Extension Factory Builder
13/09/2012 à 14:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les hommes de César Atoute Badiate ont attaqué l'armée à plusieurs reprises en 2011. Les hommes de César Atoute Badiate ont attaqué l'armée à plusieurs reprises en 2011. © AFP

Opposés depuis deux ans, les deux rebelles Ousmane Niantang Diatta et César Atoute Badiate sont sur le point d'enterrer la hâche de guerre.

En Casamance, le front sud de la rébellion armée est en voie de réunification. Après plusieurs semaines de pourparlers via divers émissaires, Ousmane Niantang Diatta et César Atoute Badiate, deux chefs de guerre d'Atika, la branche armée du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), sont à deux doigts de faire la paix. Selon des sources concordantes, l'accord devrait être scellé très prochainement dans les forêts de Guinée-Bissau. C'est d'ailleurs une ONG ­bissau-guinéenne qui a oeuvré à ce rapprochement. Il y a deux ans, les deux hommes s'étaient opposés sur la stratégie à adopter face à l'armée sénégalaise.

Niantang, un des lieutenants de César, avait quitté le QG de Kassolole, en Guinée-Bissau, et s'était installé plus à l'est. Depuis, ses hommes contrôlent les environs de Goudomp et se sont signalés en 2011 par plusieurs attaques contre l'armée. Ces retrouvailles inattendues ont été rendues possibles par l'affaiblissement des deux fronts. Pour l'aile civile du MFDC, reste désormais à réconcilier les deux hommes avec Salif Sadio, qui contrôle le front nord. Une autre paire de manches.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Assane Dioma Ndiaye : 'La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense'

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime [...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex