Extension Factory Builder
30/08/2012 à 12:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le lieutenant général Zaheer ul-Islam, le 19 mars à Islamabad. Le lieutenant général Zaheer ul-Islam, le 19 mars à Islamabad. © Reuters

Depuis l'exécution de Ben Laden à Abbottabad, les relations entre les deux pays sont exécrables. Mais à Islamabad, en mars, un proaméricain présumé a pris la tête du renseignement militaire. Le début d'une embellie ?

«He's cool as a cucumber » (« il est froid comme un concombre »), disent de lui ses subordonnés. De fait, le lieutenant général Zaheer ul-Islam (56 ans), nouveau patron de l'Inter-Services Intelligence (ISI), la toute-puissante agence de renseignement militaire pakistanaise, affiche un flegme à toute épreuve. Tout le contraire, en somme, du lieutenant général Ahmed Shuja Pasha, son prédécesseur récemment limogé, dont le manque de sang-froid, à en croire la presse locale, serait directement à l'origine des difficultés rencontrées par l'ISI depuis plusieurs années. Et notamment de la crise majeure ouverte avec la CIA, l'ex-allié le plus proche des services pakistanais.

Dans cette affaire, la traque et l'élimination, en mai 2011, d'Oussama Ben Laden ont évidemment joué un rôle central, Pasha ayant vécu cette opération des forces spéciales américaines en territoire pakistanais comme une humiliation. Aux dires de ses collaborateurs, il a passé les mois qui ont suivi à échanger par téléphone des noms d'oiseaux avec son alter ego américain !

Nommé en mars à la tête de l'ISI, le général Islam sait faire profil bas quand il le faut. La presse pakistanaise le présente comme un professionnel compétent et discret, qui, depuis 1977, a occupé divers postes de premier plan - il a notamment commandé le 5e corps d'armée (Karachi). Proche du chef d'état-major, le général Ashfaq Parvez Kayani, il pourrait être appelé à le remplacer lorsque celui-ci partira à la retraite, fin 2013. En tant que chef de l'ISI, Islam est déjà membre (avec le président de la République et le chef d'état-major de l'armée) du trium­virat qui, de facto, gouverne le pays. Il connaît bien les États-Unis, où il a fait une partie de ses études. Sa nomination traduit-elle la volonté du régime pakistanais d'améliorer ses relations, aujourd'hui exécrables, avec l'Amérique ?

Blocus levé

La visite d'Islam à Washington, début août - la première d'un patron de l'ISI depuis un an - incite à le penser. Elle est survenue trois semaines après la levée du blocus imposé par Islamabad aux convois d'approvisionnement des troupes de l'Otan en Afghanistan. La CIA, qui elle aussi a un nouveau directeur en la personne de David Petraeus (depuis septembre 2011), est manifestement désireuse de réactiver ses relations avec l'ISI dans la perspective du retrait des troupes occidentales d'Afghanistan, en 2014.

Lors de leurs rencontres avec les responsables de la CIA, les Pakistanais ont évoqué la nécessité de mettre fin aux tirs de drones américains dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan. Petraeus se serait révélé plus sensible que son prédécesseur au coût politique de ces sanglantes attaques. Un partage des rôles entre militaires américains et pakistanais serait à l'étude. Les premiers ont regretté le « double jeu » de leurs « amis » avec les groupes djihadistes et réclamé une nouvelle intervention militaire pakistanaise dans les zones tribales où les islamistes armés ont coutume de se replier après avoir frappé les troupes de l'Otan de l'autre côté de la frontière. Islam aurait promis une opération militaire d'envergure. Kayani aurait récemment fait de même. Problème : les Pakistanais n'ont pas la réputation de tenir leurs promesses en toutes circonstances. Quoi qu'il en soit, l'administration Obama aurait bien tort de ne pas saisir l'occasion que constitue l'arrivée à la tête de l'ISI d'un général généralement considéré comme « proaméricain ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

France : pour éviter "la guerre civile", Éric Zemmour favorable à la déportation des musulmans ?

Le polémiste français controversé Éric Zemmour a une nouvelle fois provoqué l'indignation. Dans une interview accordée à un journaliste italien, fin octobre, il a attaqué les[...]

Pakistan : un groupe taliban tue 132 enfants dans une école

Des talibans pakistanais ont perpétré mardi la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du pays dans une école d'enfants de soldats, tuant 141 personnes, dont 132 écoliers, pour se venger des[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers