Extension Factory Builder
13/09/2012 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Prestation de serment du nouveau ministre de la Défense devant le président Mohamed Morsi, le 12 a Prestation de serment du nouveau ministre de la Défense devant le président Mohamed Morsi, le 12 a

Discret et réputé pour son professionnalisme, Abdel Fattah al-Sissi a succédé au très influent Hussein Tantawi à la tête de l'armée. Il est l'ancien patron des renseignements militaires et est réputé proche des Frères musulmans.

C'est un inconnu que les Égyptiens ont vu prêter serment devant le président Mohamed Morsi, le 12 août. Élégant dans son uniforme beige, le général Abdel Fattah al-Sissi a été nommé ce jour-là ministre de la Défense et de la Production militaire, succédant au maréchal Hussein Tantawi, de près de vingt ans son aîné, à la tête de l'armée.

Membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA), l'ex-chef de la Direction des renseignements militaires (DRM), 58 ans, avait marqué les esprits après la révolution par ses propos critiques à l'égard de Moubarak. « Du temps de l'ancien dictateur, il avait été chargé de surveiller la situation interne du pays, parce que le maréchal Tantawi désapprouvait le plan de transmission de pouvoir à Gamal Moubarak et les politiques de privatisation de l'ancien régime », rappelle Tewfiq Aclimandos, professeur invité à la Sorbonne, qui précise que Sissi était aussi responsable de la préparation d'un plan d'intervention de l'armée en cas de troubles internes.

Va-t-il consolider le rôle politique de son institution ou la recentrer sur des questions stratégiques ?

« Tantawi lui faisait confiance, sinon il ne l'aurait jamais nommé à la tête des renseignements militaires et il ne lui aurait pas confié un poste aussi stratégique que celui d'attaché militaire en Arabie saoudite », estime Robert Springborg, professeur à l'école navale américaine. Le 16 août, lors de sa première réunion avec les dirigeants des différents corps de l'armée, Sissi n'a pas manqué de louer son prédécesseur, « exemplaire dans son service à la nation ». Mais, contrairement au maréchal, connu pour son aversion pour les islamistes, ce père de quatre enfants est soupçonné d'être proche des Frères musulmans. « Il est très pieux, il a une vision du monde qui est celle d'un musulman très conservateur, sa femme est voilée et son oncle, Abbas al-Sissi, était une figure de la confrérie », note Tewfiq Aclimandos, pour qui il est cependant presque impossible que les Frères aient réussi à infiltrer l'institution à un niveau hiérarchique aussi élevé. Réputé pour son professionnalisme et son sens de la discipline, très populaire auprès des officiers, l'ancien chef du bataillon d'infanterie mécanisée a fait scandale en avril 2011 en reconnaissant que des tests de virginité étaient pratiqués sur les manifestantes arrêtées par les forces de sécurité. Une procédure destinée « à protéger les filles du viol et les soldats d'accusations de viol », s'était-il alors justifié.

Défis

Formé en Angleterre et en Amérique, Sissi ne devrait pas introduire de véritable changement dans les relations entre son armée et les États-Unis. « Le général m'a exprimé son attachement inébranlable aux liens militaires qui existent entre les États-Unis et l'Égypte, qui sont un gage de la stabilité du Moyen-Orient depuis plus de trente ans », a déclaré, le 14 août, le chef du Pentagone, Leon Panetta. Ce dernier a assuré que son homologue est résolu à respecter les engagements de son pays dans le cadre des accords de Camp David.

Mais les défis qui attendent le nouveau chef de l'armée sont de taille. Sissi doit stabiliser la situation sécuritaire du Sinaï et se pencher sur la modernisation d'une institution vieillissante. « L'armée égyptienne, explique Robert Springborg, est qualifiée pour des batailles territoriales avec Israël, mais elle ne peut pas faire face aux menaces qui pèsent aujourd'hui sur la sécurité nationale : la piraterie en mer Rouge, le trafic humain en Méditerranée, le trafic de drogue aux frontières... » Et Springborg de soulever la question, essentielle, du rôle de l'institution militaire dans la vie politique et économique : « Nous ignorons si le général va choisir de défendre les intérêts financiers des officiers, leur présence au sein des administrations publiques et leur influence sur la politique étrangère. Ou s'il va, au contraire, recentrer l'armée sur des questions purement stratégiques. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur la prolongation de vingt-quatre heures du cessez-le-feu en vigueur à Gaza. Cette décision adoptée in extremis, peu avant l'expiration de la[...]

Égypte : trois morts dans des heurts en marge de manifestations pro-Morsi

Trois personnes ont péri vendredi en Égypte dans des heurts en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi, a affirmé un responsable de la sécurité, au[...]

Égypte : trois morts dans la répression de la commémoration des massacres de 2013

Au moins trois personnes ont été tuées jeudi au Caire en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont peiné à mobiliser à l'occasion du[...]

Fatma, survivante de Rabaa : "Il y avait du sang partout"

Il y a un an, les autorités égyptiennes dispersaient dans le sang deux sit-ins en soutien à Mohamed Morsi, sur les places Nahda et Rabaa. Une répression d’une rare violence que HRW a[...]

Sissi et le massacre de Rabaa al-Adawiya, le Tian'anmen égyptien

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la tuerie de Rabaa al-Adawiya, perpétrée il y a tout juste un an contre des partisans des Frères musulmans, est[...]

Gaza : prolongation de la trêve pendant cinq jours

Après de nouveaux raids aériens sur Gaza en riposte à des tirs de roquettes, l'Égypte a annoncé mercredi soir la prolongation pour une durée de cinq jours de la trêve entre[...]

Égypte : un an après, Sissi veut tourner la page des massacres d'août 2013

Le 14 août 2013, une répression terrible s’est abattue sur les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Un an après, le maréchal au pouvoir, Abdel Fattah al-Sissi, veut[...]

Répression des Frères musulmans : deux dirigeants de HRW interdits de séjour en Égypte

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a annoncé lundi que deux de ses directeurs ont été interdits d'entrer en Égypte où ils devaient présenter un rapport sur la sanglante répression[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

L'Égypte finit d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique

L'Égypte a achevé samedi d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique en prononçant la dissolution de leur branche politique plus d'un an après que l'armée a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers