Extension Factory Builder
30/08/2012 à 12:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le lieutenant général Zaheer ul-Islam, le 19 mars à Islamabad. Le lieutenant général Zaheer ul-Islam, le 19 mars à Islamabad. © Reuters

Depuis l'exécution de Ben Laden à Abbottabad, les relations entre les deux pays sont exécrables. Mais à Islamabad, en mars, un proaméricain présumé a pris la tête du renseignement militaire. Le début d'une embellie ?

«He's cool as a cucumber » (« il est froid comme un concombre »), disent de lui ses subordonnés. De fait, le lieutenant général Zaheer ul-Islam (56 ans), nouveau patron de l'Inter-Services Intelligence (ISI), la toute-puissante agence de renseignement militaire pakistanaise, affiche un flegme à toute épreuve. Tout le contraire, en somme, du lieutenant général Ahmed Shuja Pasha, son prédécesseur récemment limogé, dont le manque de sang-froid, à en croire la presse locale, serait directement à l'origine des difficultés rencontrées par l'ISI depuis plusieurs années. Et notamment de la crise majeure ouverte avec la CIA, l'ex-allié le plus proche des services pakistanais.

Dans cette affaire, la traque et l'élimination, en mai 2011, d'Oussama Ben Laden ont évidemment joué un rôle central, Pasha ayant vécu cette opération des forces spéciales américaines en territoire pakistanais comme une humiliation. Aux dires de ses collaborateurs, il a passé les mois qui ont suivi à échanger par téléphone des noms d'oiseaux avec son alter ego américain !

Nommé en mars à la tête de l'ISI, le général Islam sait faire profil bas quand il le faut. La presse pakistanaise le présente comme un professionnel compétent et discret, qui, depuis 1977, a occupé divers postes de premier plan - il a notamment commandé le 5e corps d'armée (Karachi). Proche du chef d'état-major, le général Ashfaq Parvez Kayani, il pourrait être appelé à le remplacer lorsque celui-ci partira à la retraite, fin 2013. En tant que chef de l'ISI, Islam est déjà membre (avec le président de la République et le chef d'état-major de l'armée) du trium­virat qui, de facto, gouverne le pays. Il connaît bien les États-Unis, où il a fait une partie de ses études. Sa nomination traduit-elle la volonté du régime pakistanais d'améliorer ses relations, aujourd'hui exécrables, avec l'Amérique ?

Blocus levé

La visite d'Islam à Washington, début août - la première d'un patron de l'ISI depuis un an - incite à le penser. Elle est survenue trois semaines après la levée du blocus imposé par Islamabad aux convois d'approvisionnement des troupes de l'Otan en Afghanistan. La CIA, qui elle aussi a un nouveau directeur en la personne de David Petraeus (depuis septembre 2011), est manifestement désireuse de réactiver ses relations avec l'ISI dans la perspective du retrait des troupes occidentales d'Afghanistan, en 2014.

Lors de leurs rencontres avec les responsables de la CIA, les Pakistanais ont évoqué la nécessité de mettre fin aux tirs de drones américains dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan. Petraeus se serait révélé plus sensible que son prédécesseur au coût politique de ces sanglantes attaques. Un partage des rôles entre militaires américains et pakistanais serait à l'étude. Les premiers ont regretté le « double jeu » de leurs « amis » avec les groupes djihadistes et réclamé une nouvelle intervention militaire pakistanaise dans les zones tribales où les islamistes armés ont coutume de se replier après avoir frappé les troupes de l'Otan de l'autre côté de la frontière. Islam aurait promis une opération militaire d'envergure. Kayani aurait récemment fait de même. Problème : les Pakistanais n'ont pas la réputation de tenir leurs promesses en toutes circonstances. Quoi qu'il en soit, l'administration Obama aurait bien tort de ne pas saisir l'occasion que constitue l'arrivée à la tête de l'ISI d'un général généralement considéré comme « proaméricain ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola : le Royaume-Uni et la Chine craignent la propagation du virus

Ebola : le Royaume-Uni et la Chine craignent la propagation du virus

Tandis que l’épidémie d’Ebola continue de s’étendre en Afrique de l’Ouest, Médecins sans frontières (MSF) a déclaré mercredi le virus “hors de control[...]

Ramadan 2014 : plus de 215 millions de Tweets échangés dans le monde !

D'année en année, le ramadan prend de plus en plus d'ampleur sur les réseaux sociaux : 215 millions de Tweets en 2014 contre 74 millions en 2013. Et aucun pays n'est épargné.[...]

États-Unis : expulsez ces enfants migrants que je ne saurais voir

Fuyant les gangs qui sévissent chez eux, des milliers de mineurs d'Amérique centrale franchissent chaque jour le Rio Grande. L'occasion pour les républicains de fustiger la politique migratoire[...]

Racisme : Richard Trinquier, un maire en guerre contre les femmes voilées

Richard Trinquier, élu UMP de l'Essonne, n'aime pas trop les musulmans. Son dernier fait d'armes : l'interdiction d'une base de loisirs à deux femmes voilées, début juillet. Un geste qui devrait lui[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers