Extension Factory Builder
06/09/2012 à 12:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre libyen de l’Intérieur, le 28 août 2012 à Tripoli. Le ministre libyen de l’Intérieur, le 28 août 2012 à Tripoli. © AFP

Face aux attaques répétées contre des mausolées soufis, le ministre libyen de l'Intérieur, Fawzi Abdelali, veut éviter de jeter de l'huile sur le feu. Quitte à laisser faire...

Après avoir remis sa démission le 26 août, Fawzi Abdelali, le ministre de l'Intérieur libyen, a fini par revenir sur sa décision deux jours plus tard. « Il semblerait que ma démission ne ferait que compliquer la situation, je la retire donc et continuerai ma mission », a-t-il annoncé le 28 août. Une mission qui prendra fin le 8 septembre, date limite pour former un nouveau gouvernement, un mois après la passation des pouvoirs entre le Conseil national de transition (CNT) et le Congrès national général (CNG).

Les ennuis d'Abdelali remontent à la destruction du mausolée de Sidi Abdessalam al-Asmar, le 24 août à Zliten. Depuis la veille, de violents affrontements à l'arme lourde opposaient les membres d'une même tribu dans cette ville située à 160 km à l'est de la capitale. Des salafistes ont profité de la confusion pour mettre à terre le tombeau soufi, qui se trouvait dans l'enceinte de l'une des plus belles mosquées du pays. Les vandales ont ensuite essayé d'exhumer les reliques du saint, creusant à 5 m de profondeur, en vain. Enhardis par cette destruction, des hommes ont attaqué le lendemain un autre lieu saint : la mosquée Al-Shaab, qui s'élève à quelques mètres de l'un des plus grands hôtels de la capitale, le Radisson Blu Al-Mahary. Un imam qui tentait d'empêcher la destruction a été battu et des journalistes d'une chaîne de télévision locale ont été brièvement détenus.

"Barbus"

Selon des témoins de l'attaque, les assaillants étaient des « barbus » agissant sous la supervision de membres du Comité de sécurité suprême (CSS), censé être le corps d'élite des ex-rebelles. Cette complicité flagrante au sommet de l'appareil sécuritaire a logiquement conduit Mohamed Magarief, le président du CNG, à convoquer d'urgence les ministres de l'Intérieur et de la Défense. Alors que certains députés réclamaient la démission des deux responsables, la rumeur annonçait déjà leur remplacement à Tripoli. Refusant de s'expliquer devant le nouveau Parlement, Fawzi Abdelali a-t-il médité la phrase du Français Jean-Pierre Chevènement : « Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l'ouvrir, ça démissionne » ? Abdelali semble avoir choisi de ne pas trancher. Après sa démission avortée, il a finalement parlé : « Si nous faisons usage de la force, nous devrons affronter des groupes lourdement armés. Je refuse d'engager une bataille perdue d'avance, de faire couler le sang pour un tombeau », s'est-il justifié. Le ministre a demandé aux autorités religieuses, au premier rang desquelles le grand mufti Sadeq al-Ghariyani, d'ouvrir le dialogue avec les salafistes. « Si tous les mausolées de Libye sont détruits pour éviter la mort d'un seul homme, alors c'est un prix que nous sommes prêts à payer », a-t-il déclaré à l'agence de presse Reuters. C'est sûr, le silence est d'or. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Le pédagogue - 07/09/2012 à 09h:09

C'est quoi les salafistes???[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces