Extension Factory Builder
06/09/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À Pikine, dans la banlieue de Dakar, le 19 août. À Pikine, dans la banlieue de Dakar, le 19 août. © Sylvain Cherkaoui

Et si on supprimait la Chambre haute pour réaffecter son budget à la lutte contre les inondations ? À quelques jours des élections, la proposition du président sénégalais, Macky Sall, sème le trouble.

«J'ai décidé de soumettre en procédure d'urgence un projet de loi constitutionnelle pour la suppression du Sénat. » Face aux pluies diluviennes qui ravagent depuis la mi-août les banlieues de Dakar et plusieurs régions du pays, Macky Sall souhaite « consacrer des ressources substantielles de l'État à la recherche de solutions structurelles à [ces] inondations récurrentes », qui ont déjà fait 13 morts en deux semaines. La décision du chef de l'État sénégalais a été rendue publique une quinzaine de jours seulement avant les élections sénatoriales, prévues le 16 septembre. Auront-elles lieu, dans ces conditions ? Rien n'est moins sûr.

Quarante-cinq sénateurs devaient être élus par les députés et les élus locaux, aux côtés de 55 de leurs pairs, nommés, eux, par le président de la République. Un mode de scrutin mis en place par Abdoulaye Wade, et longtemps dénoncé par l'opposition. Mais, une fois au pouvoir, les détracteurs d'hier, friands de sièges parlementaires, ont oublié les conclusions des assises nationales de 2009, qui prévoyaient notamment la suppression de la Chambre haute du Parlement.

Critiques du M23

« La plupart des partis qui ont soutenu Macky Sall étaient prêts à le suivre s'il maintenait le Sénat, rappelle Ndiaga Loum, professeur à l'université du Québec en Outaouais. C'est ce qui a d'ailleurs incité le nouveau président à fixer la date des élections sénatoriales en gardant la procédure héritée de Wade, pourtant tant décriée. » Une position qui lui a attiré des critiques acerbes du Mouvement du 23 juin (M23), rassemblant plusieurs organisations de la société civile.

En optant finalement pour la suppression du Sénat au nom de la lutte contre les inondations, Macky Sall tente de faire d'une pierre deux coups : allouer les 8 milliards de F CFA (12,2 millions d'euros) du budget de la Chambre haute au programme de relogement des victimes dans les zones sinistrées, et mettre un terme aux atermoiements des uns et des autres. « Il y aura beaucoup de mécontents dans son parti et chez ses alliés qui se voyaient déjà sénateurs », souligne Ndiaga Loum. Des voix s'élèvent également du côté de l'opposition. « Que fera-t-on du budget de la présidence de la République ? Il représente des sommes tout aussi importantes », lance El Hadj Amadou Sall, du Parti démocratique sénégalais (PDS). 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2695p016.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2695p016.xml0 from 172.16.0.100