Extension Factory Builder
10/09/2012 à 16:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Yahya Jammeh est au pouvoir depuis 1994. Yahya Jammeh est au pouvoir depuis 1994. © AFP

Brutal, paranoïaque et superstitieux, le président Yahya Jammeh a fait exécuter fin août neuf condamnés à mort. Et promet de continuer.

Mais quelle mouche a piqué Yahya Jammeh ? Lorsqu'il avait annoncé, le 19 août, qu'il allait faire exécuter tous les condamnés à mort détenus en Gambie d'ici à la mi-septembre, personne ou presque ne l'avait pris au sérieux. Beaucoup s'étaient accrochés au fait que la peine capitale n'avait plus été appliquée depuis 1981 et avaient cru à une nouvelle rodomontade d'un président réputé brutal, excessif - voire carrément déséquilibré. N'avait-il pas, il y a cinq ans, prétendu détenir un « remède miracle » contre le sida ?

Dans la nuit du 23 au 24 août, Yahya Jammeh a pourtant fait fusiller 9 des 47 condamnés à mort, sans que leurs familles en soient d'abord informées. Parmi eux, deux Sénégalais - ce qui a provoqué la colère de Macky Sall, le chef de l'État sénégalais.

Il n'a qu'une seule peur : être à son tour renversé.

À Dakar, il se murmure que c'est la prédiction d'une célèbre voyante sénégalaise annonçant un coup d'État à Banjul qui aurait poussé Jammeh à agir. Farfelu ? Ailleurs, oui, mais pas en Gambie, où le mysticisme du président n'est un secret pour personne. Aurait-il fait exécuter les condamnés pour conjurer le sort, ainsi que l'a laissé entendre, le 29 août, un représentant de la très sérieuse ONG Amnesty International basé à Dakar ? « Ce qui est sûr, c'est qu'il a une peur pathologique d'être renversé, analyse le politologue sénégalais Ibrahima Thioub. Il donne dans la surenchère dictatoriale. » Alioune Tine, le président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho), explique lui aussi que c'est la peur de perdre le pouvoir qui a poussé Jammeh « à verser dans une pratique mystique malsaine ».

Paranoïa

Il faut en tout cas que cette peur ait été forte pour qu'il prenne le risque de fâcher le Sénégal, trois semaines après la signature d'un protocole d'accord sur le pont au-dessus du fleuve Gambie - projet en discussion depuis de longues années et vital tant pour la Gambie que pour le Sénégal.

Mais là encore, la paranoïa du président gambien n'est ni nouvelle ni cachée. En juillet, il s'est assuré que quatre des plus hauts responsables de l'armée qu'il venait de limoger (dont le chef des armées et celui de la garde présidentielle) ne lui mettraient pas de bâtons dans les roues en les nommant dans des ambassades... en Arabie saoudite, en Inde ou à Cuba. Arrivé à la tête de la Gambie par un putsch en 1994, Jammeh est bien placé pour savoir que le pouvoir tient parfois à peu de chose. 

________

Par Anne Kappès-Grangé avec Nicolas Ly, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

La Gambie a suspendu tous les vols en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone pour prévenir toute contamination par le virus Ebola.[...]

Gambie : Yahya Jammeh ou la croisade perpétuelle

Haro sur la presse. Haro sur les homosexuels. Haro sur les condamnés à mort…  Yahya Jammeh ne rate jamais une occasion de lancer un anathème. La langue anglaise est sa toute nouvelle cible.[...]

Ces 20 femmes africaines qui font bouger le continent

Le 8 mars de chaque année, le monde célèbre la femme. L'occasion pour "Jeune Afrique" de dresser une liste de femmes africaines qui, par leurs actions et initiatives, chacune dans leur domaine,[...]

Gambie : limogeage de la présidente de la Cour suprême, première femme à ce poste

Mabel Yamoa Agyemang, la présidente de la Cour suprême gambienne, a été limogée mercredi. Elle avait été la première nommée à ce poste par le président[...]

Taiwan : bye-bye Africa...

Longtemps, Taipei a noyé le continent sous une pluie de dollars et de projets mirifiques pour se faire reconnaître comme le seul représentant légitime de la Chine en lieu et place de[...]

Gambie : il ne faut jamais dire Jammeh

À Banjul, on ne prononce son nom qu'à voix basse. Ses détracteurs ont depuis longtemps compris que mieux valait se taire. C'est, disent-ils, une question de survie dans une Gambie sur laquelle Yahya[...]

Sénégal : Dakar accueille deux sommets de l'UEMOA et de la Cedeao

Deux sommet des chefs d'État de l'Afrique de l'Ouest - un de l'UEMOA, puis un autre de la Cedeao - se tiennent consécutivement à Dakar, les 24 et 25 octobre. Au programme : la création d'une zone[...]

La Gambie quitte le Commonwealth, une "institution néo-coloniale"

Refusant de rester "membre d'une institution néo-coloniale", la Gambie, ex-colonie britannique, a annoncé, mercredi soir, son retrait "avec effet immédiat" du Commonwealth, organisation[...]

Concours : belle, belle, belle... comme la Miss Afrique de l'Ouest

La Miss Afrique de l'Ouest 2013 s'appelle Maria Sawaneh. Élue le 23 mars, elle a 24 ans et est gambienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers