Extension Factory Builder
31/08/2012 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un Japonais plante le drapeau de son pays sur un îlot de l'archipel des Senkaku. Un Japonais plante le drapeau de son pays sur un îlot de l'archipel des Senkaku. © AFP

Sur fond d'exaltation nationaliste, le Chine, le Japon, et la Corée du Sud multiplient les scènes de ménage. Mais négocient dans le même temps un accord de libre-échange !

La photo a fait la une des journaux sud-coréens et chinois : un militant japonais, sur un rocher, brandissant triomphalement un drapeau de son pays. Pour Kim Moon-il, 87 ans, qui comme beaucoup de Coréens de sa génération nourrit une rancoeur ancestrale à l'égard de ses voisins, c'est tout un douloureux passé qui ressurgit. « Il faut stopper l'arrogance impérialiste japonaise, dit-il. Les Chinois ne doivent pas se laisser faire ! » Soixante-sept ans après la capitulation du Japon impérial, les blessures sont encore à vif en Extrême-Orient. Face au vieil ennemi nippon, c'est l'union sacrée.

La photo en question a été prise le 19 août dans les Senkaku (Diaoyu, en chinois), minuscules îlots en mer de Chine méridionale, administrés par le Japon mais revendiqués par la Chine et Taiwan. Une centaine de militants nationalistes venaient d'y débarquer afin de « montrer à la communauté internationale » que ces territoires étaient japonais. Même si, quelques jours plus tôt, des Chinois avaient eux aussi hissé un drapeau sur l'île contestée, la colère s'est aussitôt répandue en Chine comme une traînée de poudre. Une dizaine de grandes villes ont été le théâtre de violentes protestations : slogans hostiles, voitures retournées, magasins saccagés...

Mais la photo aurait pu aussi bien être prise à Dokdo (Takeshima, en japonais), deux îlots de la mer du Japon qui depuis des années alimentent un contentieux tenace entre Tokyo et Séoul. Le 10 août, Lee Myung-bak, le président sud-coréen en personne, n'a pas hésité à mettre le feu aux poudres en débarquant à Dokdo, prétexte à l'inauguration, quelques jours plus tard, d'un monument célébrant la souveraineté coréenne. Furieux, Yoshihiko Noda, le Premier ministre nippon, jugeant la visite « totalement inacceptable », a aussitôt rappelé son ambassadeur à Séoul et menacé de porter l'affaire devant la Cour internationale de justice.

Affront suprême

Enfin, la veille du 15 août, jour anniversaire de la libération de la Corée du joug nippon, Lee Myung-bak a commis l'affront suprême aux yeux des Japonais : exiger directement de l'empereur Akihito des excuses « du fond du coeur » pour les crimes commis pendant la colonisation (1910-1945), notamment l'enrôlement forcé de milliers de « femmes de réconfort » (prostituées) destinées à la soldatesque. Dès le lendemain, Tokyo ordonnait la reprise des visites officielles au sanctuaire Yasukuni, où sont honorés des criminels de guerre japonais. Celles-ci avaient été interrompues il y a trois ans en raison des protestations qu'elles suscitaient.

Est-ce vraiment un hasard si, depuis quelques mois, ces vieux différends refont surface ? Il est permis d'en douter. Des changements vont en effet avoir lieu au cours des prochains mois à la tête des trois pays. En Chine, en octobre, une nouvelle génération de dirigeants sera mise sur orbite à l'issue du 18e congrès du Parti communiste chinois. En Corée du Sud, une élection présidentielle est prévue au mois de décembre. Au Japon, enfin, le Premier ministre, fragilisé par la crise nucléaire, a promis des élections législatives anticipées. Belle occasion pour les responsables politiques d'attiser le nationalisme populaire. Mais tout cela ne devrait quand même pas mettre en péril les négociations - cruciales - entre les trois pays qui se sont tenues la semaine dernière à Qingdao, en Chine, en vue de la conclusion d'un accord de libre-échange. Les trois économies représentent, rappelons-le, 20 % du produit intérieur brut mondial... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers