Extension Factory Builder
07/09/2012 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Yamina Benguigui au ministère de la Francophonie, le 28 août, à Paris. Yamina Benguigui au ministère de la Francophonie, le 28 août, à Paris. © Vincent Fournier/J.A.

Après avoir hésité, François Hollande participera finalement au sommet de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), le 12 octobre, à Kinshasa. Sa ministre déléguée à la Francophonie s'en explique.

Jeune Afrique : Le président François Hollande se rendra au sommet de l'OIF à Kinshasa. Y étiez-vous favorable ?

YAMINA BENGUIGUI : Absolument. Avec Abdou Diouf [le secrétaire général de l'OIF, NDLR], nous avons longuement discuté de l'importance de tenir ce sommet en Afrique. Sa localisation a été décidée lors du sommet de Montreux, en 2010. La RDC est le plus grand pays francophone du monde. Les élections de 2011 y ont été contestées, mais validées par la communauté internationale. On ne pouvait pas pratiquer la politique de la chaise vide.

En juillet, la France avait demandé au président Joseph Kabila des preuves de sa « réelle volonté de promouvoir la démocratie et l'État de droit ». Qu'en est-il ?

Le 22 août, Aubin Minaku, le président de l'Assemblée nationale, a annoncé deux lois importantes. D'abord, sur la Commission électorale nationale indépendante [Ceni], dont l'organisation, le fonctionnement et la composition du bureau seront revus. Ensuite, sur la mise en place d'une commission des droits de l'homme. Il a précisé que ces lois seraient adoptées avant le sommet. Ce sont là des engagements forts.

Des menaces de mort vous ont été adressées à propos de l'organisation de ce sommet. D'où venaient-elles ?

Je ne sais pas, elles étaient anonymes. Nous avons alerté le ministère de l'Intérieur, mais nous n'avons pas de nouveaux éléments pour l'instant. Je peux simplement dire qu'elles ont été proférées avant, pendant et après mon séjour à Kinshasa, fin juillet. Par e-mail et via Facebook.

Lors de cette visite, vous avez déclaré que la France voulait « voir cesser tout soutien extérieur aux groupes armés » dans l'est du pays...

La RDC est un pays agressé. Dans l'Est, des femmes sont violées, des enfants et des jeunes femmes sont enrôlés de force. J'ai senti les Congolais tristes que la France ne prenne pas position. J'ai appelé le président ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et il y a eu cette intervention. Cela a été possible parce que j'ai passé quatre jours sur place.

C'est mon souhait que l'Algérie entre dans l'OIF.

Ce sommet sera-t-il pour François Hollande l'occasion de prononcer un discours fondateur sur l'Afrique ?

Oui, je pense que le président tiendra un discours en rupture philosophique avec le gouvernement précédent. Tout n'est pas parfait sur le continent, c'est certain, mais c'est parce qu'il a hérité d'un système postcolonial, de la façon de voir et de se comporter de l'Occident. Nous devons changer notre regard sur lui.

Un déplacement de Hollande en Algérie avait été évoqué pour septembre. Est-il encore d'actualité ?

Nous continuons d'en discuter. Je me rends à Alger le 6 septembre pour préparer cette visite au niveau culturel. Le président ira avant la fin de l'année.

Vous avez des liens personnels avec ce pays qui n'est pas membre de l'OIF. Avez-vous pour objectif de l'y faire entrer ?

C'est mon souhait. L'Algérie peut enrichir l'espace francophone à tous les niveaux. Mais on ne peut effacer l'Histoire, je comprends qu'il n'en soit pas encore membre. Le précédent gouvernement français a été très maladroit. Nous devons à présent faire des gestes.

Quelle touche personnelle souhaitez-vous apporter à la Francophonie ?

Je veux promouvoir la place des femmes et faire que le français soit une langue créatrice, ouverte et dynamique. L'Afrique et les pays arabes ont été touchés par ma nomination en raison de mes combats, de ce que je représente et de mes origines. Cela facilite le dialogue. 

___

Propos recueillis par Pierre Boisselet

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Turquie : Erdogan et son ombre

Turquie : Erdogan et son ombre

Face à un président turc qui ne cesse d'accroître son pouvoir et d'étendre ses prérogatives, quel rôle pour Ahmet Davutoglu, son nouveau Premier ministre ?[...]

Niger : le Pentagone va ouvrir une deuxième base pour ses drones à Agadez

Après plusieurs mois de négociations, les autorités américaines et nigériennes ont trouvé un accord pour la création d'une base à Agadez d'où pourront désormais[...]

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex