Extension Factory Builder
06/09/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À Pikine, dans la banlieue de Dakar, le 19 août. À Pikine, dans la banlieue de Dakar, le 19 août. © Sylvain Cherkaoui

Et si on supprimait la Chambre haute pour réaffecter son budget à la lutte contre les inondations ? À quelques jours des élections, la proposition du président sénégalais, Macky Sall, sème le trouble.

«J'ai décidé de soumettre en procédure d'urgence un projet de loi constitutionnelle pour la suppression du Sénat. » Face aux pluies diluviennes qui ravagent depuis la mi-août les banlieues de Dakar et plusieurs régions du pays, Macky Sall souhaite « consacrer des ressources substantielles de l'État à la recherche de solutions structurelles à [ces] inondations récurrentes », qui ont déjà fait 13 morts en deux semaines. La décision du chef de l'État sénégalais a été rendue publique une quinzaine de jours seulement avant les élections sénatoriales, prévues le 16 septembre. Auront-elles lieu, dans ces conditions ? Rien n'est moins sûr.

Quarante-cinq sénateurs devaient être élus par les députés et les élus locaux, aux côtés de 55 de leurs pairs, nommés, eux, par le président de la République. Un mode de scrutin mis en place par Abdoulaye Wade, et longtemps dénoncé par l'opposition. Mais, une fois au pouvoir, les détracteurs d'hier, friands de sièges parlementaires, ont oublié les conclusions des assises nationales de 2009, qui prévoyaient notamment la suppression de la Chambre haute du Parlement.

Critiques du M23

« La plupart des partis qui ont soutenu Macky Sall étaient prêts à le suivre s'il maintenait le Sénat, rappelle Ndiaga Loum, professeur à l'université du Québec en Outaouais. C'est ce qui a d'ailleurs incité le nouveau président à fixer la date des élections sénatoriales en gardant la procédure héritée de Wade, pourtant tant décriée. » Une position qui lui a attiré des critiques acerbes du Mouvement du 23 juin (M23), rassemblant plusieurs organisations de la société civile.

En optant finalement pour la suppression du Sénat au nom de la lutte contre les inondations, Macky Sall tente de faire d'une pierre deux coups : allouer les 8 milliards de F CFA (12,2 millions d'euros) du budget de la Chambre haute au programme de relogement des victimes dans les zones sinistrées, et mettre un terme aux atermoiements des uns et des autres. « Il y aura beaucoup de mécontents dans son parti et chez ses alliés qui se voyaient déjà sénateurs », souligne Ndiaga Loum. Des voix s'élèvent également du côté de l'opposition. « Que fera-t-on du budget de la présidence de la République ? Il représente des sommes tout aussi importantes », lance El Hadj Amadou Sall, du Parti démocratique sénégalais (PDS). 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Abdoulaye Wade de retour mercredi au Sénégal après vingt-deux mois d'absence

L'ex-président Abdoulaye Wade est attendu mercredi 23 avril au Sénégal. Il avait quitté son pays après sa défaite électorale en 2012.[...]

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour "enrichissement illicite"

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin,[...]

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sénégal : la déclaration choc de Karim Wade face à la Crei

En détention depuis près d'un an, Karim Wade, ex-ministre et fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, passe à l'offensive. Dans une déclaration, mercredi, il a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces