Extension Factory Builder
06/09/2012 à 15:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Dr Sarah Browne avec une patiente vietnamienne, le 22 août, à Bethesda. Le Dr Sarah Browne avec une patiente vietnamienne, le 22 août, à Bethesda. © SIPA

Ses symptômes ressemblent à ceux du sida. Il aurait déjà fait plusieurs centaines de victimes exclusivement asiatiques. Mais on ne sait encore à peu près rien de lui.

Depuis la publication le 23 août d'un article dans l'édition en ligne du New England Journal of Medicine, le syndrome thaï-taiwanais inquiète. On redoute l'apparition d'un « sida asiatique » susceptible de déferler sur le monde. Dernier-né des maladies émergentes, ce mystérieux fléau venu d'Asie serait en effet fatal dans la majorité des cas.

C'est une équipe de chercheurs thaïlandais, taïwanais et américains de l'Institut (américain, lui aussi) des allergies et maladies infectieuses (NIAID-NIH) qui, la première, a révélé l'existence de cette immunodéficience acquise dont les symptômes ressemblent à s'y méprendre à ceux du sida : affaiblissement du système immunitaire et apparition de maladies opportunistes. Le Dr Sarah Browne, du NIAID-NIH, et Peter Burbelo, du National Institute of Dental and Craniofacial Research, qui ont dirigé l'étude épidémiologique, évoquent plusieurs centaines de victimes depuis les premiers cas identifiés en 2004. Ils soupçonnent même le nouveau syndrome d'être à l'origine de milliers d'autres décès imputés jusqu'ici, à tort, à des tuberculoses foudroyantes.

Les conclusions de l'étude clinique menée six mois durant sur un échantillon de 203 adultes âgés de 18 à 78 ans - tous d'origine asiatique, non porteurs du VIH et présentant des infections opportunistes multiples - mettent en évidence chez 88 % d'entre eux la présence d'autoanticorps bloquant la fonction de l'interféron gamma (IFN gamma), une molécule dont le rôle est capital pour lutter contre les infections. Autrement dit, l'organisme de ces patients détruit ses propres défenses.

Pour l'immunologiste français Christian Devaux, spécialiste des pathologies émergentes au Centre d'études d'agents pathogènes et biotechnologies pour la santé, à Montpellier, « une telle corrélation entre la pathologie et la distorsion du système immunitaire est troublante ». Les chercheurs vont donc à présent tenter d'identifier l'agent pathogène, connu ou inconnu, qui induit cette réaction ciblée anti-interféron. Christian Devaux n'exclut pas qu'il puisse s'agir d'un virus : « À ce stade, on ne sait rien : cela peut aussi bien être un virus qu'une bactérie ou un parasite. »

Mystère

L'origine de la nouvelle pathologie demeure mystérieuse. Selon Sarah Browne, l'environnement pourrait constituer un facteur important. Mais la génétique également, puisque, semble-t-il, seules les populations asiatiques, même exilées, sont atteintes. À ce jour, aucun Occidental vivant en Asie ne l'a été. Jamais, enfin, la maladie n'a touché plusieurs membres d'une même famille, ce qui exclut qu'un seul gène en soit responsable.

Pour l'instant, l'absence de contamination directe entre êtres humains permet de repousser l'hypothèse d'une épidémie mondiale comparable à celle du sida, mais Christian Devaux se garde de toute conclusion hâtive. « Il n'y a pas de contagion directe, certes, mais cela ne signifie pas qu'elle ne se diffusera pas, explique-t-il. Il faut trouver le vecteur de transmission de l'agent pathogène. Les changements climatiques, l'évolution des écosystèmes, les migrations, le développement des transports aériens, la déforestation sont autant de facteurs qui contribuent à créer des situations nouvelles favorisant la propagation rapide des vecteurs. Nous pouvons avoir affaire à une puce, à une tique ou, comme dans le cas du chikungunya, à un moustique. » Pas de quoi s'affoler, cependant. Il faut savoir qu'un nouvel agent pathogène apparaît tous les dix mois. Et que, la plupart du temps, personne n'en parle !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Les esthètes du Mali

Article précédent :
France : l'Afrique selon Hollande

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces