Extension Factory Builder
31/08/2012 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un Japonais plante le drapeau de son pays sur un îlot de l'archipel des Senkaku. Un Japonais plante le drapeau de son pays sur un îlot de l'archipel des Senkaku. © AFP

Sur fond d'exaltation nationaliste, le Chine, le Japon, et la Corée du Sud multiplient les scènes de ménage. Mais négocient dans le même temps un accord de libre-échange !

La photo a fait la une des journaux sud-coréens et chinois : un militant japonais, sur un rocher, brandissant triomphalement un drapeau de son pays. Pour Kim Moon-il, 87 ans, qui comme beaucoup de Coréens de sa génération nourrit une rancoeur ancestrale à l'égard de ses voisins, c'est tout un douloureux passé qui ressurgit. « Il faut stopper l'arrogance impérialiste japonaise, dit-il. Les Chinois ne doivent pas se laisser faire ! » Soixante-sept ans après la capitulation du Japon impérial, les blessures sont encore à vif en Extrême-Orient. Face au vieil ennemi nippon, c'est l'union sacrée.

La photo en question a été prise le 19 août dans les Senkaku (Diaoyu, en chinois), minuscules îlots en mer de Chine méridionale, administrés par le Japon mais revendiqués par la Chine et Taiwan. Une centaine de militants nationalistes venaient d'y débarquer afin de « montrer à la communauté internationale » que ces territoires étaient japonais. Même si, quelques jours plus tôt, des Chinois avaient eux aussi hissé un drapeau sur l'île contestée, la colère s'est aussitôt répandue en Chine comme une traînée de poudre. Une dizaine de grandes villes ont été le théâtre de violentes protestations : slogans hostiles, voitures retournées, magasins saccagés...

Mais la photo aurait pu aussi bien être prise à Dokdo (Takeshima, en japonais), deux îlots de la mer du Japon qui depuis des années alimentent un contentieux tenace entre Tokyo et Séoul. Le 10 août, Lee Myung-bak, le président sud-coréen en personne, n'a pas hésité à mettre le feu aux poudres en débarquant à Dokdo, prétexte à l'inauguration, quelques jours plus tard, d'un monument célébrant la souveraineté coréenne. Furieux, Yoshihiko Noda, le Premier ministre nippon, jugeant la visite « totalement inacceptable », a aussitôt rappelé son ambassadeur à Séoul et menacé de porter l'affaire devant la Cour internationale de justice.

Affront suprême

Enfin, la veille du 15 août, jour anniversaire de la libération de la Corée du joug nippon, Lee Myung-bak a commis l'affront suprême aux yeux des Japonais : exiger directement de l'empereur Akihito des excuses « du fond du coeur » pour les crimes commis pendant la colonisation (1910-1945), notamment l'enrôlement forcé de milliers de « femmes de réconfort » (prostituées) destinées à la soldatesque. Dès le lendemain, Tokyo ordonnait la reprise des visites officielles au sanctuaire Yasukuni, où sont honorés des criminels de guerre japonais. Celles-ci avaient été interrompues il y a trois ans en raison des protestations qu'elles suscitaient.

Est-ce vraiment un hasard si, depuis quelques mois, ces vieux différends refont surface ? Il est permis d'en douter. Des changements vont en effet avoir lieu au cours des prochains mois à la tête des trois pays. En Chine, en octobre, une nouvelle génération de dirigeants sera mise sur orbite à l'issue du 18e congrès du Parti communiste chinois. En Corée du Sud, une élection présidentielle est prévue au mois de décembre. Au Japon, enfin, le Premier ministre, fragilisé par la crise nucléaire, a promis des élections législatives anticipées. Belle occasion pour les responsables politiques d'attiser le nationalisme populaire. Mais tout cela ne devrait quand même pas mettre en péril les négociations - cruciales - entre les trois pays qui se sont tenues la semaine dernière à Qingdao, en Chine, en vue de la conclusion d'un accord de libre-échange. Les trois économies représentent, rappelons-le, 20 % du produit intérieur brut mondial... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

L'État islamique revendique la décapitation de l'otage britannique Haines

L'État islamique revendique la décapitation de l'otage britannique Haines

L'État islamique (EI) a revendiqué la décapitation d'un nouvel otage, le travailleur humanitaire britannique David Haines, au moment où les Etats-Unis mènent une vaste offensive diplomatique po[...]

Francophonie : qui succédera à Abdou Diouf ?

À deux mois du sommet de Dakar, prévu les 29 et 30 novembre, cinq candidats se sont déclarés : le Mauricien Jean-Claude de l'Estrac ; le Congolais Henri Lopes ; le Burundais Pierre Buyoya ;[...]

Élimination du chef des shebab : Hollande a coopéré avec Washington

Les services de renseignement français ont coopéré avec Washington pour l'opération qui a conduit à la mort du chef des islamistes somaliens shebab, Ahmed Abdi "Godane", tué[...]

Les sons de la semaine #13 : Peru Bravo, DR. John, Ministère A.M.E.R. ...

Hommage louisiannais à Louis Armstrong, funk péruvien des sixties exhumé ou encore un ex-poids lourd du hip hop français qui fête ses 20 ans… Bienvenue dans notre tour d'horizon[...]

La "police de la charia" qui fait scandale en Allemagne

Une patrouille d'islamistes radicaux autoproclamée "police de la charia" arpentait ces dernières semaines les rues de Wuppertal, ville moyenne de Rhénanie du Nord-Westphalie, enjoignant les musulmans[...]

Armement : qui est le meilleur client africain de la France ?

La France est un des plus gros vendeurs d'armes de la planète, avec près de 7 milliards d'euros de commandes reçues en 2013, selon le rapport du ministère de la Défense, publié le 9[...]

États-Unis : en Arabie Saoudite, John Kerry tente d'élargir la coalition contre l'État islamique

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est arrivé jeudi en Arabie saoudite pour tenter de rallier dix pays arabes et la Turquie à la coalition mondiale mise en place par les États-Unis [...]

L'Afrique, région du monde la plus optimiste sur son avenir économique

Alors que le moral des opinions publiques mondiales est en berne et que les populations perçoivent négativement les performances économiques de leur pays, l'Afrique (et le Sénégal en[...]

Chine : Xi Jinping lave plus blanc

Contre la corruption, l'hégémonie des grandes marques étrangères et les déviances en tout genre qui gangrènent le pays, le président a engagé une lutte à mort[...]

États-Unis : Obama annonce qu'il est prêt à frapper l'État islamique en Syrie

Le président Barack Obama s'est dit prêt mercredi à frapper l'État islamique en Syrie et à étendre les raids menés en Irak depuis un mois, promettant, lors d'une allocution[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex