Extension Factory Builder
07/09/2012 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ses parents sont des réfugiés ayant fui l'instabilité politique de ce qui s'appelait alors le Za Ses parents sont des réfugiés ayant fui l'instabilité politique de ce qui s'appelait alors le Za © Roni Rekomaa/Lehtikuva pour J.A.

Débarqué de RDC avec ses parents à l'âge de 4 ans, ce chanteur sensible est aujourd'hui l'étoile montante du hip-hop finlandais.

«Je n'ai jamais aimé le sauna, ce n'est pas mon truc. » En Finlande, où le bain de chaleur sèche assorti de courtes baignades dans l'eau glacée (ou de roulades dans la neige...) est une institution, une telle déclaration relève forcément de la provocation. Mais inutile d'y chercher une marque de fabrique : Gracias est tout sauf un rappeur rentre-dedans. Visage et attitude d'adolescent, discours simple bien éloigné de tout formatage médiatique, naïveté touchante, le jeune chanteur d'origine congolaise ne cherche pas à en imposer par l'agressivité ou la révolte. D'ailleurs, contre quoi pourrait-il bien se révolter dans cette démocratie scandinave où ses parents ont élu domicile au début des années 1990 ? « Quand on regarde ailleurs, même en Europe, on se dit qu'en Finlande on a de la chance car tout va bien », reconnaît-il.

En tout cas, pour lui, tout va bien, c'est sûr. Pour la soirée de lancement de son nouvel album, Globe, tout juste arrivé dans les bacs, il a chanté au Tavastia Club, une salle de concert rendue célèbre par les nombreuses stars de la musique qu'elle a accueillies, comme Tom Waits ou John Lee Hooker. « La musique a toujours été là, confie Deogracias Masomi, 25 ans. Vers l'âge de 14 ou 15 ans, quand j'ai commencé à écrire, j'ai tout de suite pensé que je pouvais faire ça professionnellement. » Le choix de la langue ? À la maison, on parle le lingala, le français et le finnois. Arrivé à 4 ans dans le pays - ses parents sont des réfugiés ayant fui l'instabilité politique de ce qui s'appelait alors le Zaïre -, Gracias n'a eu aucun mal à s'approprier la langue finnoise, pourtant complexe, si bien qu'il a très vite suivi les cours avec les petits Finlandais alors qu'il existe des classes spécialisées pour les enfants d'immigrés. Mais quand il s'agit de rapper... « J'ai tout de suite écrit en anglais, c'était un choix naturel car j'écoutais beaucoup de rap américain, comme mes copains dans le quartier, dit-il. Mais en Finlande, il est plus facile de rapper en finnois qu'en anglais. Alors je vais peut-être m'y mettre. »

De l'Afrique, il garde quelques souvenirs confus. « Je me souviens des pillages... Il n'y avait pas beaucoup d'enfants dans mon quartier, mais je ne me sentais pas vraiment menacé car ma famille m'entourait beaucoup. » Quant à savoir pourquoi son père et sa mère ont choisi un pays comme la Finlande, le mystère demeurera entier : « On est arrivé ici pendant l'hiver 1992. Je ne sais pas pourquoi ils ont choisi ce pays. Cela aurait été plus facile pour eux en France ou en Belgique. Le soudain changement de climat a été brutal : c'était la première fois que je voyais la neige. » Même s'il confie ne pas oublier ses origines et avoir été « élevé à la manière congolaise », Gracias ne se fait guère d'illusion sur ses liens avec la République démocratique du Congo. Son frère et sa soeur, nés ici, sont à 100 % finlandais. Lui, c'est à 99 % - le 1 % restant représentant sans doute sa réticence face au sauna.

En 2007, Deogracias Masomi se trouve un pseudo, Luminate, et produit lui-même son premier CD, Listening Comprehension, qui rencontre un succès phénoménal auprès... du cercle restreint de ses amis. Baccalauréat au lycée franco-finlandais, service militaire, Deogracias suit un très sage cursus tout en travaillant à son projet. Qui aboutit sur YouTube, époque oblige. « J'ai sorti un clip vidéo, HKI, sur internet, raconte-t-il. Ça a vraiment marché, c'est devenu mon hit. C'est alors que j'ai été contacté et que j'ai pu sortir, avec quatre copains finlandais, l'album EP. » Cette fois, à l'échelle de la Finlande - 5 millions d'accros au sauna -, le succès est au rendez-vous : 1 000 copies sont vendues le premier mois. Maman Masomi découvre enfin ce qui fait bouger son fils : « Ma mère ne comprenait pas au début, elle pensait que c'était un passe-temps, mais quand elle m'a vu à la télévision, dans les magazines, elle a saisi que je m'y consacrais à fond. » HKI, son tube, est un hommage à Helsinki, la ville qui a accueilli sa famille en exil. Il l'aime, bien sûr, mais « J'ai rencontré cette fille à l'âge de quatre ans / Ce que j'ai le plus détesté, c'est sa froideur / Helsinki je le jure sur mon esprit et mon sang / Je peux sentir la ville respirer ». Depuis un an, Gracias se consacre entièrement à la musique et parvient à en vivre. « Les gens me passionnent, je découvre tout le temps des personnes extrêmement douées et c'est ce qui me donne envie de me donner à fond et de continuer mon chemin dans la musique », dit-il. En revanche, il n'est pour l'instant pas question de se lancer dans un rap plus engagé. « J'ai décidé de ne pas aborder la politique, affirme Gracias. Même si cela m'intéresse, je ne me sens pas encore au niveau pour aborder des sujets aussi importants. Je préfère me concentrer sur ma musique. » Allez, Gracias, un petit effort, ce n'est pas si redoutable que ça, le sauna, on ne risque pas de se brûler ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces