Extension Factory Builder
06/09/2012 à 15:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Dr Sarah Browne avec une patiente vietnamienne, le 22 août, à Bethesda. Le Dr Sarah Browne avec une patiente vietnamienne, le 22 août, à Bethesda. © SIPA

Ses symptômes ressemblent à ceux du sida. Il aurait déjà fait plusieurs centaines de victimes exclusivement asiatiques. Mais on ne sait encore à peu près rien de lui.

Depuis la publication le 23 août d'un article dans l'édition en ligne du New England Journal of Medicine, le syndrome thaï-taiwanais inquiète. On redoute l'apparition d'un « sida asiatique » susceptible de déferler sur le monde. Dernier-né des maladies émergentes, ce mystérieux fléau venu d'Asie serait en effet fatal dans la majorité des cas.

C'est une équipe de chercheurs thaïlandais, taïwanais et américains de l'Institut (américain, lui aussi) des allergies et maladies infectieuses (NIAID-NIH) qui, la première, a révélé l'existence de cette immunodéficience acquise dont les symptômes ressemblent à s'y méprendre à ceux du sida : affaiblissement du système immunitaire et apparition de maladies opportunistes. Le Dr Sarah Browne, du NIAID-NIH, et Peter Burbelo, du National Institute of Dental and Craniofacial Research, qui ont dirigé l'étude épidémiologique, évoquent plusieurs centaines de victimes depuis les premiers cas identifiés en 2004. Ils soupçonnent même le nouveau syndrome d'être à l'origine de milliers d'autres décès imputés jusqu'ici, à tort, à des tuberculoses foudroyantes.

Les conclusions de l'étude clinique menée six mois durant sur un échantillon de 203 adultes âgés de 18 à 78 ans - tous d'origine asiatique, non porteurs du VIH et présentant des infections opportunistes multiples - mettent en évidence chez 88 % d'entre eux la présence d'autoanticorps bloquant la fonction de l'interféron gamma (IFN gamma), une molécule dont le rôle est capital pour lutter contre les infections. Autrement dit, l'organisme de ces patients détruit ses propres défenses.

Pour l'immunologiste français Christian Devaux, spécialiste des pathologies émergentes au Centre d'études d'agents pathogènes et biotechnologies pour la santé, à Montpellier, « une telle corrélation entre la pathologie et la distorsion du système immunitaire est troublante ». Les chercheurs vont donc à présent tenter d'identifier l'agent pathogène, connu ou inconnu, qui induit cette réaction ciblée anti-interféron. Christian Devaux n'exclut pas qu'il puisse s'agir d'un virus : « À ce stade, on ne sait rien : cela peut aussi bien être un virus qu'une bactérie ou un parasite. »

Mystère

L'origine de la nouvelle pathologie demeure mystérieuse. Selon Sarah Browne, l'environnement pourrait constituer un facteur important. Mais la génétique également, puisque, semble-t-il, seules les populations asiatiques, même exilées, sont atteintes. À ce jour, aucun Occidental vivant en Asie ne l'a été. Jamais, enfin, la maladie n'a touché plusieurs membres d'une même famille, ce qui exclut qu'un seul gène en soit responsable.

Pour l'instant, l'absence de contamination directe entre êtres humains permet de repousser l'hypothèse d'une épidémie mondiale comparable à celle du sida, mais Christian Devaux se garde de toute conclusion hâtive. « Il n'y a pas de contagion directe, certes, mais cela ne signifie pas qu'elle ne se diffusera pas, explique-t-il. Il faut trouver le vecteur de transmission de l'agent pathogène. Les changements climatiques, l'évolution des écosystèmes, les migrations, le développement des transports aériens, la déforestation sont autant de facteurs qui contribuent à créer des situations nouvelles favorisant la propagation rapide des vecteurs. Nous pouvons avoir affaire à une puce, à une tique ou, comme dans le cas du chikungunya, à un moustique. » Pas de quoi s'affoler, cependant. Il faut savoir qu'un nouvel agent pathogène apparaît tous les dix mois. Et que, la plupart du temps, personne n'en parle !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Les esthètes du Mali

Article pr�c�dent :
France : l'Afrique selon Hollande

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait de[...]

Naufrage de migrants en Méditerranée : hécatombe de 700 morts redoutée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche fait redouter une véritable "hécatombe" en Méditerranée avec quelque 700[...]

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2695p052.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2695p052.xml0 from 172.16.0.100