Extension Factory Builder
17/09/2012 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sami Trabelsi : 'La progression du football tunisien passe par l'exil de nos joueurs en Europe.' Sami Trabelsi : "La progression du football tunisien passe par l'exil de nos joueurs en Europe." © TAP

Le sélectionneur national de la Tunisie, Sami Trabelsi, revient sur les performances du football tunisien à l'échelle continentale. Et livre la clé de ses succès futurs.

Jeune Afrique : La sélection nationale obtient des résultats prometteurs, et les clubs restent très performants sur la scène continentale. Le football tunisien a plutôt bien géré les derniers bouleversements...

Sami Trabelsi : Cela prouve qu'il a des bases assez solides. Un effort de formation a débuté il y a cinq ou six ans, avec de nouvelles méthodes de travail. Les clubs professionnels disposent de leurs propres centres, et les académies privées se sont développées. Quelques jeunes talents en sortent - pas assez selon moi -, et, parallèlement, il y a toute une génération de jeunes entraîneurs, comme Maher Kanzari [à Bizerte, NDLR] ou Nabil Kouki [à Sfax], qui font du bon travail.

Huit des vingt-deux joueurs retenus pour affronter l'Iran le 15 août évoluent en Tunisie...

Oui, mais la progression du football tunisien passe par l'exil de nos joueurs en Europe. Notre championnat est d'un niveau moyen. J'encourage nos footballeurs à franchir un cap. Parallèlement, la direction technique nationale a mis en place une cellule de détection, afin de dénicher en Europe des joueurs d'origine tunisienne. Nous avons déjà attiré Ben Hatira, né en Allemagne, ou Saihi, né en France. On vise Saphir Taïder, qui joue à Bologne [Italie], ou Wahbi Khazri [Bastia, France]. On discute avec eux. La sélection est attractive, car elle a des résultats, des objectifs, et elle est bien organisée.

Quand vous voyez Youssef Msakni (Espérance de Tunis) partir au Qatar, estimez-vous qu'il a fait le bon choix ?

Les championnats du Golfe ne sont pas si faibles qu'on le dit. Celui du Qatar est sans doute meilleur que le nôtre. J'aurais préféré qu'il aille en Europe. S'il travaille bien au Qatar, cela peut représenter un bon tremplin pour lui. Et avec le salaire qu'il va toucher et le montant du transfert, l'opération avait de fortes chances de se faire.

_________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Côte d'Ivoire : c'est (enfin) la rentrée !

Article pr�c�dent :
Chine : le Ferrarigate

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Libye : 172 Tunisiens pris en otages par une milice islamiste du groupe Fajr Libya

Les autorités tunisiennes ont annoncé lundi l’existence de négociations en vue de la libération de 172 ressortissants détenus en Libye par un groupe de la coalition de milices islamistes[...]

Tunisie : Meriem Belkhadi, les raisons d'un départ

Meriem Belkhadi, la populaire journaliste qui animait les débats sur Nessma TV, a brusquement mis fin à sa collaboration avec la chaîne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers