Extension Factory Builder
12/09/2012 à 12:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La princesse a créé les infrastructures nécessaires et recruté les meilleurs entraîneurs La princesse a créé les infrastructures nécessaires et recruté les meilleurs entraîneurs © DR

Soeur de feu le roi Hassan II et donc tante de Mohammed VI, Lalla Amina a consacré sa vie entière au développement de l'équitation sportive dans le royaume. Elle s'est éteinte le 16 août.

Dans certaines monarchies, il n'y a pas que le pouvoir qui soit héréditaire.

Il y a aussi l'amour des chevaux. Regardez, par exemple, la cour d'Angleterre. Une reine, Élisabeth II, cavalière distinguée et passionnée de courses hippiques. Son mari, le prince Philip, présida quelque temps la Fédération équestre internationale (FEI). Sa fille, la princesse Anne, fut en son temps une brillante compétitrice. Et voilà que sa petite-fille, Zara Phillips, remporte aux Jeux olympiques de Londres une jolie médaille d'argent au concours complet par équipe.

Tandis qu'apparaissait ainsi au firmament des sports équestres une nouvelle étoile, une autre disparaissait, presque le même jour, privant la monarchie marocaine de l'une de ses personnalités les plus marquantes. Soeur de feu le roi Hassan II, et donc tante du souverain actuel, Mohammed VI, la princesse Lalla Amina a consacré sa vie entière à l'amélioration des races de chevaux au Maroc, et au développement de l'équitation sportive dans le royaume - et au-delà de ses frontières. Objectif qu'elle a fini par atteindre : le Maroc peut aligner aujourd'hui, en effet, plusieurs compétiteurs de classe internationale.

Grâce à elle, le Maroc peut aligner aujourd'hui des compétiteurs de classe internationale.

Il faut dire qu'elle avait de qui tenir. En 1889, déjà, l'écrivain voyageur Pierre Loti s'extasiait de la belle allure qu'avait à cheval le sultan Moulay Hassan, l'ancêtre du roi Hassan II, également très bon cavalier, qui fit beaucoup pour hisser le Maroc aux premiers rangs des pays éleveurs de chevaux arabes. Son fils Mohammed VI, en digne successeur, apporte lui aussi son soutien aux activités équestres : encouragement à l'élevage du cheval barbe et au maintien des traditions équestres marocaines, création d'un salon international (à El-Jadida), etc.

Dressage

La princesse Lalla Amina, elle, a complété l'action de ses frères et neveu en permettant le développement au Maroc des sports équestres dits olympiques : dressage, saut d'obstacles et concours complet. Elle a créé pour cela les infrastructures nécessaires, organisé la fédération, recruté les meilleurs entraîneurs, suscité même la création d'une race de chevaux de sport typiquement marocaine.

Grâce à son action, le Maroc est aujourd'hui le seul pays arabe à pouvoir faire bonne figure dans les compétitions de niveau « cinq étoiles ». Sa mort, le 16 août, plonge le monde équestre dans la consternation, atténuée un peu par les affirmations de vieux conteurs arabes selon lesquels il y aurait des chevaux au paradis, où Lalla Amina se trouve certainement.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers