Extension Factory Builder
12/09/2012 à 17:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien chef des services de renseignements libyens arrive à Tripoli, le 5 septembre. L'ancien chef des services de renseignements libyens arrive à Tripoli, le 5 septembre. © AFP

Extradée par les autorités mauritaniennes, l'âme damnée du régime Kadhafi est désormais sous les verrous à Tripoli.

Visiblement défait mais n'ayant rien perdu de son arrogance d'antan, Abdallah Senoussi arrive, en ce début d'après-midi du 5 septembre, à la prison d'El-Hadba el-Khadra de Tripoli. Ce retour forcé au pays met fin à des mois de négociations secrètes et de bras de fer diplomatique. Après avoir longtemps hésité, la Mauritanie a fini par extrader le plus haut dignitaire du régime Kadhafi réclamé par la Libye. L'ex-patron des services de renseignements militaires - alias « la boîte noire » - avait été arrêté à l'aéroport de Nouakchott le 17 mars, en provenance de Casablanca.

Il risque désormais la peine capitale pour son rôle dans la répression du soulèvement de 2011 qui a conduit à la chute de la Jamahiriya, des crimes contre l'humanité qui lui valent également un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI). Mais la Libye souhaite que Senoussi comparaisse devant les juridictions nationales, à l'instar de Seif el-Islam, fils et dauphin de Mouammar Kadhafi. Inquiètes, des organisations de défense des droits de l'homme - Amnesty International et Human Rights Watch - ont immédiatement réagi à la nouvelle de l'extradition en demandant qu'il soit livré à la CPI. Abderrahim el-Kib, le Premier ministre libyen, a de son côté promis « un procès équitable ».

Chapelet

Cheveux et barbe hirsutes, serré de près à sa descente d'avion par Youssef Mangoush, le chef d'état-major, l'ancien bras droit de Kadhafi a tenté de cacher ses menottes dans les plis de sa tenue traditionnelle, sous les cris vengeurs des membres de la Garde nationale libyenne : « Le sang des martyrs n'aura pas coulé en vain ! »

Quelques heures après son arrestation, de nouvelles photographies le montrant crâne et menton rasés ont été diffusées, et une vidéo de son passage chez le coiffeur circulait sur les réseaux sociaux, rappelant les images de l'examen médical infligé à Saddam Hussein après sa capture.

Le beau-frère de Kadhafi a été cueilli à l'aéroport de Nouakchott - un chapelet à la main ! - grâce à un guet-apens. « Les Mauritaniens lui ont donné rendez-vous avec une personnalité, il a découvert sur place que nous l'attendions. Il a tenté de résister vigoureusement. Il a fallu cinq hommes pour le maîtriser », a raconté Hassan Zaglam à la chaîne de télévision Libya el-Ahrar. Le ministre des Finances, qui faisait partie de la délégation dépêchée sur place, a laissé entendre que cette extradition ouvrait la voie à un renforcement des investissements libyens en Mauritanie, même si les deux parties nient toute transaction financière.

Massacre d'Abou Salim

Pendant près de six mois, Senoussi aura été l'hôte - très encombrant - du président Abdelaziz. La justice mauritanienne avait prétexté une infraction au titre de séjour pour le maintenir en détention, après avoir annoncé, en mars, qu'il était entré en Mauritanie sous une fausse identité.

Depuis, l'homme avait élu domicile à Nouakchott dans une confortable villa, avec femme et enfants. Réclamé par la CPI, recherché par la France pour l'attentat contre le DC-10 d'UTA qui a coûté la vie à 54 Français en 1989, il était surtout demandé avec insistance par les Libyens, notamment pour le massacre de la prison d'Abou Salim en 1996. En mai dernier, Mustafa Abouchagour, le vice-Premier ministre, s'était rendu à Nouakchott pour négocier l'extradition de Senoussi, mais était rentré bredouille.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès gé[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

La Libye demande la levée de l'embargo sur les armes aux Nations unies

Mohammed al-Dairi, le ministre libyen des Affaires étrangères, a demandé mercredi à l'ONU de lever l'embargo sur les armes imposé à son pays afin de mieux lutter contre les groupes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2696p012_01.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2696p012_01.xml0 from 172.16.0.100