Extension Factory Builder
06/09/2012 à 12:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre libyen de l’Intérieur, le 28 août 2012 à Tripoli. Le ministre libyen de l’Intérieur, le 28 août 2012 à Tripoli. © AFP

Face aux attaques répétées contre des mausolées soufis, le ministre libyen de l'Intérieur, Fawzi Abdelali, veut éviter de jeter de l'huile sur le feu. Quitte à laisser faire...

Après avoir remis sa démission le 26 août, Fawzi Abdelali, le ministre de l'Intérieur libyen, a fini par revenir sur sa décision deux jours plus tard. « Il semblerait que ma démission ne ferait que compliquer la situation, je la retire donc et continuerai ma mission », a-t-il annoncé le 28 août. Une mission qui prendra fin le 8 septembre, date limite pour former un nouveau gouvernement, un mois après la passation des pouvoirs entre le Conseil national de transition (CNT) et le Congrès national général (CNG).

Les ennuis d'Abdelali remontent à la destruction du mausolée de Sidi Abdessalam al-Asmar, le 24 août à Zliten. Depuis la veille, de violents affrontements à l'arme lourde opposaient les membres d'une même tribu dans cette ville située à 160 km à l'est de la capitale. Des salafistes ont profité de la confusion pour mettre à terre le tombeau soufi, qui se trouvait dans l'enceinte de l'une des plus belles mosquées du pays. Les vandales ont ensuite essayé d'exhumer les reliques du saint, creusant à 5 m de profondeur, en vain. Enhardis par cette destruction, des hommes ont attaqué le lendemain un autre lieu saint : la mosquée Al-Shaab, qui s'élève à quelques mètres de l'un des plus grands hôtels de la capitale, le Radisson Blu Al-Mahary. Un imam qui tentait d'empêcher la destruction a été battu et des journalistes d'une chaîne de télévision locale ont été brièvement détenus.

"Barbus"

Selon des témoins de l'attaque, les assaillants étaient des « barbus » agissant sous la supervision de membres du Comité de sécurité suprême (CSS), censé être le corps d'élite des ex-rebelles. Cette complicité flagrante au sommet de l'appareil sécuritaire a logiquement conduit Mohamed Magarief, le président du CNG, à convoquer d'urgence les ministres de l'Intérieur et de la Défense. Alors que certains députés réclamaient la démission des deux responsables, la rumeur annonçait déjà leur remplacement à Tripoli. Refusant de s'expliquer devant le nouveau Parlement, Fawzi Abdelali a-t-il médité la phrase du Français Jean-Pierre Chevènement : « Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l'ouvrir, ça démissionne » ? Abdelali semble avoir choisi de ne pas trancher. Après sa démission avortée, il a finalement parlé : « Si nous faisons usage de la force, nous devrons affronter des groupes lourdement armés. Je refuse d'engager une bataille perdue d'avance, de faire couler le sang pour un tombeau », s'est-il justifié. Le ministre a demandé aux autorités religieuses, au premier rang desquelles le grand mufti Sadeq al-Ghariyani, d'ouvrir le dialogue avec les salafistes. « Si tous les mausolées de Libye sont détruits pour éviter la mort d'un seul homme, alors c'est un prix que nous sommes prêts à payer », a-t-il déclaré à l'agence de presse Reuters. C'est sûr, le silence est d'or. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Le pédagogue - 07/09/2012 à 09h:09

C'est quoi les salafistes???[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Libye

Libye : des milices ont commis des 'crimes de guerre' à l'Ouest, selon Amnesty

Libye : des milices ont commis des "crimes de guerre" à l'Ouest, selon Amnesty

Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International accuse des milices et des groupes armés d'avoir commis "des violations généralisées des droits de l'Homme, y compris des crimes de guerre&[...]

Mohamed Dayri : "La priorité doit être donnée à l'édification d'un État fort en Libye"

Le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Dayri, prône le dialogue avec les islamistes et les kadhafistes. Interview.[...]

Libye : l'ambassade du Niger assiégée, Niamey dénonce un "incident gravissime"

Des miliciens ont assiégé de lundi à mardi au petit matin l'ambassade du Niger en Libye. Un "incident" qualifié de "gravissime" par les autorités nigériennes.[...]

Libye : les partisans de Kadhafi contre-attaquent

Trois ans après la fin tragique du "Guide" libyen, Mouammar Kadhafi, le renversement d'alliances qui est en train de s'opérer en douceur a remis en selle une frange des partisans de l'ancien[...]

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Le 20 octobre 2011 chutait Mouammar Kadhafi. Trois ans plus tard, nombre de Libyens sont déçus, tant le pays est plongé dans le chaos et livré aux milices.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers