

Mohamed Dayri : "La priorité doit être donnée à l'édification d'un État fort en Libye"

Le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Dayri, prône le dialogue avec les islamistes et les kadhafistes. Interview.[...]

Libye : l'ambassade du Niger assiégée, Niamey dénonce un "incident gravissime"

Des miliciens ont assiégé de lundi à mardi au petit matin l'ambassade du Niger en Libye. Un "incident" qualifié de "gravissime" par les autorités nigériennes.[...]

Libye : les partisans de Kadhafi contre-attaquent

Trois ans après la fin tragique du "Guide" libyen, Mouammar Kadhafi, le renversement d'alliances qui est en train de s'opérer en douceur a remis en selle une frange des partisans de l'ancien[...]

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Le 20 octobre 2011 chutait Mouammar Kadhafi. Trois ans plus tard, nombre de Libyens sont déçus, tant le pays est plongé dans le chaos et livré aux milices.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers