Extension Factory Builder
05/09/2012 à 19:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La premier dame du Cameroun lors de l'élection présidentielle d'octobre 2011. La premier dame du Cameroun lors de l'élection présidentielle d'octobre 2011. © AFP

Son absence ne passe jamais inaperçue. Or celle-ci se prolonge mystérieusement, et les Camerounais s'interrogent. Où est passée leur première dame, Chantal Biya ?

Elle n'est pas apparue en public depuis le mois de mars. Le retrait de la scène de celle qui est leur première dame depuis dix-huit ans suscite l'impatience des Camerounais. Où est donc passée Chantal Biya ? Jamais absente n'aura été si présente dans les esprits. Fin juillet, à Brazzaville, au Congo, les habitués des sommets de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac) ont attendu en vain qu'elle fasse l'une de ses entrées remarquées, parée de ses tenues chatoyantes qui réchauffent l'univers froid et aseptisé des grands-messes diplomatiques.

Éloignée depuis quatre mois pour raison de santé, Chantal Biya, 41 ans, poursuit sa convalescence à la résidence présidentielle de Neuilly-sur-Seine, une banlieue chic qui jouxte la capitale française. Loin du fracas des procédures judiciaires marathon qui tiennent son pays en haleine. À l'abri de la dureté de la vie politique, qui l'oblige à d'incessants changements de ligne téléphonique, afin d'éviter l'embarras de parler à ces amies de quinze ans qu'elle ne peut plus voir depuis que leurs maris - ministres ou directeurs généraux jugés pour corruption - croupissent en prison. Loin, aussi, des tensions budgétaires, des risques de troubles sociaux dus à l'inévitable hausse du prix du carburant, des soucis de la rentrée scolaire...

La saison est tempétueuse, et le capitaine Biya, seul sur le pont. À Yaoundé, sa solitude préoccupe presque autant qu'à l'époque qui suivit le décès, en juillet 1992, de Jeanne-Irène, sa première épouse. Même si, à ce moment-là, avant qu'il ne se remarie avec Chantal en 1994, il vivait entouré de ses rares amis - l'agronome René Owona, le diplomate et écrivain Ferdinand Léopold Oyono -, aujourd'hui décédés. Ces dernières années, le président s'est replié sur sa famille nucléaire, elle aussi dépeuplée depuis que Junior et Anastasie, ses enfants issus de son second mariage, sont scolarisés en Suisse.

Rumeurs

Sevrés d'informations, des journaux locaux ont parié un peu vite sur une brouille entre époux. Aussitôt, la machine à rumeurs s'affole. Elle se heurte à un mur de silence. Le 7 août, le président s'envole pour Genève, sa villégiature préférée. Sa femme l'y rejoint, mais, rendez-vous médicaux obligent, elle reprend le 29 août, en train, le chemin de la France.

Au palais d'Etoudi, on fait comme si de rien n'était. Les collaborateurs du chef semblent tétanisés. Au point de laisser croire jusqu'au bout que, conformément aux usages, la première dame assistera au défilé de la fête nationale du 20 mai. Le 17 mai, lors de la répétition générale, un fauteuil lui est réservé. La fanfare de l'armée prépare une symphonie de Mozart pour l'accueillir. Le jour dit, la télévision d'État annonce son arrivée « imminente ». Personne n'ose demander confirmation au président. Et puis on craint aussi les colères de Chantal Biya, aussi mémorables qu'éphémères. Son caractère bien trempé et son influence auprès du président l'ont aidée à s'imposer à ceux qui, au début, la regardaient de haut, elle la jeune métisse de père français élevée par sa mère. Depuis, elle s'est mise à l'anglais et à la philosophie, a créé une fondation qui oeuvre dans le domaine de la santé et de la recherche médicale.

Ses soucis de santé ne sont pas parvenus à la détourner du plaisir de faire ses courses sur les Champs-Élysées. En attendant le retour au pays... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Cameroun : Christelle Nadia Fotso répond à son frère

Suite à l'entretien qu'Yves Michel Fotso a accordé à Jeune Afrique, sa soeur, Christelle Nadia Fotso nous a fait parvenir sa version des faits et sa vision de son père. Voici son texte.[...]

Cameroun - Yves Michel Fotso : "Tout est fait pour me détruire"

Détenu depuis quatre ans au secrétariat d'État à la Défense, à Yaoundé, l'ancien patron de Cameroon Airlines et héritier du financier Victor Fotso clame son[...]

France : Dieudonné condamné à deux mois de prison avec sursis

L’humoriste franco-camerounais Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné, mercredi 18 mars, à deux mois de prison avec sursis pour son message posté sur Facebook après les[...]

Montres, fortune et préjugés : quand Samuel Eto'o fustige le racisme ordinaire

Samuel Eto'o, présent à Londres jeudi pour recevoir la médaille européenne de la tolérance pour son action contre le racisme, a évoqué dans une interview à "CNN"[...]

Cameroun - Iric : quand un concours pour futurs diplomates vire au psychodrame national

Le concours d’entrée à l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) a été l'objet d'un sérieux couac après que des étudiants reçus ont[...]

Le Cameroun octroie la licence 3G/4G à MTN et Orange

MTN et Orange se sont rangés à la demande du gouvernement du Cameroun de verser 75 milliards de F CFA chacun pour obtenir le renouvellement de leurs licences. Ces dernières courent désormais jusqu'en[...]

Mbvoumin : "Le nouveau règlement Fifa va entraîner l'explosion du nombre de faux agents en Afrique"

L’association Foot Solidaire, présidée par l’ancien international camerounais Jean-Claude Mbvoumin, publie "Le passeport Foot Solidaire 2015-2016". Objectif : lutter contre le trafic de jeunes[...]

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2695p012-013.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2695p012-013.xml0 from 172.16.0.100