Extension Factory Builder
07/09/2012 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nejiba Hamrouni, 43 ans. Nejiba Hamrouni, 43 ans. © D.R.

Le torchon brûle entre le gouvernement et les médias. La présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens, Nejiba Hamrouni, monte au front.

Depuis juin 2011, elle est la première femme à diriger le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) et, en ce moment, elle a fort à faire. Discrète sur sa vie privée, cette native d'El Hamma (près de Gabès, Sud) sort les griffes dès que journalistes et médias sont menacés, au nom, dit-elle, « d'une liberté qui n'a pas de prix ».

Cible d'attaques racistes - elle a la peau noire - et de menaces de mort, Nejiba Hamrouni, 43 ans, fait front. « Je suis habituée, lâche-t-elle. Mes détracteurs oublient ce que nous avons enduré sous Ben Ali. » Il s'agit souvent d'extrémistes qui se déchaînent sur les réseaux sociaux, et parfois aussi de journalistes. En voulant assainir les pratiques du métier, Nejiba dérange. « Certains confrères font la communication du nouveau gouvernement comme ils faisaient celle de Ben Ali », affirme cette diplômée de l'Institut de presse et des sciences de l'information, qui tient à publier la liste des journalistes compromis avec l'ancien régime. C'est l'un des points de discorde entre le SNJT et le gouvernement, qui détient les preuves de ces accointances mais refuse de les communiquer.

Guignols

La situation est paradoxale. Lotfi Zitoun, le ministre conseiller chargé des Affaires politiques, accuse le SNJT de « faire partie de l'opposition radicale et de défendre les corrompus ». Pourtant, en août, il a fait nommer Imen Bahroun et Lotfi Touati, deux proches de l'ancien régime reconvertis en supporteurs du parti islamiste Ennahdha, à la tête de la télévision nationale et du groupe de presse Dar Assabah.

Après avoir condamné les violences policières à l'encontre de journalistes, Nejiba défend les employés de la chaîne Ettounsiya, dont le patron, Sami Fehri, est poursuivi pour malversations avec le clan Ben Ali. « Je m'étonne de la coïncidence entre son mandat d'amener et l'interruption de l'émission de satire politique des Guignols, souligne-t-elle. Les interventions du gouvernement et l'utilisation de la justice pour faire pression sur les médias contreviennent aux objectifs de la révolution. Si le gouvernement refuse la création d'une instance indépendante, c'est pour garder la mainmise sur l'information. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

Tunisie - Nida Tounes : après les législatives, le temps des alliances

L’enthousiasme suscité par les législatives tunisiennes du 26 octobre s’estompe. Les résultats sont tellement serrés que les alliances entre partis seront déterminantes.[...]

Législatives tunisiennes : Nida Tounes remporte le scrutin avec 85 sièges à l'Assemblée

Les résultats officiels des législatives tunisiennes sont tombés dans la nuit de mardi à mercredi. Ils donnent Nida Tounes vainqueur du scrutin.[...]

Les législatives tunisiennes décryptées 3/3 : une élection de BCE au premier tour de la présidentielle ?

Pour conclure une série de trois entretiens, Karim Guellaty et Cyril Grislain Karray, spécialistes en communication politique, évoquent, à la suite de la victoire de Nida Tounes aux[...]

Tunisie : résultats attendus ce soir, Nida Tounes annoncé vainqueur

À quelques heures de la publication mercredi soir des résultats officiels des législatives tunisiennes, Nida Tounes a déjà fait état de sa victoire et Ennahdha a reconnu sa[...]

Les législatives tunisiennes décryptées 2/3 : bipolarisation sur fond de désenchantement démocratique

Karim Guellaty et Cyril Grislain Karray, spécialistes en communication politique, commentent pour "Jeune Afrique", dans un second entretien d'une série de trois, la bipolarisation du paysage politique,[...]

Les législatives tunisiennes décryptées 1/3 : victoire de Nida Tounes, vote sanction ou plébiscite ?

Karim Guellaty et Cyril Grislain Karray, spécialistes en communication politique, décryptent pour "Jeune Afrique", dans un premier entretien d'une série de trois, la victoire de Nida Tounes aux[...]

Tunisie : Nida Tounes formera une coalition après sa victoire aux législatives

Le chef du parti Nida Tounes a assuré lundi qu'il ne gouvernerait pas seul après sa victoire aux législatives devant les islamistes d'Ennahdha mais avec des partis "proches". Le scrutin a[...]

Tunisie : les observateurs de l'UE saluent des élections "crédibles et transparentes"

La mission d'observation électorale de l'Union européenne a jugé mardi "crédibles et transparentes" les élections législatives en Tunisie. Ces dernières ont[...]

Tunisie : Nida Tounes en tête des législatives, le paysage politique recomposé

Les Tunisiens ont voté dimanche pour les législatives. Au terme d'un scrutin qui s'est déroulé dans le calme, c'est sur le parti Nida Tounes que s'est porté leur choix. Les autres partis ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers