Extension Factory Builder
07/09/2012 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nejiba Hamrouni, 43 ans. Nejiba Hamrouni, 43 ans. © D.R.

Le torchon brûle entre le gouvernement et les médias. La présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens, Nejiba Hamrouni, monte au front.

Depuis juin 2011, elle est la première femme à diriger le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) et, en ce moment, elle a fort à faire. Discrète sur sa vie privée, cette native d'El Hamma (près de Gabès, Sud) sort les griffes dès que journalistes et médias sont menacés, au nom, dit-elle, « d'une liberté qui n'a pas de prix ».

Cible d'attaques racistes - elle a la peau noire - et de menaces de mort, Nejiba Hamrouni, 43 ans, fait front. « Je suis habituée, lâche-t-elle. Mes détracteurs oublient ce que nous avons enduré sous Ben Ali. » Il s'agit souvent d'extrémistes qui se déchaînent sur les réseaux sociaux, et parfois aussi de journalistes. En voulant assainir les pratiques du métier, Nejiba dérange. « Certains confrères font la communication du nouveau gouvernement comme ils faisaient celle de Ben Ali », affirme cette diplômée de l'Institut de presse et des sciences de l'information, qui tient à publier la liste des journalistes compromis avec l'ancien régime. C'est l'un des points de discorde entre le SNJT et le gouvernement, qui détient les preuves de ces accointances mais refuse de les communiquer.

Guignols

La situation est paradoxale. Lotfi Zitoun, le ministre conseiller chargé des Affaires politiques, accuse le SNJT de « faire partie de l'opposition radicale et de défendre les corrompus ». Pourtant, en août, il a fait nommer Imen Bahroun et Lotfi Touati, deux proches de l'ancien régime reconvertis en supporteurs du parti islamiste Ennahdha, à la tête de la télévision nationale et du groupe de presse Dar Assabah.

Après avoir condamné les violences policières à l'encontre de journalistes, Nejiba défend les employés de la chaîne Ettounsiya, dont le patron, Sami Fehri, est poursuivi pour malversations avec le clan Ben Ali. « Je m'étonne de la coïncidence entre son mandat d'amener et l'interruption de l'émission de satire politique des Guignols, souligne-t-elle. Les interventions du gouvernement et l'utilisation de la justice pour faire pression sur les médias contreviennent aux objectifs de la révolution. Si le gouvernement refuse la création d'une instance indépendante, c'est pour garder la mainmise sur l'information. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex