Extension Factory Builder
30/08/2012 à 12:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le lieutenant général Zaheer ul-Islam, le 19 mars à Islamabad. Le lieutenant général Zaheer ul-Islam, le 19 mars à Islamabad. © Reuters

Depuis l'exécution de Ben Laden à Abbottabad, les relations entre les deux pays sont exécrables. Mais à Islamabad, en mars, un proaméricain présumé a pris la tête du renseignement militaire. Le début d'une embellie ?

«He's cool as a cucumber » (« il est froid comme un concombre »), disent de lui ses subordonnés. De fait, le lieutenant général Zaheer ul-Islam (56 ans), nouveau patron de l'Inter-Services Intelligence (ISI), la toute-puissante agence de renseignement militaire pakistanaise, affiche un flegme à toute épreuve. Tout le contraire, en somme, du lieutenant général Ahmed Shuja Pasha, son prédécesseur récemment limogé, dont le manque de sang-froid, à en croire la presse locale, serait directement à l'origine des difficultés rencontrées par l'ISI depuis plusieurs années. Et notamment de la crise majeure ouverte avec la CIA, l'ex-allié le plus proche des services pakistanais.

Dans cette affaire, la traque et l'élimination, en mai 2011, d'Oussama Ben Laden ont évidemment joué un rôle central, Pasha ayant vécu cette opération des forces spéciales américaines en territoire pakistanais comme une humiliation. Aux dires de ses collaborateurs, il a passé les mois qui ont suivi à échanger par téléphone des noms d'oiseaux avec son alter ego américain !

Nommé en mars à la tête de l'ISI, le général Islam sait faire profil bas quand il le faut. La presse pakistanaise le présente comme un professionnel compétent et discret, qui, depuis 1977, a occupé divers postes de premier plan - il a notamment commandé le 5e corps d'armée (Karachi). Proche du chef d'état-major, le général Ashfaq Parvez Kayani, il pourrait être appelé à le remplacer lorsque celui-ci partira à la retraite, fin 2013. En tant que chef de l'ISI, Islam est déjà membre (avec le président de la République et le chef d'état-major de l'armée) du trium­virat qui, de facto, gouverne le pays. Il connaît bien les États-Unis, où il a fait une partie de ses études. Sa nomination traduit-elle la volonté du régime pakistanais d'améliorer ses relations, aujourd'hui exécrables, avec l'Amérique ?

Blocus levé

La visite d'Islam à Washington, début août - la première d'un patron de l'ISI depuis un an - incite à le penser. Elle est survenue trois semaines après la levée du blocus imposé par Islamabad aux convois d'approvisionnement des troupes de l'Otan en Afghanistan. La CIA, qui elle aussi a un nouveau directeur en la personne de David Petraeus (depuis septembre 2011), est manifestement désireuse de réactiver ses relations avec l'ISI dans la perspective du retrait des troupes occidentales d'Afghanistan, en 2014.

Lors de leurs rencontres avec les responsables de la CIA, les Pakistanais ont évoqué la nécessité de mettre fin aux tirs de drones américains dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan. Petraeus se serait révélé plus sensible que son prédécesseur au coût politique de ces sanglantes attaques. Un partage des rôles entre militaires américains et pakistanais serait à l'étude. Les premiers ont regretté le « double jeu » de leurs « amis » avec les groupes djihadistes et réclamé une nouvelle intervention militaire pakistanaise dans les zones tribales où les islamistes armés ont coutume de se replier après avoir frappé les troupes de l'Otan de l'autre côté de la frontière. Islam aurait promis une opération militaire d'envergure. Kayani aurait récemment fait de même. Problème : les Pakistanais n'ont pas la réputation de tenir leurs promesses en toutes circonstances. Quoi qu'il en soit, l'administration Obama aurait bien tort de ne pas saisir l'occasion que constitue l'arrivée à la tête de l'ISI d'un général généralement considéré comme « proaméricain ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2694p056.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2694p056.xml0 from 172.16.0.100