Extension Factory Builder
31/08/2012 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un Japonais plante le drapeau de son pays sur un îlot de l'archipel des Senkaku. Un Japonais plante le drapeau de son pays sur un îlot de l'archipel des Senkaku. © AFP

Sur fond d'exaltation nationaliste, le Chine, le Japon, et la Corée du Sud multiplient les scènes de ménage. Mais négocient dans le même temps un accord de libre-échange !

La photo a fait la une des journaux sud-coréens et chinois : un militant japonais, sur un rocher, brandissant triomphalement un drapeau de son pays. Pour Kim Moon-il, 87 ans, qui comme beaucoup de Coréens de sa génération nourrit une rancoeur ancestrale à l'égard de ses voisins, c'est tout un douloureux passé qui ressurgit. « Il faut stopper l'arrogance impérialiste japonaise, dit-il. Les Chinois ne doivent pas se laisser faire ! » Soixante-sept ans après la capitulation du Japon impérial, les blessures sont encore à vif en Extrême-Orient. Face au vieil ennemi nippon, c'est l'union sacrée.

La photo en question a été prise le 19 août dans les Senkaku (Diaoyu, en chinois), minuscules îlots en mer de Chine méridionale, administrés par le Japon mais revendiqués par la Chine et Taiwan. Une centaine de militants nationalistes venaient d'y débarquer afin de « montrer à la communauté internationale » que ces territoires étaient japonais. Même si, quelques jours plus tôt, des Chinois avaient eux aussi hissé un drapeau sur l'île contestée, la colère s'est aussitôt répandue en Chine comme une traînée de poudre. Une dizaine de grandes villes ont été le théâtre de violentes protestations : slogans hostiles, voitures retournées, magasins saccagés...

Mais la photo aurait pu aussi bien être prise à Dokdo (Takeshima, en japonais), deux îlots de la mer du Japon qui depuis des années alimentent un contentieux tenace entre Tokyo et Séoul. Le 10 août, Lee Myung-bak, le président sud-coréen en personne, n'a pas hésité à mettre le feu aux poudres en débarquant à Dokdo, prétexte à l'inauguration, quelques jours plus tard, d'un monument célébrant la souveraineté coréenne. Furieux, Yoshihiko Noda, le Premier ministre nippon, jugeant la visite « totalement inacceptable », a aussitôt rappelé son ambassadeur à Séoul et menacé de porter l'affaire devant la Cour internationale de justice.

Affront suprême

Enfin, la veille du 15 août, jour anniversaire de la libération de la Corée du joug nippon, Lee Myung-bak a commis l'affront suprême aux yeux des Japonais : exiger directement de l'empereur Akihito des excuses « du fond du coeur » pour les crimes commis pendant la colonisation (1910-1945), notamment l'enrôlement forcé de milliers de « femmes de réconfort » (prostituées) destinées à la soldatesque. Dès le lendemain, Tokyo ordonnait la reprise des visites officielles au sanctuaire Yasukuni, où sont honorés des criminels de guerre japonais. Celles-ci avaient été interrompues il y a trois ans en raison des protestations qu'elles suscitaient.

Est-ce vraiment un hasard si, depuis quelques mois, ces vieux différends refont surface ? Il est permis d'en douter. Des changements vont en effet avoir lieu au cours des prochains mois à la tête des trois pays. En Chine, en octobre, une nouvelle génération de dirigeants sera mise sur orbite à l'issue du 18e congrès du Parti communiste chinois. En Corée du Sud, une élection présidentielle est prévue au mois de décembre. Au Japon, enfin, le Premier ministre, fragilisé par la crise nucléaire, a promis des élections législatives anticipées. Belle occasion pour les responsables politiques d'attiser le nationalisme populaire. Mais tout cela ne devrait quand même pas mettre en péril les négociations - cruciales - entre les trois pays qui se sont tenues la semaine dernière à Qingdao, en Chine, en vue de la conclusion d'un accord de libre-échange. Les trois économies représentent, rappelons-le, 20 % du produit intérieur brut mondial... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Ebola : le co-découvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Ebola : le co-découvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Francophonie : Macky Sall soutient Henri Lopès, Alain Juppé préfère Michaëlle Jean

À l'approche de la tenue du sommet de l'Organisation internationale de la francophonie, à Dakar en novembre, les voix commencent à se délier sur les préférences au poste de[...]

France : Patrick Balkany, faux Foccart, vrai tocard

Le député français, Patrick Balkany, a été mis en examen dans le cadre d'une affaire d'évasion fiscale liée à son "activisme" africain sous Nicolas Sarkozy. [...]

Football : Yaya Touré, seul candidat africain au Ballon d'or 2014

La liste des 23 candidats au Fifa-Ballon d'or 2014 a été dévoilée mardi. Parmi eux, les habitués tels que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, ainsi qu'une ribambelle de champions du monde[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers